Magazine Humeur

Clearstream. De la confusion en politique.

Publié le 24 septembre 2009 par Saucrates

Réflexion deux (24 septembre 2009)
La vengeance de Nicolas Sarkozy

Le post précédent constituait mon premier article publié sur mon blog, en mai 2006, il y a un peu plus de trois ans et quatre mois. Et déjà cette affaire Clearstream, de même que l'acharnement de la justice à l'encontre du premier ministre de l'époque, Dominique de Villepin, me paraissait hautement bizarre et choquant.
Le plus extraordinaire dans cette affaire me semble-t-il, c'est tout de même que si des noms ont été rajoutés à une liste comprenant des comptes apparemment louches, on n'entende absolument pas parler de poursuites judiciaires à l'encontre des personnes qui se trouve sur ladite liste.
Comme quoi, mes réflexions sur cette affaire Clearstream n'ont guère changé depuis trois ans et quelques mois, ce qui est normal en fonction de la pauvreté du débat sur cette affaire, hormis sur l'aspect de tentative de déstabilisation tenté selon Nicolas Sarkozy à l'encontre de sa petite personne.
Et un doute m'assaille brusquement. Si le nom de Nicolas Sarkozy était apparu sur la liste des trois mille noms de contribuables supposés fraudeurs détenus par Bercy, les inspecteurs des impôts en charge du recouvrement auraient-ils laissé ce nom dans la liste ? Et comment savoir alors si nous nous trouvons encore en démocratie, si tout le monde commence à avoir peur d'un homme, de ses lubies et de ses plaintes en justice ?
Le président de la République, garant des lois de la république française, a donc ainsi déjà condamné Dominique de Villepin (pour la petite histoire, à être pendu sur un croc de boucher). C'est en tout cas ce que l'on peut retenir de sa dernière intervention télévisée diffusée mercredi soir depuis les USA. Le président de la République a ainsi parlé de «coupables» à propos des prévenus dans cette affaire, faisant fi du principe de la présomption d’innocence dont bénéficient les mis en examen tant qu’ils n’ont pas été définitivement jugés. La polémique enfle dans la classe politique française alors que de nombreux politiques regrettent que Nicolas Sarkozy soit à la fois juge et partie dans ce procès, et instrumentalise la justice française pour se venger d'un homme politique, ancien premier ministre de Jacques Chirac, appartenant à la même famille politique que lui, Dominique de Villepin, qui a certes failli le battre, l'envoyer au tapis et l'éliminer à cette occasion.
Après tant d'années, je reste toujours dégoûté de l'acharnement dont fait preuve Nicolas Sarkozy à l'encontre de Dominique de Villepin, et de sa volonté de vengeance. Nicolas Sarkozy, bien que démocratiquement élu à la Présidence de la République française, n'est pas digne d'être à ce poste.
http://www.liberation.fr/politiques/0101593074-le-president-doit-comprendre-que-la-justice-c-est-pas-la-vengeance


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saucrates 232 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine