Magazine Journal intime

L'expédition au Milieu (1)

Publié le 14 octobre 2008 par Fyfe
Me voilà reviendue de chez les gens du Milieu tout là bas là bas.
(la première fois au Milieu c'était )
(la deuxième fois )
(la troisième pas racontée)
(la quatrième c'est maintenant)
Que les mauvaises langues se taisent tout de suite, être enceinte n'est pas (tout à fait) être handicapée, et je n'ai pas participé au jeux paralympiques du tout, je travaillais.
Mais Paris - capitale du Milieu - trou paumé du milieu du Milieu, ça reste une sacrée expédition à mener quand on se ballade avec un colloc' alien dans le bidon, j'vous jure.
D'abord il faut commencer par rassurer tous les collègues qui ouvrent grand les yeux : "tu vas prendre l'avion ???"
Et répéter mille fois : je suis suivie médicalement tu sais, et il n'y a aucune contre-indication avion / grossesse. (à part qu'il faut porter des bas de contention)
Le truc entre parenthèse, c'est en option dans la réponse, selon le degré d'intimité que j'entretiens avec l'interlocuteur. Je précise, parce qu'on pourrait croire que j'essaye d'infliger des visions d'horreur à des presque inconnus alors que pas du tout.
Non, je me contente de faire faire des cauchemars anti-glamour aux proches, avec mes histoires de bas qui te contentionnent la jambe et qui s'arrêtent en haut de la cuisse.
Vous ne voyez pas ?
Ben c'est simple pourtant : en bas t'es contentionnée, et juste au dessus, et ben t'as tout le gras de ta jambe qui essaye de se faire la malle.
Effet rôti bien ficelé assuré.
Même au dessous d'un pantalon, ça se voit, c'est vraiment, mmmmh, so sesky.
(cligne de l'oeil et passe toi la langue sur les lèvres comme si il restait du nutella dessus)
(voilà, vous êtes bons pour une bonne semaine de cauchemars)
(pas la peine de vous plaindre, ce cauchemar c'est MA VIE alors vous ne trouverez aucune sollicitude ici).
Là, vous vous dites, au moins, la fille, elle fait pitié. Les gens de l'aéroport, ils vont la surclasser. Surtout qu'on est venus au comptoir dans les derniers, que l'avion était super plein avec des gens sur la liste d'attente et tout et tout, que je suis une bonne cliente avec tout plein de miles sur sa carte, que le billet avait coûté bonbon à ma boîte (genre pas un billet acheté 10 mois à l'avance en promo et tout et tout), et qu'en plus je masterise le regard de chien battu qui accompagne la caresse sur mon gros bidon.
Mais en fait non.
Tellement horrible, la vision de mon rôti de cuisse, qu'au contraire, on m'a laissé chez les pauvres. Alors que les deux collègues même pas enceintes qui ont enregistré en même temps que moi, elles, elles ont été surclassées.
Note pour plus tard : faut vraiment que j'arrête ce truc de clignement de l'oeil je crois, ça m'a l'air contre productif.
La première collègue, elle a été surclassée dès le comptoir d'enregistrement. Elle a essayé de me céder sa place (une gentlewoman comme on n'en fait plus, j'vous jure), mais j'ai vigoureusement refusé. Qu'elle profite, voyons, je suis enceinte, pas malade, la classe éco ne nous tuera pas, deuxième collègue et moi, voyons.
C'est au moment de monter dans l'avion que deuxième collègue a été surclassée.
Là j'avoue, je me suis senti un peu seule.
Ils ont un truc contre les femmes enceintes chez Air*France ou quoi ?
Evidemment, je ne pouvais pas accepter que collègue numéro deux me cède sa place alors que j'avais tellement insisté pour ne pas prendre celle de collègue numéro un.
En même temps, ça me foutait tellement les boules d'être la seule couillone que je savais plus trop quoi dire.
On a trouvé un arrangement, on on a fait moitié - moitié.
Moitié chez les pauvres et moitié chez les gens du business.
Finalement c'était une mauvaise idée. Juste de quoi te donner le goût de dormir vraiment allongé, de jouer avec le fauteuil massant, et de manger des trucs trop bons.
Et après, déprimer pour tes 10 prochains vols parce que le retour en classe éco, il est duuuuuuur.
Bon ben, on a atteint mon maximum de concentration pour la journée, donc la suite du périple au Milieu demain si vous le voulez bien.
(si, si, je vous assure, il faut revenir sur le bloug)
(même qu'après mon périple au Milieu, je pourrais vous raconter mes dernières histoires d'alien)
(et qu'en attendant, vous pouvez d'ores et déjà prendre les paris sur le genre de l'alien : masculin - féminin - dauphin ou extra terrestre assexué)
(moi je sais)
(depuis au moins tout ça de semaines)
(hin hin hin)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :