Magazine Nouvelles

Ana Marques Gastão/Bailarinas

Publié le 27 mai 2010 par Angèle Paoli
«  Poésie d'un jour
(Pour faire défiler les poésies jour après jour,
cliquer sur les flèches de navigation)


BAILARINAS

Balairinas
© Marlborough Fine Art, London.

Sempre desejei escrever um poema igual a esses olhos;
não consegui ― Janeiro, Fevereiro, Março, o texto afirma
e recorda a linha de contradição que é a nossa vida.
Um momento de Verão pode, afinal, vir no Inverno quando
o corpo se esquece do hábito e se solta como um soneto.
Olha para mim : estou gasta sem distinguir o desejo do acto,
necessitando não de irresolutos lamentos, mas de rir.
Somos a quê ? Mulheres recíprocas, mínimas e extensas,
escutando o tempo enquanto a carne se torna flácida.
Estamos num atalho entre obscuridades e fitamo-nos porque,
com mais ou menos peso, nos transformamos. Melhor ignorar
do que contemplar, pelo menos hoje; os sentimentos são mais
do que uma só coisa. Se corremos o risco de confundir dor
pessoal com o esquecimento da vida, esta amizade termina
em crepúsculo e todo o excesso se acumulará nos outros.

Eu, artífice da imaginação, deite-me na mansidão da pagina,
olhos fechados, lábios fingindo agilidade, o verso espraiando-se
na evocação de amor antigo. Tu, mais esquecida da tua natureza,
danças melhor, ave nítida, até ao limite de uma fantasia incontrolada.

BALLERINES


J’ai toujours désiré écrire un poème semblable à ces yeux ;
je n’y suis pas arrivée ― janvier, février, mars, le texte affirme
et rappelle la ligne de contradiction qu’est notre vie.
Un moment d’été peut, finalement, venir en hiver quand
le corps oublie l’habitude et se détache comme un sonnet.
Regarde-moi : je suis usée et ne distingue pas le désir de l’acte,
sans nécessité des plaintes irrésolues, mais des rires.
Que sommes-nous ? Des femmes réciproques, infimes et vastes,
qui écoutent le temps alors que leur chair devient flasque.
Nous voilà sur un sentier en pleine obscurité et nous nous regardons car,
avec plus ou moins de poids, nous nous transformons. Mieux vaut ignorer
que contempler, aujourd’hui du moins ; les sentiments sont bien plus
qu’une seule chose. Si nous courons le risque de confondre douleur
personnelle et oubli de la vie, cette amitié se termine
en crépuscule et tout l’excès s’accumulera chez les autres.

Moi, artisan de l’imagination, je me couche sur la douceur de la page,
les yeux fermés, les lèvres feignant l’agilité, le vers s’étalant
dans l’évocation d’un amour ancien. Toi, plus oublieuse de ta nature,
tu danses mieux, oiseau clair, jusqu’à la lumière d’une fantaisie incontrôlée.

Ana Marques Gastão, Noeuds (édition bilingue), éditions fédérop, 24680 Gardonne, 2007, pp. 97-98. Poèmes traduits du portugais par Catherine Dumas. 25 tableaux de Paula Rego. Ouvrage publié avec l'aide de la Fondation Calouste Gulbenkian.



■ Voir aussi ▼

→ (sur le site des éditions fédérop) la page consacrée à Noeuds d’Ana Marques Gastão (dont extraits de presse)
→ (sur Carnets de Poésie de Guess Who) plusieurs poèmes d’Ana Marques Gastão extraits du même recueil (+ une bio-bibliographie)
→ (sur arlindo-correia)
une biographie (en portugais) sur Paula Rego
→ (sur Up Magazine)
une interview (vidéo en portugais) de Paula Rego par Maria João Veloso



Retour au répertoire de mai 2010
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit de Terres de femmes

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines