Magazine Humeur

Faut le faire

Publié le 14 août 2009 par Taximan535

Je n'écrirai pas un roman (...) ce matin mais à choisir entre l'euphorie et le découragement, je crois que je pencherais pour les deux. Pourtant, à bien y penser, je vais de ce pas aviser les dirigeants du Guinness World Record qu'un chauffeur de taxi basé sur la Rive-Sud de Montréal vient de fracasser le record d'attente de tous les temps (reste à voir) et probablement celui de tous les chauffeurs de la province réunis :

7 heures d'attente interminable !
Et sincèrement, de l'avis même d'un répartiteur qui possède pas mal d'expérience et d'ancienneté, Bob ne connaît, ni d'Adam ni d'Ève un autre chauffeur qui aurait attendu autant. Je suis donc bel et bien le seul à avoir patienté sept bonnes heures. Je suis arrivé au poste à 00h15 et suis ressorti à 7h23 pour un voyage qui se terminait tout près de chez moi. J'ai quand même eu de la chance, j'avoue. Et quand on dit que la patience est le waybill du chauffeur de taxi, je commence à avoir de sérieux doutes à ce propos...
J'ignore si je vous l'avais déjà dit mais les compagnies de taxi offrent à leur clientèle plusieurs services dont le déverrouillage de portière. Au tout début de ma carrière, le nombre de chauffeurs ayant la compétence pour ouvrir une porte de voiture se comptait sur les cinq doigts de la main. Alors imaginez-vous le nombre de déverrouillage qu'on pouvait faire dans un quart de travail...
Aujourd'hui, avec le nombre de nouveaux propriétaires et chauffeurs qui ont (malheureusement) trop augmenté, de plus en plus de ces travailleurs autonomes malgré leur incompétence ou manque d'expérience s'achetaient le fameux kit de débarrage de portière pour une centaine de dollars (US) et comprenant tous les outils nécessaires pour ouvrir les portes de chars de plusieurs marques et modèles. Que ce soit les japonaises, les coréennes ou les italiennes (plus rares celles-ci), les américaines étaient souvent sollicitées.
Mais en réalité, ce n'était pas la faute de ces véhicules proprements dits mais plutôt à leurs propriétaires. Distraction serait l'adjectif qui revient (malheureusement) trop souvent. Un  double de clé ne coûte que quelques dollars à peine, au lieu du $25.00 habituel. Trop pressé de partir, sans vérification aucune.
Mais le pire est de se le taper sous une pluie battante. Si elle tombe trop forte, je refuse de le faire sauf si le véhicule et son chauffeur (évidemment) sont protégés, comme un garage ou un abri quelconque rattaché à la maison.  Mais la plupart du temps, j'attend que la pluie cesse ou diminue, du moins. Vous savez, je n'ai pas pour habitude de traîner une valise bourrée de serviettes sèches et propres juste pour me sécher le visage et les cheveux après le travail de serrurier. Et en admettant que le reste de mes vêtements soient trempés, je devrai faire un détour pour pouvoir me changer inévitablement chez moi. Une perte de temps qui se jouera dans une bonne heure et demi. Et je n'exagère pas.
Bien sûr, notre équipement coûte excessivement cher et justifie à peine le prix du déverrouillage. Cependant, la "job" se fait plus rapidement et n'égratigne presque plus les voitures. Grâce à la pompe (un sac plat et fermé muni d'une poire à son extrémité et relié par un tuyau qui envoit de l'air pour gonfler le sac et ainsi entr'ouvrir la portière) qui s'insère entre la porte et le chassie. Un vrai jeu d'enfant. Maintenant, du moins.
Auparavant, on devait écarter la porte à l'aide d'un bloc de fromage (espèce de résine ou de cire durcie) et lorsqu'il pleut, le petit bloc ne reste pas en place. Il glisse facilement au contact de l'eau sur le métal. Tandis que le ballonet en caoutchouc lui, ne glisse pas. Il tient en place et grâce à cela, je peux travailler méticuleusement et rapidement. La concentration est de mise dans ce domaine. Si je dois utiliser ma barre (très mince) d'aluminium, je dois porter une paire de gants car une fausse manoeuvre et je peux me taillader le creux de la main en un rien de temps.
De plus, pour utiliser un tel outil, je dois m 'informer auprès du client si la portière contient un Air Bag (latéral), surtout pour les modèles récents (environ 2004 et +). Un tel sac se perce facilement avec le Slim Jim. Et les AirBags coûtent, au bas mot, près de $2,000 dollars. La vie coûte assez chère comme ça...
Voilà pour mes deux records battus en moins de deux semaines. Le pire étant le premier (le 7 heures d'attente) et le deuxième fut le meilleur qui me soit arrivé (4e débarrage en une journée) dans ma vie (13 ans si on ajoute mes années à temps partiel) de chauffeur de taxi. Quelle aubaine...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :