Magazine Journal intime

Le rock comme instrument de torture à Guantanamo

Publié le 13 décembre 2008 par Annonymise
ACDC - Hell's Bells,
ACDC - Shoot to Thrill,
Aerosmith,
Barney the Purple Dinosaur - theme tune,
Bee Gees - Stayin' Alive,
Britney Spears,
Bruce Springsteen - Born in the USA,
Christina Aguilera - Dirrty,
David Gray - Babylon,
Deicide - Fuck Your God,
Don McLean - American Pie,
Dope - Die MF Die,
Dope - Take Your Best Shot,
Dr. Dre, Drowning Pools - Bodies,
Eminem - Kim,
Eminem - Slim Shady,
Eminem - White America,
Li'l Kim,
Limp Bizkit,
Matchbox Twenty - Gold,
Meat Loaf,
Metallica - Enter Sandman,
Neil Diamond - America,
Nine Inch Nails - March of the Pigs,
Nine Inch Nails - Mr. Self-Destruct,
Prince - Raspberry Beret,
Queen - We are The Champions,
Rage Against the Machine - Killing in the Name Of,
Red Hot Chilli Peppers,
Saliva - Click Click Boom,
Sesame Street - theme tune,
Tupac - All Eyes on Me
Tous ces groupes de rock ou de rap passaient à plein volume, 16 heures durant, dans les cellules des prisonniers politiques de Guantanamo. Une torture "musicale" censée affaiblir les détenus, leur faire peur et les casser psychologiquement ... Cette pratique barbare est utilisée couramment par les GI's pour briser la résistance des prisonniers d'Irak ou d'Afghanistan.
Le pauvre Donald Vance, traître à son pays d'arriérés mentaux, en a fait les frais. Pendant 20 heures on lui a passé en boucle AC/DC, Nine Inch Nails, Queen, Pantera.
" Il portait une combinaison et des tongs et n'avait rien pour se protéger du froid. "Je n'avais ni couverture ni drap", explique-t-il "Si j'en avais eu, j'aurais probablement tenté de me suicider." Outre le haut-parleur placé dans sa cellule, deux autres, de grande taille, étaient installés dans le couloir à l'extérieur, raconte l'entrepreneur. La musique était quasi-permanente, précise-t-il. Il s'agissait essentiellement de hard rock."
"Je ne peux pas vous dire combien de fois j'ai entendu 'We Will Rock You' de Queen" dit-il.
Au moins lui était habitué à entendre cette musique de yankee dégénérés, mais les prisonniers musulmans, bien plus raffinés, devenaient littéralement fous, jusqu'à se taper la tête contre les murs en criant !
L'hypocrisie des rockeux débiles, comme Rage against the machine, consiste aujourd'hui à manifester pour que l'armée américaine cesse d'utiliser leurs compositions (ça c'est du rock !...).
On peut imaginer, en dehors des sévices psychologiques subis, l'impact énorme sur la sphère auditive.
Je vois mal comment les détenus auraient pu éviter un, voire plusieurs traumatismes sonores dans ces conditions.
ARTICLE SUR LA TORTURE NOUVEL OBS


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Annonymise 115 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine