Magazine Humeur

3 "dangers" qui guettent nos sociétés........ 2. La fascination pour la technologie

Publié le 10 mai 2009 par Michelgutsatz

"Je n'ai pas envie de vivre dans la société dans laquelle vivront mes petits-enfants" disait Alex Türk le Président de la CNIL dans Les Echos le 7 avril dernier. "Notre société est fascinée par la technologie et nous ne sommes pas capables de résister à cette tentation".

Nous baignons dans la technologie et celle-ci a, à l'évidence, transformé nos vies. Mais, telle la langue d'Esope, peut être est-elle la meilleure et la pire des choses :

  • J'ai circulé aujourd'hui sur l'autoroute entre Cavaillon et Marseille et, grâce au système LiberT, j'ai pu franchir les péages sans encombre. Je n'ai plus le sentiment de perdre mon temps dans la file d'attente, je reçois une facture mensuelle, j'ai des réductions.... mais il est possible de savoir que le 10 mai à 20h02 je suis passé au péage de Lançon de Provence...
  • J'ai, comme nombre d'entre nous, une page sur Facebook (et une sur LinkedIn, une sur Viadeo..), où j'ai à ce jour 135 amis. Je suis ravi d'utiliser les réseaux sociaux pour dialoguer, découvrir, entretenir mes réseaux... J'y ai mis de nombreuses informations sur moi (mais bien moins que beaucoup d'autres). Une face de ma vie est ainsi accessible, analysable, décorticable par tous les outils cybernétiques ayant accès à ces réseaux sociaux.
  • Mon pharmacien m'a donné un leaflet intitulé: "Le Dossier Pharmaceutique, plus de sécurité pour ma santé". Si je lui donne mon accord pour ouvrir ce Dossier Pharmaceutique, celui-ci contiendra "mon identité et tous les médicaments qui m'auront été délivrés dans n'importe quelle pharmacie en France au cours des 4 derniers mois". Le pharmacien m'assure qu'ainsi "il veillera encore mieux sur ma santé" en "vérifiant que certains de mes médicaments ne font pas double emploi, ou que je ne risque pas d'interactions dangereuses"..."Efficacité, sécurité, liberté: ouvrir un DP, votre santé a tout à y gagner".
  • Je suis le premier à admirer Google et à profiter de ses services gratuits. Nous avons, Google et moi, comme un accord implicite: "Je donne des informations qui nourrissent le système qui à son tour me donne la structure pour partager". Mais Google (comme Yahoo ou Microsoft) disposent de données personnelles me concernant: ils savent TOUT de mes goûts, passions, recherches, de mes circulations cybernétiques..  et veulent les garder. La CNIL leur a demandé de ne les conserver que 6 mois au maximum. Google se refuse à le faire et accuse Alex Türk de "technophobie".

Alex Türk finit en disant: "C’est pour cela que je suis angoissé. Ajoutez-y les fichiers, la biométrie, le pass Navigo, le télépéage, la carte bancaire… On voit bien que la société est en train de se refermer sur nous."

Tout se passe comme si chaque avancée qui nous permet de nous "simplifier" la vie se payait tout aussitôt d'un peu de notre liberté, et surtout, de celle des générations futures. Aurons-nous un jour l'envie de résister? Ma 3ème chronique y sera consacrée...


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine