Magazine Humeur

LA REPUBLIQUE DU SENEGAL Ouvre ses frontières aux frères haitiens

Publié le 18 janvier 2010 par 509
A l’initiative du président sénégalais Abdoulaye Wade, une résolution sur le séisme en Haïti a été prise par diverses personnalités leaders politiques, notabilités religieuses, civiles et militaires, représentant le gouvernement, le parlement, les organisations de la société civile et les différentes composantes économiques, sociales, culturelles et citoyennes du Sénégal. Resolution que nous publions ci-contre.
LA REPUBLIQUE DU SENEGAL Ouvre ses frontières aux frères haitiensAbdoulaye Wade, président du Sénégal
REUTERS/© Denis Balibouse / Reuters
Lire la résolution
REPUBLIQUE DU SENEGAL Dakar, le 16 janvier 2010
Un Peuple – Un But – Une Foi
------------------
RÉSOLUTION SUR LA SITUATION EN HAÏTI
Nous, Personnalités, Leaders politiques, notabilités religieuses, civiles et militaires, représentant le Gouvernement, le Parlement, les organisations de la société civile et les différentes composantes économiques, sociales, culturelles et citoyennes du Sénégal, réunis ce jour, Samedi 16 Janvier 2010 à DAKAR au Palais de la République à l'invitation de Son Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République pour une large concertation sur la situation dramatique que vit le Peuple Haïtien au lendemain du tremblement de terre du Mardi 12 Janvier 2010 reconnu comme le plus grand séisme jamais enregistré dans son histoire ;
• Après avoir écouté avec beaucoup d’émotion l’appel pathétique lancé par Me Abdoulaye WADE à tous les fils d’Afrique et de la DIASPORA pour d’une part, leur rappeler leur devoir de mémoire et de solidarité à l’endroit du Peuple Haïtien frappé pour la deuxième fois par une tragédie ayant entrainé plusieurs dizaines de milliers de morts, des millions de sans-abris avec l’effondrement total des habitations et de la quasi-totalité des édifices publics et d’autre part, leur demander de prendre en charge, avec lui, la proposition qu’il a faite aux Haïtiens d’un retour en Afrique, leur terre d’origine, s’ils le souhaitent, pour y bâtir, leur propre Etat ;
• Après avoir enregistré avec beaucoup d’intérêt le rappel historique plein d’enseignements fait par le Professeur Iba Der THIAM qui a mis en exergue le rôle majeur joué par les Haïtiens dans le combat des Peuples Noirs pour leur libération, la préservation de leur dignité et le refus de la domination coloniale avec à leur tête Toussaint Louverture, symbole de la Résistance et de la Révolte des Noirs avec une contribution décisive d’Haïti dans la lutte pour l’indépendance de l’Amérique Latine et celle des Etats-Unis ;
• Convaincus qu’Haïti constitue une référence sublime pour les Peuples d’Afrique et de la Diaspora du fait de sa lutte farouche contre la traite négrière et la domination coloniale, de son rejet de toutes les justifications des missions civilisatrices donnant ainsi son premier souffle au Mouvement Panafricaniste, ce qui va entraîner une sorte de conjuration contre ce peuple-rebelle qui ne devait en aucun cas servir de modèle ;
• Convaincus que l’Afrique, terre d’origine des Haïtiens transplantés par la force et contre leur gré hors du continent, ne saurait rester insensible au sort tragique qui frappe aujourd’hui le peuple haïtien ;
• Convaincus de la portée historique et stratégique de la proposition du Droit au Retour des Haïtiens sur la Terre d’Afrique faite par Maître Abdoulaye WADE et qui traduit éloquemment, une fois encore, son profond et sincère engagement pour la cause noire et ses convictions panafricanistes de toujours ;
Une telle proposition, outre les raisons historiques qui fondent sa pertinence, se justifie encore plus par le fait qu’Haïti se trouve dans une zone particulièrement vulnérable au tremblement de terre et sa population est dès lors en danger permanent et ses efforts de développement constamment réduit à néant ;
• Convaincus également de l’urgente nécessité d’apporter une aide multiforme et une solidarité immédiate de vaste ampleur aux populations haïtiennes éprouvées, démunies et meurtries face aux dures conséquences d’un séisme d’une amplitude exceptionnelle ;
- DECIDONS de nous approprier et de porter partout au Sénégal, en Afrique et à travers le monde le message fraternel et la généreuse proposition de Me Abdoulaye WADE pour un Droit au Retour des Haïtiens et à la création, s’ils le souhaitent, de leur propre Etat sur la terre d’Afrique, terre de leurs ancêtres.
- ENGAGEONS tous les Sénégalais à prendre en charge cette proposition et à inviter toute la Communauté Africaine, du Continent et de la Diaspora à en faire de même à travers des déclarations et résolutions.
- CONSTITUONS une Union Sacrée autour du Président Abdoulaye WADE et l’engageons à porter la question au niveau de l’Union Africaine pour la mobilisation de l’ensemble du Continent.
- INVITONS l’Union Africaine à adopter, au niveau des Chefs d’Etat, une Résolution dans ce sens pour réaffirmer, au plus haut niveau, le devoir de mémoire et de solidarité des Peuples d’Afrique au Peuple d’Haïti-frère et, sur la même lancée, donner corps à la proposition de faire de la Diaspora la 6e Région du continent illustrant ainsi, par un acte symbolique et politique fort, l’indivisibilité et l’inaltérabilité de la culture noire malgré toutes les agressions qu’elle a subies de la traite négrière à nos jours.
- REITERONS l’impérieuse nécessité de mobiliser toutes les forces vives de l’Afrique pour qu’elles participent activement au mouvement général de solidarité qui a été amorcé en apportant une contribution significative et multiforme ;
- ENREGISTRONS, d’ores et déjà avec satisfaction et fierté la décision du Président Abdoulaye WADE :
• de libérer immédiatement une première contribution de l’Etat du Sénégal d’un Million de dollars US,
• de convoquer en session d’urgence le Parlement réuni en Congrès avec comme unique point à l’ordre du jour : la Situation en Haïti et la nécessaire mobilisation générale,
• de lancer une campagne nationale de solidarité avec le peuple frère d’Haïti,
• de faire diffuser très largement le rappel historique du Professeur Iba Der THIAM, en français, en anglais et dans les langues nationales,
• de profiter des grands évènements comme l’inauguration du Monument de la Renaissance Africaine et le FESMAN pour mettre l’accent sur la Résistance Africaine avec une forte implication des artistes et hommes de culture pour une bonne
transmission des messages.
• d’organiser dans les écoles, lycées, collèges et universités une journée d’information, de sensibilisation et de solidarité des jeunes sur la situation en Haïti.
SUR LA MÊME LANCEE, DECIDONS, après avoir salué la prompte réaction de la Communauté Internationale,
• de participer activement à l’aide massive et urgente aux populations haïtiennes meurtries avec :
 l’organisation au Sénégal d’un Téléthon et d’une émission AFRICAVISION au niveau des grandes chaînes de télévision du continent pour mobiliser d’importantes ressources en vue de soulager nos frères d’Haïti ;
 la saisine de l’Union Africaine pour l’adoption d’une résolution ordonnant la célébration par tous les Etats-membres d’une Journée de Solidarité Africaine pour Haïti et la mise en oeuvre d’un Plan d’Action d’Urgence et l’implication du Parlement africain et de tous les parlements nationaux,
 la saisine du Gouvernement du Sénégal pour qu’il propose l’adoption d’une Résolution au niveau des Nations Unies en vue de la mobilisation de ressources pour la prise en charge de la Reconstruction d’Haïti et son installation sur le territoire de son choix dans la Paix et la Sécurité pour l’épanouissement intégral de son peuple.
• de lancer un appel à tous les Etats membres de l’Union Africaine pour qu’ils s’engagent à accueillir tous les Haïtiens qui le souhaitent sur leur sol et à leur faciliter leur éventuel établissement, • d’inviter l’Union Africaine à mettre en place une structure pérenne de solidarité et une force opérationnelle de protection civile capable d’intervenir dans des situations comparables à celles d’Haïti
Fait à Dakar, le 16 Janvier 2010Yon gwo AYIBOBO pou ou men m zanmi m ki vizite lakou sa pou pwan nouvèl zanmi lakay ak lòt bò dlo.

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine