Magazine Nouvelles

L’écrivain…

Publié le 14 novembre 2008 par Virgile07

L’écrivain…

Source image

….Il n’a toujours pas levé les yeux et cela lui parait de bonne augure. Pourtant, par la fenêtre fenêtre il pourrait parcourir une campagne douce et calme.

Oui je sais il vit à la campagne, le mot campagne a, pour les urbains un côté péjoratif sauf quand il s’agit de désigner la " maison de campagne ", là ça devient une maison de campagne oubliant par là même le sens réel de ce mot. Alors vous allez me dire pourquoi situer votre écrivain à la campagne alors qu’il aurait été plus " exotique " de le situer dans une grande ville et vivant dans un magnifique loft blanc. Ou même de le situer aux Etats-Unis ! Et bien non ne vous en déplaise il vit à la campagne, en Ardèche, dans la haute Ardèche.

Il s’est installé dans cette belle maison en pierre à la mort accidentelle de ses parents Là, il a trouvé l’équilibre et il est persuadé que cette vie saine lui apportera la sérénité. Cependant il aime la ville, une fois ou deux par mois il se rend à Paris, une ville qu’il connaît bien, y ayant fait des études d’architecture. Il a besoin de retrouver des camarades, de se distraire et aussi, il faut bien le dire pour éventuellement trouver enfin la femme qui sera sa compagne car, malgré son âge il n’a pas renoncé à fonder une famille.

La maison est située à l’écart du village, au milieu d’un petit parc de chênes et de châtaigniers. Le village est petit comme beaucoup de villages de l’Ardèche et mis à part l’été, saison pendant laquelle les touristes sont nombreux à venir retrouver un peu d’authenticité, le calme règne. Il connaît tout le monde, il est apprécié pour son calme et sa serviabilité.

Les heures passent et il est toujours devant son écran, il se prend à croire qu’il va pouvoir enfin écrire d’un trait premier son roman. Après tout Simenon écrivait un Maigret par semaine, pourquoi pas lui. Georges Simenon ne s’installait jamais à son bureau sans se plier à un rituel qui consistait tout d’abord a nettoyer à fond ses deux machines à écrire au cas où l’une d’elle tomberait en panne, à préparer une dizaine de crayons bien taillés, à nettoyer ses pipes et aussi à déboucher un grand cru, ensuite il se mettait à écrire et en sept ou huit jours il finissait un livre. Et ce toute l’année sauf entre mai et novembre, période qu’il consacrait à ses petits-enfants et aussi il faut bien le dire à ses nombreuses maîtresses. Tous les écrivains ne sont pas aussi prolixes mais il se disait que peut-être lui aussi une fois qu’il aurait trouvé le déclic, il enchaînerait livres après livres. Dans un autre genre Henri Troyat de 1935 à 2006 a sorti un livre tous les ans ! …..


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Virgile07 Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines