Magazine Journal intime

Le pavillon Montsouris.

Publié le 17 février 2010 par Kabotine
Le pavillon Montsouris.Aujourd’hui, on a failli divorcer.
Mon c&t est d’une humeur de chacal depuis qu’il a des soucis de santé.
La communication se dégrade, et j’ai l’impression de me faner.
Whatever, ce matin, on avait plus ou moins prévu d’aller acheter un cadeau d’anniversaire au Grand, à Paris, au Bon Marché. Parce qu’il le vaut bien, bien que nous lui lavions les cheveux avec un shampoing bio dont le nom m’échappe à l’instant.
Partis sur une querelle, pour une raison oubliée et sans importance, j’étais vexée comme un pou et cherchais vainement un prétexte pour faire demi-tour, et gâcher la journée.
Vaine recherche, mon c&t a beaucoup d’humour, il suit à la lettre les préceptes du curé qui a failli nous marier : « dans le mariage, il faut avoir beaucoup d’humour… ». Le curé est mort, le pauvre. D’une cirrhose, ou de ses suites peut être, mais son conseil est resté. Mon c&t le suit à la lettre. Heureusement.
Bon Marché – Rayon jouets. Comment ne pas craquer ? Nous venions pour le château fort, nous repartons avec plus cher en figurines chevaliers, archers, guerriers et même fée, qu’en habitat lui-même. Je choisis les rouges, il choisit les bleus, nous n’oublions ni le prince aux longs cheveux, ni le roi barbu. Nous retombons en enfance.
Puis à choisir un livre pour une petite copine, nous trouvons des avions en papiers. Deux, un pour lui, un pour moi ? Non… un pour chacun de nos enfants…
C’est chargés comme des pères Noëls en goguette que nous regagnons la voiture. Morts de rire, pleins d’étoiles, comme si les cadeaux étaient pour nous…
« Quittons le quartier, il va y avoir une manif…
- tu veux manger ?
- je connais un endroit… sympa… »
Un endroit sympa, vieillot, désuet, et méconnu des touristes, où l’on mange très bien, dans un cadre apaisant --celui du parc Montsouris. Où la nourriture et la boisson apaise l’estomac comme les esprits, et rendent amoureux.
Amoureux ? ça tombe bien. Le parc est romantique à souhait. Il ne manque ni cascade ni banc ensoleillés. Le temps d’une promenade, nous oublions griefs et différents. Jusqu’à la prochaine fois…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kabotine 11 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte