Magazine Humeur

Pierre Assouline, analphabète et illettré

Publié le 06 septembre 2008 par Juan Asensio @JAsensio

Bien évidemment, George Steiner aurait mieux fait de se taire, non parce qu'il risquait de subir les foudres du lamentable Pierre Assouline, à ce point cacographe patenté qu'il publie un livre entier (qu'un éditeur n'a pas eu honte d'éditer)... consacré aux commentaires de son blog, mais parce qu'il répète, dans cet entretien accordé à El País, ce qu'il répète depuis bien trop d'années et qui n'a finalement que peu d'intérêt : quelques vagues antiennes de simple bon sens plutôt qu'horriblement réactionnaires dont les bords émoussés ne blessent plus que les imbéciles en mal de sensations femmelines.
George Steiner, stricto sensu, ne dit et encore moins n'écrit plus rien de bien intéressant depuis Réelles présences, paru en France en 1991. Il y en a même qui pensent que George Steiner n'a jamais rien dit ou écrit de bien original (ce qui est presque vrai : son unique génie est d'établir des correspondances entre les auteurs, cela n'est pas rien) mais, comme cette opinion est émise par le très ridicule François Rastier, je me permets de ne la livrer qu'avec la plus grande prudence à mes lecteurs.
Voici le passage, bien évidemment extrait de son contexte le plus immédiat selon le procédé qu'affectionnent les scribouillards de la pire espèce, les galériens de la ligne, bref, les plus mauvais journalistes que compte notre pays qui n'a jamais été avare de ses richesses, que cite le si piètre lecteur Assouline en se bouchant le nez : «Es muy fácil sentarse aquí, en esta habitación, y decir : ¡ El racismo es horrible !. Pero pregúnteme lo mismo si se traslada a vivir a la casa de al lado una familia jamaicana que tiene seis hijos y escuchan reggae y rock and roll todo el día. O cuando mi asesor venga a casa y me diga que desde que se mudó a mi lado la familia jamaicana el valor de mi propiedad ha caído en picado. ¡ Pregúnteme entonces ! En todos nosotros, en nuestros hijos, y por mantener nuestra comodidad, nuestra supervivencia, si rascas un poco, aparecen muchas zonas oscuras. No lo olvide.»
Pierre Assouline est un si mauvais lecteur, un si lamentable journaliste, qu'il ne peut rien faire d'autre que s'empresser de colporter une rumeur, relayée plus ou moins habilement par la colonie bruyante de ses parasites exégètes qui n'ont apparemment rien de mieux à faire de leur temps que de commenter, à longueur de journée, les fadaises qu'enchaîne notre cacographe à la vitesse de la lumière plutôt que du son.
Certain qu'il ne faut point une impérative connaissance de la langue espagnole pour comprendre de quoi il en retourne, je me suis contenté d'indiquer en gras les deux phrases qui nous permettent de comprendre quel est le sens des propos de George Steiner, le même que Pierre Assouline, rappelons-le, couvrit d'éloges lorsqu'il vint donner une conférence à la BNF.
Pourtant, Steiner n'était point avare, alors, de ce genre de facilités journalistiques à laquelle paraît s'être réduit son talent de vulgarisateur.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pierre d'angle, tableautins

    PIERRE D’ANGLE, TABLEAUTINS Ph., G.AdC I Le tombeau blanc veille vaisseau léger vissé au-dessus de la vague sel et vent des rochers livrés à la morsure vive de... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES
  • "Pierre sèche"

    Ce livre, à la fois documentaire et pratique sur une technique de construction traditionnelle réactualisée par une approche artisanale contemporaine, s’adresse... Lire la suite

    Par  Marc Chartier
    BRICO, CONSO, CÔTÉ FEMMES, DÉCORATION
  • Pierre SENGES

    J'attends avec impatience le nouveau SENGES, Fragments de Lichtenberg Verticales Gallimard. En attendant qu'il franchisse l'Atlantique, vous pouvez rencontrer... Lire la suite

    Par  Placebo
    CULTURE, LIVRES
  • Pierre Silvain

    est né en 1927 au Maroc. Il fait ses études secondaires à Casablanca, puis suit les cours de l’école des Beaux-Arts de Rabat avant d’entreprendre des études de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Silvain

    Sous la poussière il retrouve L’ardoise d’enfance fêlée Avec les griffures intactes Proclamant sa détresse d’être Celui qui toujours demeure Au seuil du monde... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Bouteiller

    Jazz is the color Il y a de ça un an, j'ai eu le privilège de rencontrer un grand de la radiophonie. Hier au soir, sur TSF, dans un hommage à Frank Sinatra, il... Lire la suite

    Par  Philippe Di Folco
    CULTURE
  • Jean-pierre Jean-pierre

    Jean-pierre

    Ca fait penser à un groupe comme I'm From Barcelona les trois loustiques de Bondo De Role viendraient faire une apparition pendant que Crystal Castle... Lire la suite

    Par  Etienne Martin
    CULTURE, MUSIQUE

Magazine