Magazine Journal intime

1er Janvier 2010

Publié le 31 décembre 2009 par Cassandre
20 précède 10. Drôle de numéro que celui-là pour une année souhaitons qu'elle soit heureuse et pleine de bonnes surprises.
Et c'est pour cela que je vous souhaite à tous, mes chers lecteurs, assidus ou de passage pour l'occasion :


Une très bonne et heureuse année qu'elle vous apporte bonheur, santé et prospérité ! =^.^=
Mais d'où vient cette coutume de souhaiter la bonne année ? Et les étrennes ? Je ne suis même pas sûre que cela se pratique encore vraiment de nos jours. Si ?

Cette coutume remonte aux Romains qui furent les inventeurs de cet usage. C'est avec Symmachus, auteur ancien, qui nous rapporte qu'elle fut introduite sous l'autorité du roi Tatius Sabinus, qui reçut le premier la verbène (verveine) du bois sacré de la déesse Strénia, pour le bon augure de la nouvelle année. Soit qu'ils s'imaginassent quelque chose de divin dans la verbène, soit qu'ils faisaient allusion au nom de cette déesse Strénia, dans le bois de laquelle ils prenaient la verbène, avec le mot de strenuus, qui signifie vaillant et généreux, ainsi que le mot strena, qui signifie étrenne, pour témoigner que c'était proprement aux personnes de valeur et de mérite qu'était destiné ce présent, et à ceux dont l'esprit tout divin promettait plus par la vigilance que par l'instinct d'un heureux augure.

Par la suite, on en vint à faire des présents de figues, dattes et miel, comme pour souhaiter aux amis qu'il n'arrivât rien que des choses agréables et douces pendant l'année. Puis les Romains abandonnèrent cette simplicité, troquèrent leur dieu de bois pour de l'or et de l'argent, ainsi les cadeaux se firent plus considérables dans leur valeur et leur sorte : ils s'envoyaient régulièrement des monnaies et médailles d'argent. La signification restait la même, ils se souhaitaient mutuellement bonheur et prospérité pour le reste de l'année. Ils firent de ce jour là un jour de fête, qu'ils dédièrent plus particulièrement au dieu Janus, que l'on sait avoir deux visages - un devant et un derrière - comme s'il regardait l'année écoulée et l'année à venir.

En France, même lorsque l'année commençait encore à Pâques, il semble que la tradition des étrennes ait perduré. Eh oui, l'année n'a pas toujours commencé le premier janvier...
Pour mémoire : sous les Mérovingiens, l'année commençait le 1er mars dans plusieurs provinces, elle débuta à Noël sous Charlemagne, dans tous les territoires soumis à sa juridiction. Sous les Capétiens, le jour de l'an coïncidait avec la fête de Pâques, usage presque général au Moyen Age. En certains lieux, l'année changeait le 25 mars, fête de l'Annonciation. Le concile de Reims, tenu en 1235, mentionne cette date comme "l'usage de France".
C'est le roi Charles IX qui rendit obligatoire, en 1564, la date du 1er janvier comme origine de l'année.

Ce n'est qu'à cause du Père Noël Coca Cola que cette tradition de cadeaux au nouvel an se perdit plus ou moins, elle subsiste néanmoins dans certains foyers, je suppose, où Noël est réservé aux enfants et les adultes se gardent le jour de l'An pour leurs propres cadeaux... mais je crois que c'est en passe de littéralement disparaître.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :