Magazine Bd & dessins

« Je n’ai pas lavé mon sang dans le pain de l’ennemi… » Mahmoud DERWICH

Publié le 09 janvier 2009 par Noureddine

HOMMAGE A GAZA, 1

hommage-a-gaza

HOMMAGE A GAZA, 2

hommage-a-gaza-2

HOMMAGE A GAZA, 3

hommage-a-gaza-3

Ahmad EL ARABI

………

Les oiseaux ont écrit leurs oraisons funèbres et m’ont égaré

les champs se sont dénudés et m’ont accueilli

va loin dans mon sang! va loin dans la farine!

pour que nous tombions malade de la patrie simple et

du jasmin probable

ô Ahmad le quotidien!

ô nom de ceux qui sont à la recherche de la rosée

et de la simplicité des noms

ô nom de l’orange

ô Ahmad l’ordinaire!

comment as-tu effacé la différence verbale

entre le rocher et la pomme

entre le fusil et la gazelle?

il n’y a pas de temps pour l’exil et pour ce chant

Nous irons dans le Siège jusqu’à la fin des capitales.

va en profondeur dans mon sang

deviens des échelles

ô Ahmad l’Arabe.. résiste!!

il n’y a pas de temps pour l’exil et ce chant

Nous irons dans le Siège

jusqu’au quai du pain et des vagues

voici mon domaine, le domaine de la patrie

immuable:

la mort devant le rêve où un rêve se meurt sur les slogans

va en profondeur dans mon sang

et va en profondeur dans la farine

pour que nous attrapions la maladie

de la patrie simple

et du jasmin probable

………

Mahmoud DERWICH

Traduction: Ethel Adnan et Samir Kassir


LES PARABOLES DE L’APRÈS-MIDI

EN HOMMAGE A GAZA

les-paraboles-de-lapres-midi

« La différence qu’il y a entre les oiseaux et les hommes politiques, c’est que de temps en temps les oiseaux s’arrêtent de voler ! »  COLUCHE

Posted in art, photographie, photography, photos  Tagged: A méditer, art, citations, culture, mer, monastir, photo, photographie, photographie plasticienne, photos, transparence, tunisie  

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines