Magazine Humeur

Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin)

Publié le 02 juin 2010 par Hermas

"Cantiga" n° 36 d'Alphonse X le Sage

Son règne est celui d’un conquérant, d’un chef intrépide, constant et habile dans l’art de la guerre. Sous ce rapport, seul peut lui être comparé son beau-père Jaime le Conquérant. Les sièges des grandes places fortes étaient préparés par Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin) des incursions, des raids à cheval, menés par des forces rapides qui vivaient sur le pays. Il dominait l’art de surprendre et de déconcerter, en profitant de toutes les opportunités politiques que lui offraient les dissensions de ses adversaires. Il organisait avec soin ses grandes campagnes et s’efforçait d’entraîner les siens davantage par la persuasion, l’exemple personnel et la perspective des bienfaits futurs que par la contrainte. Une fois les places fortes investies, il laissait se retirer ceux qui n’en pouvaient plus.
Telle est sa physionomie historique la plus connue. Son action de gouvernant l’est moins, que l’histoire reconstruit peu à peu : ses relations avec le Saint Siège, les prélats, les nobles, les municipalités, les universités récemment fondées ; son administration de la justice, sa sévère répression des hérésies, ses relations exemplaires avec les autres rois d’Espagne, sa gestion économique, la colonisation et l’organisation des cités conquises, la poursuite de la codification et de la réforme du droit espagnol, sa protection des arts. Telle est la deuxième dimension d’un règne véritablement exemplaire, qui ne peut être comparé en cela qu’à celui d’Isabelle la Catholique, quoiqu’en moins connu.
Mais il en existe une troisième, digne d'admiration, qu’un illustre historien moderne a commencé à révéler. Il s’agit de la prudence et de la noblesse dont il fit preuve à l’égard de ses adversaires, les rois musulmans. « Saint Ferdinand – écrit Ballesteros Beretta dans une brève étude monographique – pratique dès le début une politique de loyauté ». Son œuvre est l’accomplissement d’une politique sagement dirigée par une façon de procéder soigneusement méditée et par une loyauté sans pareille. Le Père Retana le souligne aussi dans sa biographie très précise.
Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin) Pénétré de son droit à reconquérir la terre d’Espagne, il respecte ceux qui acceptent de se déclarer ses vassaux. Une fois qu’il a vaincu l’adversaire d’un de ses alliés maures, il ne se retourne pas contre celui-ci. Il observe scrupuleusement les trêves et les traités. Peut-être a-t-il aussi voulu en son cœur gagner ses adversaires à la foi chrétienne par son comportement. Il est hautement probable que certains de ses alliées l’ont embrassée en secret. Le roi de Baeza lui a remis l’un de ses fils comme otage ; ce dernier, converti au christianisme sous le nom castillan d’infant Fernando Abdelmón (le propre nom de baptême du roi), devint plus tard l’un des habitants de Séville. Saint Ferdinand n’aurait-il pas été son parrain de baptême? Grâce à ses négociations avec l’émir des “Benimerines” (1) au Maroc, le Pape Alexandre IV put envoyer un légat au sultan. S’il y avait eu d’autres saint Ferdinand, l’Afrique aurait aujourd’hui une toute autre physionomie.
Au terme de sa croisade, atteint d’une maladie mortelle, il se désignait lui-même dans les coutumes de Séville comme le Chevalier du Christ, le Serviteur de Sainte Marie, le Lieutenant de saint Jacques. Ces titres étaient contenus dans des expressions d’adoration et de gratitude adressées à Dieu, pour l’édification de son peuple. Les Papes Grégoire IX et Innocent IV l’avaient déjà qualifié « d’athlète du Christ » et de « Champion invaincu de Jésus-Christ ». Ils faisaient allusion à ses éclatantes victoires guerrières comme croisé de la Chrétienté et à l’esprit qui l’animait.
C Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin) omme roi, saint Ferdinand est une figure qui s’est emparée de l’âme tant de son peuple que de celle des historiens. On peut dire de lui, en vérité – ce qu’a fait le prudent Feijoo– qu’il n’a eu son pareil en aucune autre nation : non est inventus similis illi.
Il semble être entré dans l’histoire, en effet, pour stimuler l’esprit collectif des espagnols aux moments de dépressions spirituelles.
Nous le savons austère, pénitent. Mais, à bien y réfléchir, y a-t-il austérité comparable au fait de donner sa vie résolument au service de l’Eglise et de son peuple pour l’amour de Dieu ?
Alors qu’il portait le deuil de son épouse, Béatrice, à Benavente, il apprit pendant son repas qu’un audacieux assaut nocturne avait été mené par une poignée de ses chevaliers à Ajarquía, dans la banlieue de Cordoue. Il se leva aussitôt, ordonna que l’on selle son cheval et se mit en route, avec l’espoir – qui se réalisa – que ses chevaliers et ses troupes le suivraient en le voyant ainsi s’élancer. Il s’enflamma, dit la Chronique latine : « Irruit (…) Domini Spiritus in rege ». Les siens voyaient que toutes ses décisions étaient animées par une charité sainte. Il semble qu’il n’ait pas quitté son camp, ni pour assister au mariage de son fils héritier, ni lorsque lui fut appris le décès de sa mère.
La “diligence” signifie littéralement l’amour ; la “négligence” le désamour. Celui qui n’est pas diligent n’est pas charitable en ses œuvres, en d’autres termes, il n’aime pas en vérité. La diligence, en définitive, est la charité opérante. Tel est peut-être l’exemple moral le plus élevé de saint Ferdinand. C’est pourquoi aucune des louanges que rapporte son fils Alphonse X le Sage n'est dans le fond aussi éloquente que celle-ci :
« Il ne connut ni le vice ni le repos ».

Cette diligence était animée par l’esprit de prière. Malade, à Tolède, il veillait dans la nuit pour implorer l’aide de Dieu sur son peuple. « Si je ne veille pas – répliquait-il à ceux qui voulaient lui imposer le repos – comment vous autres pourrez-vous dormir tranquilles ? ». Sa piété, comme celle de tous les saints, s’adressait spécialement au très Saint-Sacrement et à la Vierge Marie.
A l’exemple des chevaliers de son temps, qui portaient sur eux une image de leur dame, saint Ferdinand portait, insérée dans un anneau à l'arçon de son cheval, une représentation en ivoire de sainte Marie, la vénérable “Vierge des Batailles” qui est conservée à Séville. Lors de ses campagnes, il récitait le petit office de la sainte Vierge (2), ancêtre médiéval du saint Rosaire. Au cours du siège de Séville, il éleva une chapelle fixe en l’honneur de la patronne de son armée dans le campement ; c’est la “Vierge des Rois”, mise en honneur aujourd’hui dans une splendide chapelle de la cathédrale de Séville. Renonçant à entrer en vainqueur dans la capitale d’Andalousie, il laissa à cette image l’honneur de présider le cortège triomphal. C’est à Fernand III que l’Andalousie doit sa dévotion mariale. (…).
Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin) La mort de saint Ferdinand est l’une des plus bouleversantes de notre histoire. Allongé sur un tas de cendres, une corde autour du cou, demandant pardon à toutes les personnes présentes, donnant de sages conseils à son fils et à ses parents, un cierge allumé à la main, et en extase suppliante. Menéndez Pelayo dit avec raison : « Le passage de Saint Ferdinand obscurcit et rendit petites toutes les grandeurs de sa vie ». Et il ajoute : « Telle fut la vie extérieure du plus grand des rois de Castille. De la vie intérieure, qui pourrait en parler dignement sinon les anges, qui furent les témoins de ses entretiens spirituels et de ces extases qui tant de fois précédèrent et annoncèrent ses victoires ? »

Saint Ferdinand a refusé qu'on le représentât après sa mort sous la forme d'un gisant. Cependant, on grava sur son sépulcre cette épitaphe impressionnante en latin, en castillan, en arabe et en hébreu :
Pour honorer saint Ferdinand III de Castille (fin) « Ci-gît le Roi très honoré Don Ferdinand, seigneur de Castille et de Tolède, de León, de Galice, de Séville, de Cordoue, de Murcie et de Jaén, celui qui a conquis toute l’Espagne, le plus loyal, le plus véridique, le plus franc, le plus courageux, le plus audacieux, le plus prudent, le plus généreux, le plus humble, le plus pénétré de la crainte de Dieu, le plus prompt à le servir, qui a ébranlé et détruit tous ses ennemis, qui a élevé et honoré tous ses amis, qui a conquis la cité de Séville, qui est la tête de toute l’Espagne ».
Que saint Ferdinand soit un perpétuel modèle de gouvernant et intercède pour que le nom de Jésus-Christ soit toujours sanctifié comme il convient en Espagne.

Fin du texte cité de José M. Sánchez de Muniáin
En ces temps d'épreuve pour ce pays que vous avez conquis au Christ à sa sainte Mère,
Saint Ferdinand, priez pour l'Espagne !
Traduction Hermas.info ©

________________
(1)
"Benimerines" est le nom hispanisé donné aux Banu Marin, membres de la dynastie berbère la plus importante issue de la destruction de l'empire almohade.
(2) On peut lire ces intéressantes précisions, sur le site qui lui est consacré [
ICI] :

"La prière adressée à la Sainte Vierge sous une forme liturgique remonte à une haute antiquité tant en Orient qu'en Occident. On trouve dans l'Eglise grecque des Heures de la Très Sainte Vierge composées par S. Jean Damascène au VIIIème siècle. Les premières traces d'une dévotion semblable se rencontrent dans l'Eglise latine au siècle suivant, car Pierre Diacre, moine du Mont-Cassin, dit dans son commentaire sur la Règle de S. Benoît : « Que les moines réciteront l'office prescrit par la règle en y ajoutant l'office de la Sainte Vierge » et cela d'après une ordonnance du pape Zacharie. Il faut remarquer que cet office de surérogation n'est pas signalé comme une dévotion nouvelle mais comme une pratique déjà en usage dans l'Eglise.

Cette pieuse coutume étant tombée en désuétude, S. Pierre Damien la rétablit au XIème siècle dans les monastères dont il entreprit la réforme.

Lors de la prédication de la première croisade au Concile de Clermont (1095), le pape Urbain II ordonna, pour obtenir la protection de la Sainte Vierge sur cette expédition, que tous ceux qui étaient tenus à l'office canonial y ajouteraient l'office de Notre-Dame.

Au XVIème siècle, S. Pie V en dispensa les prêtres séculiers absorbés par les soins du ministère ; enfin la dernière réforme du Bréviaire en a relevé les religieux tenus à la récitation de l'office au choeur.

Mais, si l'obligation ne subsiste plus, l'Eglise encourage vivement ses enfants à la pratique de cette dévotion. Plusieurs ordres monastiques, par suite de constitutions particulières, l'ajoutent au grand office. Beaucoup de congrégations de femmes, vouées aux oeuvres de miséricorde, l'ont adopté en place de l'office canonial, enfin un grand nombre de pieux laïques, suivant en cela l'exemple des saints, ne manquent pas de payer chaque jour ce tribut de louanges à la Très Sainte Vierge".


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Recyclons – part III

    Recyclons part

    Et oui, j’ai décidé d’user ce dessin jusqu’à la moelle. J’entends déjà les gens hurler à l’imposture, à la fainéantise, mais plutôt que d’y voir un manque... Lire la suite

    Par  Tewoz
    HUMEUR, HUMOUR
  • Blog à part III

    Blog part

    Bon finalement il y a des trucs qui ne collent pas : dans l'article du 21 juin, il raconte une aventure absurde, pas spécialement drôle tellement elle est... Lire la suite

    Par  Elb
    HUMEUR
  • Histoires de robots III

    IIILe 16 juin au matin, Guy Burckhardt s’éveilla tassé sous la coque de son bateau, dans sa cave. Il sortit de la cave, prit son journal qui était daté du 15... Lire la suite

    Par  Hiram33
    CULTURE, HUMEUR, LIVRES
  • Scènes nocturnes III.

    Scènes nocturnes III.

    Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, TALENTS
  • Mouvements iii.

    Mouvements iii.

    Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, TALENTS
  • Notes panoptiques 2005, III

    Notes panoptiques 2005,

    Au Devero. JLK, huile sur panneau, 2005.  Il y avait des nuées noires, ce matin à cinq heures, montant comme des spectres dansants de la cuve argentée du lac, e... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Speed III, le remix

    Le bus en folie. Suivi par une dizaine de voitures de police, ce type, carrément éméché, a volé un bus, just for fun ! Il a percuté, sur 40 kilomètres de sa... Lire la suite

    Par  Didier Vincent
    INSOLITE

Magazine