Magazine Humeur

Procès Colonna : Une affaire d' Etat

Publié le 12 mars 2009 par Maldoror

Si l'assassinat du préfet Erignac était scandaleux et révoltant, le procès du berger Corse ne l'est pas moins. Résumons, qu'avons-nous dans ce futur scandale judiciaire d'Etat en devenir ?

* des témoins qui se rétractent, qui se contredisent, qui ne reconnaissent pas l'accusé
* un coaccusé qui s'accuse d'être le tireur
* des avocats qui demandent une reconstitution pour vérifier que le "petit coin sombre" dans lequel aurait été "tapi" Yvan Colonna existe bel et bien dans cette rue Colonna-d'Ornano, à Ajaccio
* un berger Corse qui clame son innocence

Et en face, nous avons quoi ? Une cour, qui juge l'assassin présumé d'un préfet, assassin que Nicolas Sarkozy a fait arrêter l'avant-veille du référendum local sur la réorganisation administrative. Colonna, qui fût arrêté le 4 juillet 2003, avec un référendum organisé le 6 juillet. Alors qu'il était en "cavale" depuis 4 ans.

Une cour, qui entend des témoins affirmer qu'ils ne reconnaissent pas l'accusé. Une cour, qui entendent les témoins parler de deux hommes sur place, et non trois. Une cour, qui entend un autre homme que Colonna s'accuser d'être le tireur. Une cour, qui demeure inflexible, qui refuse de se déplacer pour une reconstitution. Que craint-elle de découvrir, sur place ? La vérité ?

Maintenant qu'il a fait 6 ans de prison déjà, et qu'on tient un coupable bien venu pour l'opinion publique et pour tout le monde, du reste, cela m'étonnerait beaucoup que ce procès ne soit pas "joué d'avance", comme le proclament ses avocats.

Mais le pire, finalement, s'il était effectivement innocent, ce serait pour la famille du préfet Erignac : en croyant punir l'assassin de Claude Erignac, elle se tromperait, et défoulerait sa colère sur un homme qui serait innocent, en laissant peut-être en liberté l'homme qui tira 3 balles dans la nuque du préfet.

Aujourd'hui, l'affaire prend une tournure ubuesque, puisque, les avocats de Colonna et Colonna lui-même ayant décidé de quitter le procès pour ne plus s'y rendre, la cour a décidé de poursuivre le procès. Sans défense, sans accusé. Condamner, coûte que coûte. Vite.

Colonna est peut-être coupable, je l'ignore, et n'en préjuge pas. Mais une chose est sûre : innocent ou coupable, ce procès n'est pas juste. Et on en reparlera, au cours de l'autre procès, celui que l'histoire fera à nos "grands" actuels. Tout le monde doit un jour rendre des comptes, de son vivant ou pas.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Maldoror 2485 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine