Magazine Nouvelles

Deux grands livres en 2008

Publié le 09 novembre 2008 par Jlk

Rahimi2.jpgMcCarthy3.jpgA propos de Cormac McCarthy et d'Atiq Rahimi

A La Désirade, ce dimanche 9 novembre 2008. - C’est avec un grand livre que cette année 2008 a commencé, et c’est avec un autre grand livre qu’elle s’achève, et l’on pourrait voir un symbole, à tout le moins une coïncidence significative, que le premier, La Route de Cormac Mc Carthy, soit le fait d’un romancier américain, et que le second, Syngué sabour – Pierre de patience, d’Atiq Rahimi, soit l’œuvre d’un écrivain afghan. Or d’autres composantes rapprochent ces deux livres violemment bouleversants : d’une part, leur dépouillement beckettien, et d’autre part leur horizon apocalyptique. Tous deux parlent de l’absurde violence des hommes en quête de pouvoir absolu, fauteurs de guerres fratricides et de destruction, tous deux portent leur attention sur les gestes d’individus isolés, éperdus.
Si La Route de Cormac McCarthy ne cesse de nous hanter, après lecture, comme une grande fable évangélique qui ne doit rien aux délires des télévangélistes à l’américaine, Syngué sabour – Pierre de patience nous immerge aussitôt dans une sorte d’impatience sacrée, qui est celle-là même de l’amour. Pour la première fois de sa vie, il est donné à une femme de parler à l’homme qui lui a été imposé par les siens, qu’elle a dû attendre trois longues années durant sous la surveillance hystérique de sa belle-mère, et pour la première fois aussi, sacrilège s’il en est, elle osera le caresser tendrement... ou lui tirer la barbe. Inconscient depuis seize jours après avoir pris une balle dans la nuque à l’occasion d’une rixe d’honneur avec un type de son camp ( !), le « héros » qui a passé, avec ses frères d’armes, d’une guerre présumée sainte à une étripée fratricide visant le seul pouvoir (autant dire qu’on ne pense pas qu’à l’Afghanistan), se trouve ainsi à la merci de celle qu’il n’a jamais fait que saillir et humilier en son impureté de femelle.
Or c’est en amante autant qu’en mère, en sœur infirmière autant qu’en épouse fidèle à ce qui a été fondé, avec deux enfants qu’elle prend sur elle de protéger, que cette femme incarnant toutes les femmes - y compris, au cours de deux scènes hallucinantes, les folles et les putes -, se sert du corps de son homme blessé comme d’une syngué sabour, cette pierre noire censée recueillir tous les mots de nos maux pour éclater finalement et nous délivrer.
Il y a de la délivrance, aussi bien, dans le sentiment qu’on éprouve après lecture de ce merveilleux roman dédié à la poétesse afghane N.A., sauvagement assassinée. Il y est beaucoup question du corps : de notre corps marquant notre présence au monde, terre de la relation entre l’homme et la femme. Mais rien d’artificiel ou d’ostentatoire, rien d’indécent non plus dans le caractère très direct, voire très cru, des aveux de la femme, pas plus que dans la mise en rapport des faits liés au sexe et des faits de guerre en train de semer la ruine alentour.
Atiq Rahimi, en poète et en compositeur d’images, en romancier mais également en sage (la figure du sage étant ici incarnée par le père du gisant, qui s’est élevé contre la dégénérescence du fanatisme guerrier), scandalisera sans doute ceux-là que les nuances de la vie épouvantent et enragent, comme le « héros » a été épouvanté ce soir-là où, prenant sa femme de force, il en est ressorti le sexe ensanglanté par son « impureté », pour la battre aussitôt. Nuances oscillant entre les extrêmes de la violence – ici l’on décapite aussi bien qu’on viole -, et de l’infinie délicatesse, de la révolte et de la folie. La grande littérature, disait John Cowper Powys, se reconnaît à cela qu’elle nous rend plus humains, et c’est en cela que Syngué sabour – Pierre de patience en relève assurément.

Rahimi3.jpg
Atiq Rahimi. Syngué sabour – Pierre de patience. P.O.L.,154p.

Le Goncourt à Syngué Sabour-Pierre de patience.
S’il est déjà remarquable que Syngué sabour ait été retenu dans le dernier carré des papables du prix Goncourt 2008, l’attribution du prix littéraire français le plus convoité à Atiq Rahimi, au lendemain de l’élection du premier président noir des Etats-Unis, aurait également valeur de signe d’espoir, tout en redorant notablement le blason d’une Académie souvent décriée. De toute évidence, ce livre de probité et de courage, de profonde émotion et de révolte combien fondée, surclasse aussi, du point de vue littéraire, ses trois ultimes concurrents, à commencer par La beauté du monde de Michel Le Bris, cousu de thèmes « téléphonés » et monté en soufflé, qui ne tarde à se dégonfler. S’il est évident que le livre d’Atiq Rahimi ne flatte pas a priori le grand public ou les médias avides de glamour, sa lecture n’en est pas moins immédiatement prenante, accessible à tous, et ses enjeux éthiques et esthétiques s’incarnent de manière frontale et concrète dans une histoire à la fois elliptique et saisissante pour tous. Verdict demain : mesdames et messieurs les académiciens, puissiez-vous honorer la littérature aussi bien qu'y excelle Atiq Rahimi…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Deux nouvelles illustrations de Julia

    Deux nouvelles illustrations Julia

    Une petite pause d'une journée dans le récit haletant de Nono, pour vous permettre d'admirer deux nouvelles illustrations reçues samedi pour le Rosier de Julia. Lire la suite

    Par  Unepageparjour
    NOUVELLES, TALENTS
  • Un puis deux avions...

    Eh bien, c'était pour l'anniversaire de mon beau-frère : fan d'avions. Ma soeur a eu la bonne idée de faire une cagnotte pour ses 30 ans pour lui payer un vol e... Lire la suite

    Par  Caticat
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, PHOTOS, TALENTS
  • Mon nouveau GSM - et deux minutes blondes, deux

    Comment utiliser correctement un nouveau GSM d'une marque inconnue ?"En lisant le mode d'emploi, pardi", me direz-vous.Avez-vous déjà lu les modes d'emploi de... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Nuages à deux niveaux

    Je trouve la différence entre les nuages bas, bien sombres, et le voile nacré de haute altitude assez jolie sur la deuxième photo. Lire la suite

    Par  Laura Dove
    PHOTOS, TALENTS
  • Bon anniversaire à nous deux

    5 ANS DE MARIAGE Noces de bois Avec toi Je vais t'embrasser à l'ombre d'un peuplier Tu vas me caresser contre un érable Nous ne ferons pas les saules pleureurs... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Mes deux amours.

    L’une est exigeante et ne pardonne rien. L’autre est la bonté et la douceur même. Je n’ai jamais trompé l’une. J’ai fait quelques infidélités à l’autre (6 mois... Lire la suite

    Par  Lawrencepassmore
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Deux sourires !

    L'épicerie du quartier © A peine la sortie du collège franchie,Je courais chez mes épiciers favoris,Qu’acheter aujourd’hui ?Lait concentré sucré ou tablette de... Lire la suite

    Par  Olivier66
    JOURNAL INTIME, TALENTS

Magazines