Magazine Humeur

Le bulot inutile

Publié le 27 octobre 2009 par Csp
Plombé par mes sordides histoires de tuyauterie interne, décrédibilisé par un vilain Mélenchon pas du tout accomodant au point d'aller fricoter avec le PCF au lieu de suivre la stratégie que j'avais pourtant lourdement indiquée, entouré d'incapables incompétents et militant-e-s "N"PA dont la moitié sont plus ou moins ouvertement moustachues, confronté à l'installation d'une crise financière because chômedu qui dure dont personne ne peut plus croire qu'elle soit "derrière nous", flingué par des statistiques en berne même quand elles sont truquées, parvenant à braquer même certains de mes coreligionnaires quand j'éructe mon fachisme d'opérette, constatant avec une grandissante angoisse que ma base de lecteurs se livre à une véritable compétition de trolls sous l'œil ricanant d'un spoof déchaîné, mon autre moi-même que nous subissons tous n'est pas en grande forme. "Bof bof", lui dit l'air du temps et le prochain cassoulet en boîte de ce soir qui s'annonce musical et sent à plein nez le vote-sanction de mes intestins pour un retour aux repas normaux...
Mais Thierry a plus d'un tour dans son sac. Bon, enfin, non, pas vraiment. En fait, il n'en a que deux, mais des gros : les ultranéolibérôs vont nous faire la pô - la France est livrée au libéralisme débridé et il faut un homme un vrai avec des baloches comme des melons d'eau, du cuir, des clous et des chaînes pour nous amuser et cet homme providentiel ce sera moi Thierry CSP -, et quand ça marche pas, la grosse artillerie, celle qu'on sort pour les grandes occasions afin d'adresser un signal fort à la frange la plus moisie de ses lecteurs : le beuglement contre toutes les fachitudes. Traduire : quand ça va mal, sortir la litanie sur la droite fachoïde qui empêche les gentils gens de gauche de s'exprimer, qui en veut à nos femmes et nos enfants, et aussi un peu de cul parce que ça fait vendre, le cul.
Mais quoi de nouveau là dedans ?
Pas grand'chose, puisque l'aspect La Droite Est Facho et Le Pays Est Aux Mains Des Libéraux sont la tarte à la crème d'une rédaction en dilettante de tout gauchiste adolescent sur un blog de plus en plus barbant. Faire appel au grand soir sur l'air connu de la Résistance aux Chemises Brunes permet toujours de mettre les vrais problèmes sous le tapis - un exemple parmi d'autres : la terrifiante montée d'un stress mortifère quand on est seul, chez soi, et que Butch est tombé à court de rustines - pour jouer la carte du bon petit bloggueur engagé avec le combat aux tripes, prêt à défendre des vrais valeurs, et qui n'hésitera pas à monter en haut des miradors quand il faudra surveiller les vilains gens de droite.
Thierry est inquiet pour l'avenir ? Son boulot, quand il en a un, est à chier et les conditions dans lesquelles il vit se dégradent à vitesse grand V rapport à la moisissure dans la salle de bain qui galope sur le plafond ? La seule fille qu'il peut approcher s'habille comme un pute et prend 30€ la passe, et c'est déjà beaucoup quand on est au chômage ? Il a un crédit-revolver pour éponger une ardoise en béton au Balto et il se demande quand il va être en sur-endettement tout en sachant que c'est imminent ? Il regarde le JT (pas chez lui, la téloche est en panne, alors il va à la cellule du "N"PA pour ne pas trop se sentir seul) qui lui montre que ça va mal et il se demande quand les Iraniens vont faire péter la bombe ? Son monde est recroquevillé autour d'un militantisme de blaireau et de son aliénation de salarié exploité qui ne pense qu'à la révolution qui ne vient pas ? Il a voté PCF, un temps, et puis Olivier, et il se dit qu'il va devoir voter Méluche discrètement parce que le "N"PA, c'est vraiment pas ça et il ne sait plus où il habite dans Toulouse ?
Pas de problèmes !
Parce qu'au moins, il lui reste quelque chose à quoi se raccrocher.
Thierry, tu es un bulot, crénom !
Le bulot inutile
Evidemment, être un bulot, c'est pas super-porteur dans le monde de brutes qui nous entoure. Alors Thierry fait des petites bulles de bulot, il mousse un peu quand on lui met du sel sur le pied. Pour baver, il bave. Le pied, c'est ce qu'il a de plus développé. Il écrit tout son blog avec. C'est dire. Alors quand ça parle d'identité nationale à droite ou à gauche, paf, voilà le petit gastéropode marin qui se lève comme un seul homme bulot et, à la force de son petit pied, écrire un billet torride sur le fascisme et l'embrouille supposée ou réelle d'un gouvernement qui tente de faire oublier ses lamentables procrastinations en lançant des débats à la con.
Evidemment, ensuite, il est toujours aussi pauvre et con, hein, mais en plus, il est tout sec d'avoir tant bavé.
Alors, il attend la marée, histoire de se ré-imbiber.
Et ça c'est important, de se ré-imbiber.
Le bulot inutile

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Csp 15 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine