Magazine Journal intime

Un test sanguin pour prédire la gravité de la SEP?

Publié le 31 août 2009 par Pat La Fourmi
Un test sanguin qui pourrait prédire la gravité de la sclérose en plaques  est développé par des scientifiques britanniques, promettant d'améliorer la gestion clinique des troubles neurologiques.
Les recherches ont identifié un marqueur biologique dans le sang qui semble lié au pronostic des patients après la première poussée de SEP, ouvrant la voie à une nouvelle approche pour évaluer comment la maladie va progresser.
Si un test sanguin sur la base des biomarqueurs peut être validé, il pourrait être utilisé avec les scans IRM et d'autres méthodes pour améliorer le diagnostic.

Les patients dont la sclérose en plaques est jugée susceptible de progresser rapidement pourraient rapidement se voir proposer des thérapeutiques pouvant réduire la fréquence et la gravité des poussées, tandis que ceux à faible risque pourraient ne pas se traiter immédiatement.
Plus précis, ce moyen d'évaluer le pronostic pourrait également contribuer à préparer les patients à ce que leur réserve l'avenir, éliminant l'incertitude qui peut être un élément troublant de la maladie.

La recherche, dirigée par Rachel Farrell, de l'Institut de neurologie de l'University College de Londres, et financée par la Société de la SP, offre également de nouvelles connaissances sur la biologie de la SEP qui pourraient améliorer la compréhension des causes de la maladie.

[...]

La nouvelle recherche, publiée dans la revue Neurology, suggère qu'une analyse de sang pourrait être ajoutée à la gamme actuelle d'outils diagnostiques pour améliorer la précision et d'évaluer le pronostic probable d'un individu.
Dans l'étude, l'équipe du Dr Farrell a enquêté sur les liens entre la SEP et le virus Epstein Barr (EBV), un virus à laquelle environ 90% des personnes ont été exposées. Presque tous les patients SEP ont été infectés par le virus EBV, et les adultes qui le contractent sont à risque élevé. Cela a conduit les scientifiques chercher si une réactivation de l'EBV latent pourrait être un facteur dans l'apparition de la SEP.

Dr Farrell a déclaré: «C'est très intéressant que les gens qui sont négatifs pour l'EBV n'ont pas la SEP.
La question est: avez-vous besoin du virus EBV pour développer la SEP, ou y a-t-il quelque chose sur le système immunitaire des personnes sans EBV signifiant qu'ils n'auront pas la SEP? "

[...]"Nous voulions voir si la réactivation du virus déclenchait des rechutes, mais nous n'avons trouvé aucune preuve de cela ", a déclaré le Dr Farrell. "Mais quand nous avons examiné les réponses aux anticorps, nous avons trouvé que les personnes avec un niveau plus élevé d'anticorps présentaient plus de lésions . L'idée est que une charge plus élevée d'anticorps est indicative d'une progression plus rapide de la SEP. Nous avons identifié quelque chose qui pourrait être utilisé comme un biomarqueur. Ce qui pourrait être utile pour identifier ceux qui vont continuer et développer la SP. "

Un tel test, dit-elle, pourrait être particulièrement utile pour décider s'il ya lieu de prescrire des médicaments tels que l'interféron bêta et l'acétate de glatiramère (Copaxone) aux personnes présentant une première poussée de sclérose en plaques. Ils peuvent réduire la fréquence et l'intensité des rechutes, mais elles sont lourdes, car ils doivent être injectés quotidiennement. [...]

source Times On Line,
traduction personnelle avec l'aide de Mediadico

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossier Paperblog