Magazine Nouvelles

Menées de Jacques Chessex

Publié le 21 février 2009 par Jlk

 Chessex7.JPG

 Le jeu de la barbichette, ou comment rester libre avec Maître Jacques...

En lisant la « forte préface » de Jacques Chessex au dernier livre paru de Maurice Chappaz, Orphées noirs, je me suis esbaudi, une fois de plus, devant l’art que déploie Maître Jacques pour se mettre lui-même en valeur à toute occasion. Les compliments amphigouriques dont il enveloppe les livres de Chappaz ne servent, à vrai dire, qu’à célébrer son propre rôle à lui, dès leur rencontre, dans la découverte et l’illustration des jeunes auteurs de ce temps-là. Un Chessex qui découvre, qui édite, qui encourage ses pairs, qui ne pense qu’au bien commun : voilà le rôle que se donne notre stratège égomane et jaloux, qui se pose en chef de file et en animateur généreux. Tout cela fera sourire ceux qui ont un peu de mémoire, mais cette façon de réécrire l’histoire est assez typique du personnage, de plus en plus occupé d’ailleurs à peaufiner son monument personnel, qu’il lustre tous les matins à la peau de chamois.
J’ai fait partie de ceux qu’il a gratifiés d’une «forte préface», pour l’édition française de Par les temps qui courent, aux éditions Le  Passeur, qu’il entendait chaperonner ainsi. J’ose croire à un réel élan d’amitié de sa part, sur le moment, tout en voyant très bien ce que ce geste avait aussi de «politique», ou plus précisément de localement « stratégique», destiné à m’en rendre redevable. On me comparait à Faulkner, ce qui m’accablait déjà gravement, mais bien pire : on me tenait par la barbichette, et tout s’en trouvait faussé.
Des imbéciles ont prétendu que j’ai dit parfois du bien des livres de Jacques Chessex pour le flatter, et que je l’ai ensuite dégommé parce qu’un de mes romans, qu’il a d’abord porté aux nues, n’a pas obtenu un prix littéraire dont il présidait le jury. Tout cela est inexact. La vérité, c’est que j’ai toujours dit précisément ce que je pensais des livres de Maître Jacques, en bien ou en moins bien. Au lendemain de son prix Goncourt, en 1973, j’ai écrit que L’Ogre était un roman «fait pour le Goncourt», ce que je pense toujours. En revanche, j’ai écrit beaucoup de bien d’autres de ses livres, et je m’obstine à penser qu’il y a un authentique génie poétique en ses proses les plus libres, dégagées du carcan du « roman ».
En ce qui concerne le prix Lipp que Chessex prétendait m’attribuer pour Le viol de l’ange, je l’ai « perdu » en refusant de le «faire» avec lui, selon sa propre expression. Après qu’il m’eut proposé de préparer ensemble cette apothéose, je lui ai fait valoir que ce prix m’honorerait évidemment mais que je n’y serais pour rien. Dès ce moment-là, jugeant probablement cette fierté déplacée, et malvenue ma prétention de ne plus jouer au jeu de la barbichette, notre homme a commencé de dénigrer mon livre qu’il a été le dernier à défendre, ce dont je me contrefoutais finalement, alors que sa trahison me semblait absolument inacceptable, comme je l’ai écrit dans mes carnets de L’Ambassade du papillon, qui ont mis le feu aux poudres.
Or tel est le personnage qui, ensuite, dans les attaques les plus viles que j’ai jamais subies, en a appelé à mon interdiction professionnelle et a cru m’abattre en affirmant que je m’étais coupé tout avenir littéraire, moi qui avais perdu son appui alors que mon rêve absolu était d’accéder à l’édition parisienne par son entremise. Le hic, c’est que je n’ai jamais envoyé le moindre manuscrit à aucun éditeur parisien *, trop paresseux que je suis ou, plus exactement, trop à l’aise dans ma culture particulière et me contrefoutant de la présumée « instance de légitimation » qui fait haleter et saliver tant de mes chers confrères.
Bref, je vais continuer de dire tout le bien que je penserai des ouvrages à venir de Maître Jacques, quand ils me sembleront le mériter, et d’en écrire pis que pendre quand je flairerai la fabrication creuse. Les imbéciles ont taxé de naïveté la confiance amicale que j’ai manifestée, un temps, à Maître Jacques. Je ne la regrette pas du tout, mais un retour de flamme amicale sera toujours aléatoire avec cet homme impossible qui a écrit tant de si beaux et bons livres...

* Cette note date de 2006. Depuis lors, j'ai bel et bien apporté un tapuscrit à un grand éditeur parisien, et je serais aussi content de publier à Paris que n'importe quel Romand, mais sans ramper pour autant...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jacques Tournier,"Zelda" 2

    p.9:"-Bien-sûr,David-mais c'est très difficile d'être deux personnes à la fois, l'une qui veut ne dépendre que d'elle-même, l'autre qui veut ne rien perdre de c... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Jacques ARNOLD.

    Jacques ARNOLD fut un important poète français du XXème siècle. Il fut également l'un des fondateurs de la revue de poésie "Jointure". Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS
  • Ti jacques boucané

    Cette recette du Ti jacques c'est une amie réunionnaise qui me la donner.Ca l' air super bon!!!! alors faite comme moi, essayer de la faire......et donner moi... Lire la suite

    Par  Dominik72300
    CUISINE, RECETTES, RECETTES SALÉES, SAVEURS DU MONDE
  • « Chai Jacques© »

    Chai Jacques, le Jacques (c’est mon frère) Sa cave t’est ouverte été comme hiver Que tu sois col blanc, col bleu ou colvert, Sans aucune discrimination Quel... Lire la suite

    Par  Frontere
    A CLASSER
  • Jacques Attali en Cassandre

    Invité par Serge Moati à l'excellente émission Ripostes, Jacques Attali comparait la crise de 1929 et celle de 2008. La question était de savoir si les mêmes... Lire la suite

    Par  Cetaitdemainorg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Joyeux anniversaire Jacques Martin !

    Il reste peu de légendes vivantes de la BD franco-belge ayant participé avec Hergé ou Jacobs à cette incroyable aventure au lendemain de la seconde guerre... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Carpaccio de st jacques

    Pour 4 personnes :- 8 noix de St Jacques- 1 citron vert- 1 avocat- sauce basque Sakari- fleur de sel Emincer les noix de St Jacques. Lire la suite

    Par  Sandrine Brochon
    CUISINE, RECETTES

Magazines