Magazine Poésie

Dans ma lecture du "Roman nègre" de Dan Franck

Publié le 17 septembre 2008 par Lauravanelcoytte

Dans lecture p.28:"Il s'asseyait devant ses talismans- un portrait de Gerda Taro que lui avait offert son grand-père, un exemplaire original des "Ecrits de Laure"  publié hors commerce par Georges Bataille et Michel Leiris en 1939, "Le cri" d'Edvard Munch, [...]"

Décédée à l'âge de 27 ans sur le front de la guerre civile espagnole, écrasée par un char républicain, la jeune Gerda Pohorylle, dite Gerda Taro, fut la première femme photographe morte au combat. Entre macro-histoire et histoire intimiste, entre événements politiques et existence personnelle, l'ouvrage d'Irme Schaber retrace le parcours exceptionnel et tragique de cette jeune femme. Son enfance à Stuttgart à la veille de la guerre ; son obsession de la perfection, de la gestion de ses émotions pour ne laisser aucune prise à ses éventuels ennemis ; sa rencontre avec celui qui deviendra " son autre ", le photographe hongrois André Friedman ; la formidable dynamique du couple Gerda Taro - Robert Capa ; jusqu'à la marche funèbre au Père-Lachaise. De New York à Denver, de Toronto à Madrid en passant par Zurich, l'auteur a parcouru le monde en quête de témoignages rares et de souvenirs précieux. Car, un demi-siècle plus tard, Gerda Taro n'a laissé derrière elle que peu d'indices : ni journaux intimes, ni écrits personnels. Les quelques documents d'archives, tous inédits, se résument en une poignée de lettres à des ami(e)s et les photographies d'Espagne. Une pauvreté des sources qui rend le travail de l'auteur d'autant plus remarquable, s'efforçant de se démarquer des clichés véhiculés jusqu'à présent : accessoire décoratif de Robert Capa à l'Ouest. Communiste d'image d'Epinal à l'Est. Chacun a entretenu à sa manière, souvent insatisfaisante, la mémoire de la reporter photographe. Au fil des presque 300 pages, Irme Schaber s'efforce de nous éveiller à la vie et au travail de ce petit bout de femme devenu mythe, nous invitant à poursuivre la recherche et la mise en valeur d'un destin et d'une oeuvre encore trop méconnus.

http://www.evene.fr/livres/livre/irme-schaber-gerda-taro-...


L’écrivain, essayiste et poète Jérôme Peignot a bien voulu nous recevoir, fin 2004, pour un long entretien dont nous reproduisons ici un extrait.

« En 1967, j’ai publié chez Gallimard, un roman qui s’appelle L’amour a ses princes, qui finalement est un roman érotique, et puis sont arrivés Les Ecrits de Laure.

Laure est ma tante : elle s’appelait Colette Peignot. Cette Laure était considérée dans la famille comme une pestiférée, dans cette famille très bourgeoise, conventionnelle, étouffante, je me suis d’ailleurs brouillé avec mon père que je n’ai pas vu pendant vingt-cinq ans. Mon père était un homme de droite et j’ai rompu toute relation avec lui, jusqu’à ses derniers jours. J’ai donc recueilli les écrits de Laure grâce à Michel Leiris, dont j’étais devenu l’ami, et par l’entremise de Georges Bataille dont j’avais fait la connaissance à la suite de la publication de mes livres.

Malheureusement, je crois que c’est l’année de sa mort, en 1962. Pourtant, nous avons entretenu un lien d’amitié, il m’a proposé de travailler avec lui à Critique, enfin cela a été bouleversant pour moi, et pour lui aussi, car il a dit que je ressemblais à ma tante Colette, pour laquelle il a eu une véritable passion.

On dit volontiers de Bataille que c’est un libertin : mais non, c’est bien plus que ça, c’est un des plus grands philosophes du siècle, c’est un homme d’une dimension colossale. J’avais lu son œuvre, je l’admirais, et il m’a donc demandé, mais je n’ai pas pu le faire, si je pouvais disposer des manuscrits, et des papiers de Laure qui se trouvaient à l’époque chez mon père qui en détenait les droits juridiques et qui en interdisait la publication.

Il y avait eu d’ailleurs une polémique qui s’était déclenchée entre Georges Bataille et mon père, polémique dont j’ai rendu compte dans un ouvrage que j’ai publié aux éditions des Cendres en 1999, et qui s’appelle Laure. Une rupture (1934), où je reprends certains textes de Laure que j’ai retrouvés par la suite, en partie chez Bataille, en partie avec l’aide de quelqu’un qui a travaillé avec Boris Souvarine, le menchevik, dont ma tante, avant de vivre avec Bataille pendant quatre ans, et qui est morte chez lui à Saint-Germain-en-Laye, avait été la compagne.

Alors, ces écrits, finalement, je les ai obtenus grâce à Michel Leiris, avec lequel je me suis retrouvé en prison en 1970, pour avoir voulu défendre les travailleurs maliens qui ramassent nos poubelles tous les matins. C’était Chaban-Delmas qui était Premier ministre à l’époque.

Finalement, j’ai pu avoir accès à la bibliothèque de Bataille, car j’ai fait la connaissance de Diane Bataille et j’ai pu recueillir quelques papiers nouveaux que je n’avais pas, que Leiris n’avait pas, deux petits écrits qui avaient été publiés peut-être à cent exemplaires par les soins de Leiris et de Bataille en 1940 ou 1941. Laure est née en 1904, elle est morte en 1938.

J’ai donc proposé ces papiers à Gallimard, qui les a refusés, puis à Pauvert qui a accepté tout de suite. Et cette édition a fait un tabac énorme, un article en première page dans Le Monde, un numéro spécial de La Quinzaine littéraire, et finalement j’ai pris Roland Dumas comme avocat pour me défendre contre mon père, à qui j’ai fait savoir que s’il voulait m’interdire ou entraver la publication des écrits de Laure, je lui faisais un procès... Curieuse situation !

Mais j’ai été très ferme, finalement j’avais bien préparé mon affaire puisqu’il y a eu un grand nombre d’articles de presse et mon père a eu peur de s’attaquer à tout cela. J’avais créé une « Association des amis de Laure », avec Michel Foucault, Marguerite Duras, enfin beaucoup de « grosses locomotives », comme on dit, qui m’avaient apporté leur appui car les écrits superbes, sublimes, de Laure, connus depuis dans le monde entier, traduits en japonais, en américain, je les ai publiés en 1972 et préfacés d’un texte qui s’appelle Ma mère diagonale.

C’est vous dire, par ce titre, l’attachement que j’ai eu pour cette femme et que j’ai encore...

 
Le succès des Ecrits de Laure a eu un double effet : le premier, c’est que, apprenant que Laure était la compagne de Bataille on a fini par penser, dans l’opinion, ou l’on a répandu l’idée, que Laure serait un grand écrivain parce qu’elle avait été la compagne de Bataille... C’est contre quoi je m’insurge.


Un jour, Jean-Jacques Brochier, qui vient hélas de mourir, avait fait un numéro spécial sur Bataille et m’avait téléphoné en me disant : « Pourquoi ne ferais-tu pas un encart sur Laure ? » Ce à quoi j’ai répondu : « Le jour où tu feras un numéro spécial sur Laure, c’est volontiers que je ferai un encart sur Bataille ! »


C’était placer Laure dans l’ombre de Bataille. Or, Bataille dit à plusieurs reprises dans ses écrits, en particulier dans Le Coupable, que certains concepts qu’il cherchait à définir et qu’il n’était pas arrivé à formuler, il les a trouvés dans les écrits de Laure, qui, pour lui, a été une véritable égérie.


Mais, encore une fois, Laure est un maître à penser, encore plus : un maître à vivre.


Le deuxième effet, c’est que la notoriété et la gloire que Laure a acquises grâce cette édition m’ont valu de passer au second plan. Cela dit, tant mieux : mes écrits sont peu de chose à côté de ceux de ma tante. Mais enfin, moi, il faut que je continue mon petit chemin et je prétends justement avoir voulu être, à une génération et à un sexe près, l’héritier le plus digne possible de Laure.


Alors j’ai continué à travailler et, sans m’engager autant qu’elle, j’ai essayé à mon tour d’avoir un engagement politique. Alors, ça a été la grève au sein d’une revue, que j’ai racontée dans mon roman Grandeur et misères d’un employé de bureau (Gallimard, 1965), puis mon engagement pendant la guerre d’Algérie...


Plus tard, j’ai été très frappé par les événements de la place Tien An Men, en 1989, et j’ai écrit Un printemps à Pékin (Calmann-Lévy, 1992). Toujours l’engagement politique... Je ne dissocie pas ce que j’écris de cet engagement et, finalement, comme Laure, d’une certaine façon, je trouve que la plus belle écriture qui vaille, c’est celle de la vie. Comment on met un pied devant l’autre : voilà la véritable écriture !


Et puis, maintenant, voici sur quoi je tombe, et que j’ai fait placer en exergue de notre projet, CITE (Conservatoire de L’Imprimerie, de la Typographie et de l’Ecrit), visant à répondre au démantèlement programmé de l’Imprimerie nationale à Paris : « Entre les différentes causes qui ont concouru à nous tirer de la barbarie, il ne faut pas oublier l’invention de l’art typographique. Donc décourager, abattre, avilir cet art, c’est travailler à nous y replonger et faire ligue avec la foule des ennemis des connaissances humaines. »


Ceci figure dans la Lettre sur le commerce de la librairie, de Diderot, écrite en 1763 ! »


A la ligne :


http://jeromepeignot.free.fr/ http://www.laboucherie.com/texte/ba...

http://authologies.free.fr/leiris.htm http://www.humanite

source:

http://remue.net/spip.php?article400

 Cette note a été selectionnée par Lartino:

http://www.lartino.fr/lauravanelcoytte/lecture-roman-negr...

et Paperblog:

http://www.paperblog.fr/1098159/dans-ma-lecture-du-roman-...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Franck Sorbier 2008/09

    Défilé Automne hiver 2008/09 du couturier Franck Sorbier. Cette saison faute de moyens financiers la collection sera de papier. Une réalisation Funktrip. Lire la suite

    Par  Alex Alex
    GRAPHISME, MODE, TALENTS, WEB2.0
  • Roman

    A la première page En lettres capitales Je décrirai l'ovale De son gracieux visage A la page suivante Je narrerai son corps Embellissant encore Ses courbes... Lire la suite

    Par  Michel29
    POÉSIE, TALENTS
  • Photos de Dan: Enfin!!

    Vous l'attendiez, je l'ai fait. Vous l'aviez souhaité, je l'ai réalisé. Vous avez fait vos voeux, je les ai exaucés. J'ai enfin pris, des photos de moi!!! ... Lire la suite

    Par  Dan
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Interview: Qui est Dan?

    Interview: Dan?

    Une fois n'est pas coutume, je reçois une chaîne. En général, je n'y prête pas attention mais cette fois, j'ai décidé de me prêter au jeu. Vous allez donc... Lire la suite

    Par  Dan
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Dan Tobin Smith

    “Letter E“, installations et photographies de Dan Tobin Smith ©, Londres. Lire la suite

    Par  Alex Alex
    GRAPHISME, TALENTS
  • Annie et Dan

    sont deux petites marionnettes chargées de parler de la sclérose en plaques aux enfants de moins de 10 ans.... Bon d'accord il vaut mieux qu'ils soient... Lire la suite

    Par  Pat La Fourmi
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • L'anneau de Moebius - Franck Thilliez

    L'anneau Moebius Franck Thilliez

    ********** Comment parler du nouveau roman de Franck Thilliez ?Je pourrais vous présenter les personnages : Vic Marchal, le flic, et Stéphane Kismer, un créateu... Lire la suite

    Par  Clarabel
    NOUVELLES, POÉSIE, TALENTS

Magazines