Magazine Humeur

Clair de terre

Publié le 11 décembre 2009 par Cecileportier


empreinte écologique nathalie
    Et le monde se meurt une rupture se produit dans les anneaux d'air
   André Breton, Clair de Terre
A Copenhague, Nathalie Pages n'ira pas, pas plus qu'au bois d'ailleurs, là où elle va les lauriers sont coupés depuis longtemps, dans une Défense minérale.
Mais elle s'inquiète à l'unisson, pour la terre, comme pour un enfant de famille qui ne serait pas bien portant, comme pour un aïeul qui n'en aurait plus pour longtemps. Elle s'inquiète, elle se dit qu'elle est prête, peut-être, sans doute, à changer des choses ; elle n'achète plus de tomates en hiver.
2,33 terres nécessaires si tout le monde vivait comme elle, c'est moins que la moyenne des européens, beaucoup moins que la moyenne des américains.
Elle ne pensait pas pourtant, laisser une si grande empreinte derrière elle.
Image fabriquée à partir des données de consommation de Nathalie Pages, sur un site où l'on peut calculer son
empreinte écologique.
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cecileportier 349 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte