Magazine Bd & dessins

Georges Rouault, peintre et graveur français - Oeuvres sur papier - aquarelle et autres médiums

Publié le 04 octobre 2009 par Masmoulin

rouault-par-cartier-bresson.1254503783.jpg

Georges Rouault par Cartier-Bresson

Georges Rouault(1871-1958) est un peintre et graveur français né à Paris dans le quartier populaire de Belleville. Il commence son parcours artistique en devenant à 14 ans apprenti chez un maître verrier. A partir de 1885, il suit le soir descours d’arts décoratifs. En 1891 il est reçu à l’Ecole des Beaux-arts et entre dans l’atelier de Gustave Moreau dont il est l’élève préféré. Il y côtoie Henri Matisse et Albert Marquet avec qui il fonde le salon d’Automne. En 1903, il devient le conservateur du musée qui est consacré à son maître

http://www.musee-moreau.fr/

L’artiste peint le monde judiciaire, avec les juges, les avocats, les salles d’audience ou encore les clowns et acrobates. Mais aussi les filles, les miséreux, les émigrés, en un mot la misère humaine, sans doute influencé par l’écrivain catholique Léon Bloy. Plus tard, il sera à Versailles le voisin duphilosophe Jacques Maritain. Homme profondément chrétien, il aborde aussi les sujets bibliques et religieux.

 Il a exposé en 1905 avec les « fauves » mais n’a jamais appartenu à aucun courant, aucune école. Mais, il est considéré comme un précurseur de l’expressionnisme.

Pendant près de vingt ans de 1900 à 1918, il utilise essentiellement l’aquarelle et la gouache. Ensuite il se tourne vers la peinture à l’huile sur toile ou sur papier. Toute sa vie il emploiera des techniques mixtes en mêlant aussi bien l’aquarelle, avec l’huile, l’encre de chine, la gouache, le pastel ou le crayon graphite.

Les critiques de l’époque trouvaient son style ténébreux. Rouault a choisi de brosser le genre humain avec des couleurs sombres et lorsqu’il peint à l’huile avec une pâte épaisse. Il se considérait comme un ouvrier artisan. Il été obsédé par le geste et la liberté du trait. Je trouve que les cernes noirs de beaucoup de ses œuvres rappellent le cloisonnement des vitrauxpar les sertis de plomb. Il était perfectionniste et à la fin de sa vie il a détruit plus de trois cents oeuvres. Au motif qu’elles ne correspondaient pas aux critères esthétiques qu’il s’était fixés.

Dès 1910 est reconnu par les marchands comme Ambroise Vollardet Maurice Girardin. Ambroise Vollard lui commande entre 1917 et 1927 l’illustration de plusieurs ouvrages. C’est à cette époque qu’il se met à la gravure.On citera notamment son célèbre “Miserere“ Il réalise aussi des vitraux pour l’église d’Assy, des tapisseries, des émaux. Il a également exécuté les décors et les costumes du « fils prodigue » un ballet de Serge Diaghilev.

En 1938, le Museum of Modern Art de New York expose l’œuvre gravée de Rouault. Dès 1945, sa renommée s’internationalise et plusieurs rétrospectives sont organisées à New York, Cleveland, Bruxelles, Amsterdam, Paris, Zurich, Milan. Beaucoup de musées dans le monde entier accrochent ses œuvres. Un riche industriel japonais au travers la collection « Idemitsu » possède environ quatre cents œuvres du peintre.

http://www.idemitsu.co.jp/museum/english/index.html

Il est considéré comme le plus grand peintre religieux du 20 ème siècle. Cependant, en France pendant de nombreuses années il est boudé, considéré comme un peintre « bigot », sans doute à cause du succès des reproductions de ses oeuvres chez les ecclésiastiques. Je citerai pour preuve la difficulté de trouver des biographies de cet artiste, un peu étoffées en langue française. Il faut se tourner vers les sites anglophones.

En 2004-2005 le musée de Chambéry présente “Rouault et le cirque”. Puis une exposition lui est consacrée en 2007 au musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg. La même année, c’est la confrontation « Rouault Matisse » au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. L’année du cinquantième anniversaire de sa mort, c’est au tour du Centre Pompidou avec un  ”Hommage à Rouault - l’effervescence du début”. En 2008-2009 la  Picacothèque de Paris propose une sélection d’une soixantaine de chef d’œuvres de la collection “Idmitsu” qui couvre les années 1897 à 1956. Cette année, deux expositions au Japon et celle  au musée de l’Annonciade à Saint-Tropez.

Rouault est définitivement sorti du purgatoire dans lequel il était injustement entrré à sa mort, il y a cinquante ans.

On trouvera un certain nombre d’oeuvres sur le site de la Fondation Rouault

http://www.rouault.org/

Cependant, l’on peut les trouver sur le site habituel d’Artcyclopedia

://www.artcyclopedia.com/artists/rouault_georges.html

Voici une sélection d’œuvres sur papier de Georges Raoult

paysage_de_nuit-1897-rouault-aqua.1254558054.jpg

Georges Rouault - Paysage de nuit - 1897 - Aquarelle

deux-hommes-en-costume-1906-aqua.1254558499.jpg

Georges Rouault - Deux hommes en costume - 1906 - Aquarelle

fille-au-miroir-1907-aqua.1254558203.jpg

Georges Rouault - Fille au miroir - 1907 - Aquarelle

escalier-parc-de-versailles-1910-aqua.1254558334.jpg

Georges Rouault - Escalier du parc de Versailles - 1910 - Aquarelle

clown-1910_1913-aquarelle-et-huile.1254558609.jpg

Georges Rouault - Clown - vers 1910 - Aquarelle et Huile

rouault_aguicheuse-1910_1914-aqua-encre-pastel.1254560771.jpg

Georges Rouault - Aguicheuse - 1914 - Aquarelle, encre et Pastel

un-juge-gravure-1936.1254559409.jpg

Georges Rouault - Un juge - 1936 - Gravure

le-christ-et-ses-disciples-aquatinte-1938.1254559255.jpg

Georges Rouault - Le Christ et ses disciples - 1938 - Aquatinte

éé

éé


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines