Magazine Humeur

Kick Ass: la critique du film

Publié le 21 avril 2010 par Thebadcamels
Kick Ass: la critique du filmTriste journée pour le cinéma puisque le Bond n°23, réalisé par Sam Mendes, a été repoussé sine die... Histoire de se remonter le moral, voici la critique de Kick Ass qui sort aujourd'hui en salle.
C'est à l'Electric Cinema, de loin la plus vieille et la meilleure salle de cinéma de Londres, que les Bad Camels sont allés voir Kick Ass. Confortablement installés, les pieds sur un pouf en cuir, une grosse pinte de bière à la main, les Bad Camels attendaient, peu sereins, le générique de début... Il faut dire que le concept est plutôt inhabituel: un film de super-héros indépendant réalisé par l'anglais Matthew Vaughn, ancien producteur de Guy Ritchie et réalisateur de Layer Cake et Stardust, avec au casting des inconnus, Mark Strong, Christopher Mintz-Plasse et surtout un Nicolas Cage affublé d'une moustache... Bref, c'est quitte ou double.
Alors que dire de Kick Ass en quelques mots? Tout d'abord, ce film ne ressemble pas du tout à la bière un peu fade et lourde que nous avions à la main; Kick Ass, c'est un Dirty Milk Shake à la banane, une boisson d'ado pré-pubère dans laquelle on aurait discrètement versé plusieurs dizaines de centilitres de vodka pour lui donner du kick. Rafraichissant et surprenant, c'est un cocktail qui réussit son effet: libre de ton, maîtrisant le timing comique aussi bien que les ZAZ, Matthew Vaughn s'amuse à diriger ses acteurs dans des situations toutes cocasses voire drôlatiques. En parlant d'acteurs, Aaron Johnson, le protagoniste, est une très bonne découverte, très juste dans le jeu de comédie, la fillette dans le nom nous échappe délivre parfaitement ses répliques toutes plus obscènes les unes que les autres et surtout, Nicolas Cage réaffirme de nouveau son statut d'acteur en très grande forme après l'excellent Bad Lieutenant...
Si le cocktail fonctionne bien pendant un moment, il devient petit à petit quelque peu indigeste, une fois l'effet de nouveauté passé. Disons simplement que la première moitié du film est plus réussie. Cependant, en sortant de la salle, loin d'avoir la gueule de bois, les Bad Camels étaient plutôt excités par ce qu'ils venaient de voir.En conclusion, du gros divertissement à l'américaine nappé d'une bonne couche d'humour et de violence poussée à l'extrême, sans vraiment pouvoir affirmer "it kicks ass", les Bad Camels te conseillent néanmoins de laisser le cerveau à la maison et d'aller apprécier le spectacle.
PS: Nicolas Cage, qui vous réserve pas mal de surprises, porte une "cop moustache" ET une "trucker's moustache": énorme!

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine