Magazine Journal intime

I r r e c u p e r a b l e

Publié le 16 mars 2010 par Wawaa

C’est l’attribut qui me colle à la peau. Irrécupérable. Ire raie cul pet râble. Poétique avec ça. Non sérieusement, je crois que je suis un cas désespéré. Je l’ai compris la semaine dernière en moins de 10 secondes, c’était même vendredi dernier. J’avais rendez-vous chez ma dentiste pour me faire boucher les trous dentaires. Parce que voyez-vous, les plombs qui me servaient de dents avaient décidé de se faire la malle depuis le mois de Septembre…Deux dents à trous. Un calvaire surtout celle du haut. Les fils de viande ou d’ananas qui pendouillent même si vous vous acharnez avec la brosse à dent et le cure-dent, la gencive qui hurle de douleur, le charme d’une haleine délicatement parfumée – mais efficace pour éloigner les éléments indésirables -, ce fût depuis quelques mois que du bonheur.

Et donc je devais aller chez ma dentiste à 11h30 pour nettoyer tout ça, remettre un pansement provisoire et engager une procédure terrible pour mon compte bancaire : la pose de deux couronnes céramiques. Heureusement, ma mutuelle santé, qui a ENCORE augmenté – bientôt faudra être hyper riche pour se soigner -, prend très bien en charge les frais dentaires, alors soyons fous ! Soignons ces dents pour ne plus avoir à revivre ces terribles moments de solitude lors d’un repas en société : tenter discrètement du bout des doigts –qui n’ont pas d’ongles, histoire de corser un peu plus la tache – de retirer un fil de rôti de porc qui se balance avec élégance  sous la dent trouée. Une classe folle !

J’arrive à 11h24. Je sonne. La secrétaire m’ouvre la porte et me fait assoir dans la salle d’attente. Et moi je me dis que, comme c’est une salle d’ « Attente », je vais attendre, alors je sors mon cahier, mon stylo, et un livre sur l’Opéra Garnier  pour commencer à écrire l’article que je veux écrire à ce sujet pour Une Gersoise à Paris . Que nenni ! Même pas le temps d’écrire le premier mot du titre que déjà elle revient me chercher. La dentiste se rappelle de moi et me dit que ça faisait longtemps … depuis Juillet 2008 ! Bah ouais, j’ai pas d’abonnement moi ! Et puis si tu savais madame la dentiste tout ce qui s’est passé depuis Juillet 2008. Elle me sourit et me dit « Bon alors qu’est-ce qui vous arrive ? ». C’est là que tout a basculé, c’est là que j’ai compris toute la profondeur de ma bêtise, toute l’intensité de mon imbécillité. Je lui ai répondu avec aplomb « Bah j’ai pété les plombs » en rigolant comme une courge. Elle afficha alors un sourire forcé accompagné d’un air blasé.

Parce que ce jeu de mot d’une extrême nullité elle doit l’entendre aussi souvent que j’entends les clients de supermarché me dire qu’ils vont renvoyer le ticket de caisse à la Sécurité sociale.

Et merde. Je suis donc moi aussi, irrécupérable ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :