Magazine Bd & dessins

La bande à Darkie : Nippon, ni mauvais !

Publié le 22 avril 2009 par Dominik

Cette semaine, je vais parler de « La bande à Darkie » une série anglaise parue dans BENGALI. Tags : La bande à Darkie, article, bd, Bengali, petit format, Mon Journal, Darkie's Mob, Mike Western, bad company, Battle, bande dessinée anglaise, comics, John Wagner
La Série

Série anglaise appelée "Darkie's Mob" parue dans la revue "Battle" du 14/08/1976 au 18/06/1977 sur 141 pages (grand format) et rééditée à partir du 21/03/1981. Plus récemment, la série a été rééditée dans Judge Dredd Megazine N°202 à 210 (11 février au 23 septembre 2003).

En France, elle est d'abord parue dans BENGALI N° 72 à 80 (septembre 1978 à septembre 1980). Elle prend la place de "Zarawa" tandis que c'est une autre série britannique de Battle qui prend la suite "Le Fonceur" du même scénariste.

Tous les scénarios sont de John Wagner tandis que les dessins sont de Mike Western. Le dessinateur de Klip et Klop qui montre ici à quel point il sait être à l'aise dans le dessin réaliste.

Les couvertures françaises sont toutes l'oeuvre d'Enzo Chiomenti.

Couvertures : BENGALI N° 72, 73, 75, 76, 77, 80.

Tags : La bande à Darkie, article, bd, Bengali, petit format, Mon Journal, Darkie's Mob, Mike Western, bad company, Battle, bande dessinée anglaise, comics, John Wagner
En 1946, après la défaite japonaise, on découvre un petit calepin tâché de sang dans la jungle birmane. Ce dernier est le récit écrit du soldat Richard Shortland de l'étrange odyssée d'une petite troupe de 20 soldats britanniques menée par le capitaine Joe Darkie. Ce dernier, animé, d'une haine féroce envers les Japonais, emmène ses soldats dans une folie meurtrière anti-nippone. Pourtant, le mystère règne autour de Darkie car une liaison avec le Q.G. militaire indique qu'il n'existe pas de capitaine Darkie dans l'armée britannique !

Au moment où Darkie arrive, la petite troupe sous les ordres du lieutenant Meeker est au bout du rouleau. Dès le début, il impose sa patte en proposant à Shortland qui se plaint de creuser sa propre tombe. Le lieutenant Meeker proteste et il récolte un coup de matraque en guise de réponse. Dans la foulée, Darkie se débarasse d'un éclaireur japonais qui les espionnait tandis qu'il effraie le second en lui intimant l'ordre de répandre la nouvelle que "La bande à Darkie est là !". Dès lors, commence l'étrange mission de Joseph Darkie, entrainant dans son sillage sa petite troupe : une lutte sans merci contre les Japonais, une lutte où la cruauté est souvent présente et la peur que son nom suscite une alliée de poids.

Tout au long de cette saga, on voit la troupe s'amenuiser en fonction des pertes subies aux combats jusqu'à la conclusion finale où l'on apprend qui est Darkie et pourquoi il agit de la sorte.

Une série très particulière où la violence est omniprésente, parfois dérangeante, mais de qualité...

Tags : La bande à Darkie, article, bd, Bengali, petit format, Mon Journal, Darkie's Mob, Mike Western, bad company, Battle, bande dessinée anglaise, comics, John Wagner

En effet, le récit est très violent, ce qui inhabituel pour Mon Journal et les propos tenus par la Darkie et les siens sont très nettement injurieux. Les Japonais étant généralement appeler : "Nips" ou "Bouffeurs de riz", voire "Faces de citron". La cruauté est omniprésente, mais le récit fonctionne à la perfection car le choix du récit via un carnet du soldat Shortland lui confère une aura spéciale, comme une confidence et puis, le déclin au fur et à mesure de la bande lui donne une humanité, une réalité que bon nombre de récits de guerre n'ont pas. L'avancement inéluctable vers la fin de la bande est comme un compte à rebours mortel et fascinant. On notera aussi le rôle particulier de Johnson, continuellement blessé ou malade, mais que les autres n'abandonnent jamais ! Enfin, l'ultime épisode nous révèle la raison profonde de la haine de Joe Darkie envers les Japonais, mais ça, je ne le révèlerai pas !

A la fin, le sergent Samson et le soldat Shortland s'en vont continuer leur mortelle mission au nom de Darkie...

Nota Bene :

Lors de la réédition de l'histoire en Angleterre, cinq épisodes passèrent à la trappe en raison de leur violence.

Mike Western, qui était un vétéran de la guerre, a utilisé plusieurs éléments de son expérience personnelle pour cette histoire qui est l'une de ses préférées.

Plusieurs éléments de cette histoire ont été réutilisées en deux occasions. La série "Bad Company" parue dans Judge Dredd Magazine est une copie de "Darkie's Mob" de façon assez patente. Dans 2000 AD, John Wagner a créé un personnage similaire appelé Joe Dredd dans "Wilderland Story".

John Wagner a la particularité de multiplier les pseudonymes. Les plus célèbres sont sans doute : John Howard, T.B. Grover, Mike Stott, Keef Ripley, Rick Clark and Brian Skuter.

Dans la liste des morts, le dénommé Luck n'a jamais eu droit à être cité et il hérite donc d'un statut de mort-vivant...

Dominik


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazines