Magazine Journal intime

Voyage en nostalgie

Publié le 15 février 2010 par Anaïs Valente

C'est une journée où tout pousse à rester douillettement chez soi.  Le temps s'annonce glacial.  Le ciel s'annonce plus gris qu'un jour de fin du monde.  Le vent s'annonce de très très bonne humeur.

C'est donc une journée pour un voyage en nostalgie à la mer du Nord.

En plein hiver.

Et alors, faut-il absolument aimer la mer du Nord en été, et uniquement en été ?  Quand on aime une femme (ou un homme), ne l'aime-t-on qu'à la jolie saison, pour la (le) délaisser à l'automne de sa vie, lorsqu'elle se transforme peu à peu en adorable vieille dame, lorsqu'il se dégarnit, lorsque leurs deux mains sont parcheminées ?

Que nenni.

Alors moi, j'aime la mer à toutes saisons.  Et puis surtout, un voyage en nostalgie, ça se fait à toutes saisons.

Quand mon réveil sonne à 6 heures du mat, j'ai changé d'avis et je grommèle "keskimaprisdalleràlamerenhiverrondidju" durant cinq bonnes minutes.  Puis je me lève enfin, dans le froid total, le givre figé sur les vitres, des stalactites sous le nez et les lèvres bleuies (nan, j'exagère pas du tout, m'enfin), pour aller choper un train, munie de victuailles comme si je partais en expédition polaire une semaine.

Le voyage est long jusqu'à la mer du Nord en hiver.  Point de train direct.  A Bruxelles, changez.  A Gand, changez.  A La Panne, tramez (néologisme signifiant prendre le tram).  Puis enfin, arrivez.  Long voyage, mais plaisant voyage, agrémenté de discussions à bâtons rompus sur un tas de trucs, dont les raisons qui nous font aller là-bas.  Un retour aux sources.  Une escapade dans nos souvenirs, communs ou pas, mais de jolis souvenirs qui font que l'émotion est partagée.

Train, train, train et tram, et nous voici arrivées.  Directement, cap vers la mer.  Le sable.  Le vent et la pluie.  Très ambiance mer du Nord, finalement.  Passque bon, que serait la mer du Nord sans son habituel crachin ?  En chemin, un coup d'œil au mini-golf (tiens, j'ai une photo de moi en train de golfer, fière de mes cheveux qui poussent), à l'Oasis (tiens, j'ai aussi une photo de moi en train de me saouler, fière de l'abominable bandana dans mes cheveux qui ont poussé), au Luna Parc (tiens, j'ai pas de photo de moi), au dancing où j'ai passé de longues soirées au son de la new beat, à Cocorico, le traiteur qui m'a tant nourrie.  Tiens, l'appartement où j'ai dormi tant de nuits.  Et puis les magasins, keskils ont changé les magasins my god.  Tout a fermé, tout a rouvert.  Ce magasin plein de gadgets et de jolies choses, fermé.  Le cinéma, fermé.  Le resto-bar où nous passions des soirées entières, fermé.  Mais il en reste, des souvenirs.

Petite promenade sur la digue.  Nous sommes seules, ou presque.  Avec la mer.  C'est l'essentiel.  La promenade est courte, vu la pluie, mais nous nous réfugions dans une taverne avec vue sur elle, la mer, toujours elle.  Une taverne où j'en ai dégusté, des glaces.  Une taverne ou un thé menthe me réchauffe le gosier congelé.  Et je regarde la mer.  Et quand je regarde la mer, je m'interroge sur le sens de la vie, de ma vie, sur l'infini, sur la petitesse de l'individu, perdu sur cette terre, elle-même perdue dans cet univers.  Et puis j'ai l'âme romantique, passque la mer, c'est l'amour, c'est l'éternité, c'est le bonheur, c'est du sable entre les doigts de pied, ce sont des regards ensoleillés, quelle que soit la météo.  La mer, c'est tout ça.  La mer, ce n'est rien de moins que ça.

Après l'apéritif au thé, re-promenade à l'intérieur des terres, et lèche-vitrines.  Puis un petit repas dans un endroit sympa.  Beaucoup de papote.  Beaucoup de parlotte. Beaucoup de souvenirs.  Beaucoup de confidence.  Comme une envie de se gaver d'autant de souvenirs que possible, histoire qu'ils s'ancrent dans les neurones pour la vie entière. 

Puis, plus terre-à-terre, et vu, toujours et encore, la météo de plus en plus déprimée, séance shopping.  Dans ce magasin qui a bercé mon adolescence, où les senteurs se mélangent au plaisir des yeux, et où on peut aussi, tant qu'à faire, déguster crêpes et gaufres.  Nous n'en aurons pas le temps.  Quelques essayages de fringues, aussi.  Puis un périple chez un bouquiniste, où je m'extasie devant tous les trésors qui s'y trouvent.  Je craque pour un tout vieux livre de solfège, début du siècle dernier.  Pour le fun.  Et puis pour un magazine qui a plus de cinquante ans, Arts ménagers, de 1955, désuet et démodé, tellement drôle aussi.  Dernier achat, dans un magasin de cartes et cadres, une mini-toile « quand je serai grande ». 

Le temps passe, la mer reste.  Mais nous devons partir, le tram n'attend pas, le train non plus.

Dernier adieu à la mer grise sous le ciel gris.  Je repère des mouettes figées et je décide de faire une photo.  La pluie m'empêche de m'agenouiller près de mon barda pour trouver mon appareil.  Ma comparse s'est réfugiée à l'abri, et moi je cherche je cherche je cherche.  Et je ris, je ris, je ris.  Je ris tellement que je ne trouve rien.  On m'a toujours dit que ces grands sacs ne sont pas pratiques.  Mais moi, j'ai besoin d'un grand sac, pour y ranger mon portefeuille mes mouchoirs mon GSM mon lecteur mp4 ma trousse de médicaments-on-n'a-plus-vingt-ans, ma trousse-pour-me-faire-jolie-tant-que-faire-se-peut, ma pochette à cartes de fidélité, mes sacs pliables, mon abonnement, mes clés, mon déodorant, mon désinfectant pour les mains, mes bons de réduction, mes chewing-gum, un en-cas contre l'hypoglycémie et mon parapluie.  Donc je cherche et je ris.  Elle vient à ma rescousse et nous rions beaucoup en sortant tout le contenu de mon sac pour, enfin, sous une drache bien nationale, y dénicher mon appareil.  Clic une photo, clic une deuxième photo, clic une troisième photo (toutes ratées, en fin de compte, faisait bien trop sombre).

Ensuite, nous tramons jusqu'à la gare, puis nous trainons dans la gare... avant de trainer jusque Namur.  (Nouveaux mots au dico anaïssien : tramer, trainer, busser, véloter, taxiter).  Dans la gare, je me fais accoster par un jeune homme à l'haleine très Jupiler (à moins que ce ne soit Maes, sait-on, jamais avec les grèves qui courent).  Il me demande quelques menus renseignements puis me colle au train (ah ah ah, admirez le choix de l'expression), jusqu'à son arrivée (du train, bien sûr).  Plus moyen de m'en défaire. 

Dans le compartiment, nous parvenons à l'éviter en nous installant au tout début du train, là oùsqu'on entend le conducteur pousser régulièrement sur la "pédale du mort", souvenirs souvenirs.  Mais l'importun à l'haleine de Jup nous rejoint ensuite et se lance dans une drague motivée de deux jeunes filles néerlandophones.  Lorsqu'il allume une cigarette, c'en est trop pour moi, et je propose de changer d'endroit, ce que nous faisons immédiatement.  Peu de temps après arrivent les deux jeunes filles, apeurées.  Puis surgit le contrôleur, enfin l'accompagnateur, furieux.  Il se rue à l'endroit où se trouve Monsieur Jup-Cigarette et les cris fusent.  Tout cela dans un néerlandais que je ne comprends pas et un mélange d'italien, de français et de je ne sais quoi encore.  Au prochain arrêt, l'importun est laissé sur le quai, en punition.  Ouf, on respire enfin, dans tous les sens du terme.

A Gand, petit détour par la cafétéria, qui n'a pas tellement changé depuis mon enfance, enfin si, un peu, mais pas tellement.

A Bruxelles, nous loupons notre correspondance vers Namur. Qu'importe, un petit creux, un petit Quick, un petit train.

Il fait déjà noir quand je regagne mes pénates, ravie de cette escapade pleine de souvenirs et de rires. 

Y'a rien à faire, quand l'enfance vient faire un petit coucou de la main, ça fait vraiment du bien.

merpt

qdjeseraigrande



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • voyage Francfort

    Demain dès l'aube je prends la direction de Francforty en Allemagne pour un long week-end de de travail au coeur d ela campagne électorale allemande. Lire la suite

    Par  Micheltabanou
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Bon voyage...

    voyage...

    Ce matin, j'étais en retard, et au lieu d'écouter la météo + le journal (ce qui me permet de changer de fringues dare dare et de savoir un tout petit chouia de... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Carnet de Voyage : Perou-Bolivie 2009 (1)

    Sábado 12 de Septiembre : Réveil matinal pour être à l’aéroport vers 05h30. Départ vers 07h30 pour Amsterdam, escale d’une heure puis départ à 10h pour Lima. Lire la suite

    Par  0plus0
    AMÉRIQUE LATINE, JOURNAL INTIME, RÉGIONS DU MONDE, TALENTS, VOYAGES
  • Un voyage ailleurs

    voyage ailleurs

    Il y a presque trois ans, on a fait une escapade à Lisbonne…La fameuse ville où mon chéri est né (non il n´est pas d´origine portugaise….c´est long à expliquer). Lire la suite

    Par  Mandy
    JOURNAL INTIME, RÉGIONS DU MONDE, TALENTS, VOYAGES
  • Carnet de voyage de Shikoku

    Carnet voyage Shikoku

    Cliquez pour pouvoir lire :) Les premiers plats du séjour... Il est 23h40 à Takamatsu, avant de vous laisser, la vue de ma chambre :) Bande-son : Lire la suite

    Par  Delphine Mach
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Carnet de voyage de Shikoku #2

    Carnet voyage Shikoku

    J'ai pas fini la page du dernier samourai qu'on a été voir à son dojo, j'ai pas encore récupéré toutes les infos, je mettrai à jour la page prochainement :) Je... Lire la suite

    Par  Delphine Mach
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Carnet de voyage de Shikoku #4

    Carnet voyage Shikoku

    Aujourd'hui, pas de photo, flemme et fatigue...Bande-son : "Crazy", The Asteroids galaxy Lire la suite

    Par  Delphine Mach
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, TALENTS