Magazine Humeur

On appelle ça le progrès ma bonne Lucette

Publié le 10 mars 2010 par Cccil
On appelle ça le progrès ma bonne Lucette

Le bulot et moi-même sommes des consommateurs enthousiastes. Toute nouvelle acquisition, aussi infime et insignifiante soit-elle, entraine (outre cris de joie et tapements de main) une frénésie subite dite " d'essayage du nouveau jouet ".

Je suis d'ailleurs un peu déçue que suite à la toute récente acquisition du lave vaisselle (jouet hautement technologique et donc sensé mettre l'homme en joie et l'occuper avec tous les réglages et options pendant au moins 2 semaines), je suis déçue donc que le lave vaisselle n'ai pas suscité plus d'engouement chez lui que cela. Il a rempli quelques bacs, tourné trois boutons et après un micro ajustement sur le liquide de rinçage, il l'utilise maintenant à des fins purement terre à terre et sans joie.
A croire que finalement il y des choses plus excitantes que d'autre en matière d'électronique pour un homme. Par exemple, alors qu'il a enfin fini à se lasser de sa montre dont on voit les engrenages - offerte en octobre - il est toujours en train de faire mumuse avec les nouvelles fonctionnalités de son téléphone -cadeau du papa noël.

Les hommes n'ont donc jamais fini de me surprendre.

Ceci dit, cela a un avantage non négligeable.


Pour se débarrasser de l'homme (mesdames prenez note), il vous faut le lancer sur un sujet technique quelconque (exemple probant : un appareil photo), si possible nécessitant l'acquisition d'un jouet (en l'occurrence ici, le renouvellement de votre vieil appareil photo, mais ce n'est en rien obligatoire, une simple exposition de votre incompréhension en matière de photographie aurait suffit). Laissez-le ensuite mariner sur les sites internet, faire des comparaisons, se renseigner sur les dernières avancées technologiques en la matière.


Déjà, ça devrait l'occuper un moment.

Ensuite, si vous n'avez pas terminé ce que vous aviez à faire dans votre coin et nécessitez un peu plus de temps pour vous, il vous faudra émettre des doutes sur la qualité de tel ou tel appareil par rapport à tel ou tel autre.

Ca devrait le relancer pour quelques temps encore.

Bon, un jour par contre vous allez vous retrouver devant un vendeur darty ou fnac à comparer les sélections de votre chéri, qu'il sera tout fier de vous exposer. Montrez vous intéressée (autant que faire se peut), hochez la tête, et lancez quelques " Hum... Tu crois ? ... Il n'était pas mieux celui d'avant ? " à des moments qui vous semblent opportuns. Au finale deux choix s'offrent à vous : soit vous avez effectivement besoin de l'objet et dans ce cas, n'hésitez pas foncez achetez, soit vous n'avez absolument besoin de rien et après avoir salué la compétence et le savoir faire de l'homme en matière technologique, et mis en avant sa serviabilité à vous tirer d'affaire, vous jeune damoiselle en grande détresse, mettez en cause l'intelligence d'une acquisition à cet instant précis, pour des raisons purement pécuniaire qui n'ont rien à voir avec l'homme.

Le premier cas à l'avantage supplémentaire que l'homme, après vous avoir laissé manipuler l'objet pendant 45 s ½, s'emparera du nouveau jouet pour faire mumuse un long, très long moment. Mine de rien, vous êtes peinarde encore pour un peu de temps.

Bon cette technique ne peut être renouvelée trop souvent, sous peine de se faire griller. Mais de temps à autre elle rend bien service .

Je disais donc (décidément, j'ai du mal à rester dans le sujet de départ) que le bulot et moi-même sommes des consommateurs enthousiastes... mais pas pour tout.
C'est ainsi qu'un soir en rentrant de ma journée de dur labeur je me suis retrouvé avec cet envahisseur de l'espace dans le salon.

On appelle ça le progrès ma bonne Lucette


Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!
Bon, pour être honnête, je ne peux pas dire que j'ai été prise au dépourvu. Cela faisait un long moment que l'homme me bassinait avec son écran, mais j'avoue que j'écoutais d'une oreille plutôt distraite en pensant que la lubie (une lubie technologique en suivant souvent une autre) passerait comme les précédentes, étant entendu que raisonnablement nous avions déjà une télé qui fonctionnait très bien, tout à fait pratique et fonctionnelle en rapport avec l'utilisation quasi nulle que nous faisions de l'objet, et un écran d'ordinateur de gnouf gnouf pouces de très bonne qualité.


C'était sans compter sans le démon gadgétique qui sommeil en chaque représentant de la gente masculine et qui le pousse la nuit dans son sommeil à acquérir le dernier joujou que le compère masculin voisin n'a pas, plus gros, plus beau, plus nouveau, avec encore plus de nouvelles fonctions inutiles et donc forcément indispensables, et kikicékalaplugrossed'abordhein ?!
Je ne lui jetterai pas la pierre là-dessus, je suis personnellement une compulsive de l'achat de livre que je n'ai pas le temps de lire...
Mais là quand même....
C'est que vous comprenez, ma belle petite télé aussi profonde que (peu) large, avec un écran de schtroumf et un son de 33 tours qui grignote, je l'aimais d'amour, je m'y étais attaché. Nous nous étions trouvé, contre une partie de mon premier salaire d'étudiante sans le sou, et nous avions voyagé ensemble, de chambres de cité U en apparts en colloque, de la France à l'Espagne, jusqu'à atterrir dans mon petit deux pièces banlieusard, dans un coin, plus utile à faire tenir une lampe, qu'à vraiment regarder quoi que ce soit, délaissée au profit de l'écran de gnouf gnouf pouces et des séries américaines...
On appelle ça le progrès ma bonne Lucette...
Ma petite télé est maintenant dans un coin, à attendre de prendre la poussière. La lampe cherche désespérément une place, et je ne peux m'empêcher, en regardant le monstre de l'espace, d'avoir un petit frisson réfractaire.
Ma petite télé ne t'inquiète pas. Maman prépare ton retour du Jedi !!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine