Magazine Humeur

C’est une pute, de Fatal Bazooka, ou : Mickaël Youn - Simone de Beauvoir, même combat (deuxième épisode)

Publié le 16 février 2009 par Jeannoel08

michael_youn

Comme on l’avait déjà vu, Mickaël Youn s’était précédemment illustré comme un chantre du féminisme dans l’inénarrable “J’aime trop ton boule” où il démontrait avec une éloquence toute universitaire combien les pétasses des clips de hip hop servaient d’objets transitionnels aux gros beaufs en jogging pour sublimer leur homosexualité latente.
C’était l’illustration de l’argumentaire développé par Virginie Despentes dans sa “King Kong Théorie” (que je n’ai toujours pas retrouvé dans ma bibliothèque bordélique).
Fatal Bazooka devenait ainsi le chantre de l’avant-garde du féminisme.
Tout ceci aurait pu être un hasard, ou un délire interprétatif issu de mon esprit malade.

Mais Fatal Bazooka récidive avec le pendant linguistique de son militantisme dans le clip intitulé “C’est une pute”.
La théorie sur laquelle s’appuie Mickaël Youn est celle de la valence différentielle des genres, étudiée particulièrement par Anne-Marie Houdebine-Gravaud (La féminisation des noms de métier, L’Harmattan, 1998).
L’idée est que le même terme, quand il est employé au féminin, prend change de signification et prend de surcroît une connotation négative. C’est ce qu’elle appelle l’imaginaire linguistique prescriptif : à savoir une représentation fantasmagorique qui traîne dans les mentalités et qui reste comme un vieux chewing gum dans la langue qui est un système prescriptif fasciste, comme disait Roland Barthes, qui finalement, à part la promotion éhontée de Philippe Sollers sur laquelle ce dernier continue à capitaliser, n’a pas trop dit de conneries.
C’est-à-dire, comme le montre Fatal Bazooka, que beaucoup de termes, qui désignent une fonction neutre au masculin, prennent un connotation péjorante au féminin, et servent à dire, “c’est une pute”.
Michaël Youn, décidément, je ne te comprends pas, mais décidément, je t’aime.

Petite précision sur la video : je suis navrée, mais il faut supporter de longues minutes d’une parodie de jeu télévisé, comme si ça avait encore un intérêt. La télé est un média mort les mecs, lâchez un peu Beauvoir et relisez Mac Luhan !

Il faut cliquer sur le lien, je suis toujours aussi nulle en insertion de video…

Mickael Youn c\’est une pute YouTube


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine