Magazine Nouvelles

29 septembre 1981/Création de Jacques et son maître de Milan Kundera

Publié le 29 septembre 2010 par Angèle Paoli
Éphéméride culturelle à rebours


Kundera portrait
Image, G.AdC

   Le 29 septembre 1981 a lieu au Théâtre des Mathurins, à Paris, la création de Jacques et son maître de Milan Kundera, dans une mise en scène de Georges Werler. Avec Jean-Michel Dupuis (Jacques), Gérard Caillaud (Le Maître de Jacques), Jacqueline Staup, Michel Beaune, Frédérique Ruchaud, Micky Sébastian et Philippe Murgier.

  Écrit au lendemain de l’invasion en 1968 de la République tchécoslovaque par les troupes soviétiques (le manuscrit de la pièce ayant été emporté en fraude à Paris en 1972 par Georges Werler), cet hommage à Denis Diderot est une libre « variation » en trois actes inspirée par Jacques le Fataliste.



DEUXIÈME ACTE


   Même disposition scénique ; la scène est entièrement vide, à l’exception d’une table placée en avant et à laquelle sont assis Jacques et son Maître qui terminent leur souper.

SCÈNE 1


  JACQUES : Tout a commencé par la perte de mon pucelage. Je me suis soûlé, mon père m’a filé une raclée, un régiment passait dans le coin…
  L’AUBERGISTE, entrant : C’était bon ?
  LE MAÎTRE : Délicieux !
  JACQUES : Extra !
  L’AUBERGISTE : Encore une bouteille ?
  LE MAÎTRE : Pourquoi pas ?
  L’AUBERGISTE, se tournant vers la coulisse : Encore une bouteille !... (À Jacques et à son Maître :) J’avais promis à ces messieurs de leur raconter l’histoire de Mme de La Pommeraye après ce bon dîner…
  JACQUES : Nom de Dieu ! Patronne ! Je suis en train de raconter comment je suis devenu amoureux !
  L’AUBERGISTE : Les hommes tombent facilement amoureux, et aussi facilement ils vous laissent tomber. Tout le monde sait cela. Je vais donc, moi, vous raconter une histoire qui vous enseignera comment ces oiseaux-là sont punis.
  JACQUES : Vous avez une grande gueule, Madame l’Aubergiste ! Vous avez là-dedans dix-huit mille tonnes de mots et vous guettez la malheureuse oreille dans laquelle vous pourrez les déverser !
  L’AUBERGISTE : Voilà un domestique bien mal élevé, Monsieur. Il se croit drôle et ose interrompre une dame.
  LE MAÎTRE, réprobateur : Jacques, s’il vous plaît…
  L’AUBERGISTE : Donc, il y avait un Marquis du nom de Des Arcis. Un drôle d’oiseau, un coureur pas croyable. Bref, un type très sympathique. Mais il ne respectait pas les femmes.
  JACQUES : Il avait bien raison.
  L’AUBERGISTE : Monsieur Jacques, vous me coupez.
  JACQUES : Madame l’hôtesse du Grand Cerf, je ne vous parle pas.
  L’AUBERGISTE : Et ce Marquis-là a déniché une Marquise de la Pommeraye. Une veuve qui avait des mœurs, de la naissance, de la fortune et de la hauteur. Il en a fallu du temps et des efforts au Marquis, pour que la Marquise finisse par succomber et le rende heureux. Néanmoins, au bout de quelques années, le Marquis commença à s’ennuyer. Vous voyez ce que je veux dire, Messieurs. D’abord, il lui proposa de sortir un peu plus. Puis qu’elle reçoive plus souvent. Ensuite, il n’allait même plus chez elle quand elle recevait. Il avait toujours quelque chose de pressant. Et quand il venait, il parlait à peine, s’affalait dans un fauteuil, prenait un livre, le jetait, jouait avec le chien et s’endormait en présence de la Marquise. Mais Mme de La Pommeraye l’aimait toujours et en souffrait atrocement. Et comme elle était fière, elle s’est foutue en rogne et a décidé d’en finir.

Milan Kundera, Jacques et son Maître, Hommage à Denis Diderot, Éditions Gallimard, 1981 ; Collection Le manteau d'Arlequin, 1990, pp. 50-51.


Retour au répertoire de septembre 2010
Retour à l' index de l'éphéméride culturelle
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit de Terres de femmes

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazines