Magazine Nouvelles

D'une faute de lecture

Publié le 24 octobre 2010 par Jlk

Olivier3.jpgEn lisant L’Amour nègre, de Jean-Michel Olivier, premier épisode d’un feuilleton.

Le sentiment panique que nous vivons, aujourd’hui, dans un asile de dingues doublé d’un lupanar, peut s’exacerber à tout moment, chaque jour, à la seule lecture des tabloïds du matin ou en zappant à la télé du soir. L’espèce de folie collective qui s’est emparée de notre drôle d’espèce, incessamment boostée par l’appât du gain et le rêve d’un bonheur aussi standardisé que factice, déploie sous nos yeux un spectacle hallucinant et continu mais que nous ne voyons plus guère, saturés que nous sommes par l’Information - grande machine à tout rendre incidemment informe – et la Publicité, sa variante mercantile et dominante. Or comment parler de ce monde ? Comment le décrire ? Comment en illustrer la démence ? Comment raconter la course du rat humain dans ce dédale ?

En 1759 parut, à Genève, un conte philosophique intitulé Candide ou l’optimisme, qui racontait, sur fond de guerres et de séismes, d’expéditions au bout du monde et de tribulations extravagantes, la quête d’un garçon rebondissant à travers toutes les vicissitudes et finissant par tirer un bilan sage des plus cuisantes désillusions. Dans la foulée, Voltaire nous fit beaucoup rire, et j’avoue avoir finalement beaucoup ri en lisant L’Amour nègre de Jean-Michel Olivier, dont la satire carabinée peut être dite aussi voltairienne, dans une manière « panique » usant, comme au judo, tous les mouvements de l’adversaire pour lui faire piquer du nez. Comme un Michel Houellebecq, Jean-Michel Olivier se sert de tous les standards de la culture de masse (cinéma, musique, modes et marques) et de tous les poncifs du langage au goût du jour pour les « retourner » et en montrer, sans moraliser pour autant, la monstruosité. Une star de cinéma qui va s’acheter un enfant en Afrique, un acteur qui se paie une île de rêve pour jouer à l’ermite zen, un diable de Tasmanie qu’on envoie chez le psy pour soigner ses crises d’abandonite, et mille formes de folie ordinaire dont les plus sanglantes ont défrayé la chronique (de la bande à Manson au procès de Phil Spector, entre tant d’autres) constituent une matière que L’Amour nègre revisite à sa manière sarcastique, non sans paradoxe de départ. C’est ainsi que, trompé par un début de lecture trop « politiquement correcte », j’ai d’abord cru voir dans cette histoire de jeune Africain, fils d’un tas de mères et d’un père lubrique et cupide, acheté par un couple d’acteurs américains mondialement connus (on pense immédiatement à Angelina Jolie et Brad Pitt), un roman cynique et vulgaire, au langage aussi artificiel et truffé de clichés qu’un best-seller de Paulo Coelho. La chose m’indignait d’autant plus que l’auteur est un compère dont j’ai apprécié la plupart des ouvrages, que j’imaginais soudain égaré dans ce qu’il m’avait annoncé comme un « roman-monde ». Et voici qu’il réduisait l’Afrique à des femmes astiquant le bambou des hommes et ne rêvant que de faire pisser le dinar des touristes… Plus je progressais, cependant, dans cet invraisemblable récit (invraisemblable dans une optique réaliste), et plus je me demandais si JMO avait viré raciste grave, jusqu’au moment où l’énormité du discours sur l’Afrique m’est apparu comme la parfaite projection de l’image grotesque qu’en donnent nos médias, alors que le tour essentiellement satirique du « conte » me fit soudain penser à la charge parodique explosive que représente Duluth, roman de Gore Vidal qui gorille virulemment l’univers du feuilleton Dallas avec ses personnages passant incessamment entre fiction et réalité, écran plat et vie quotidienne en 3D.

Or, éclairé soudain par ce rapprochement, alors que d’autres auront tout de suite compris le deuxième degré du roman, ma lecture de L’Amour nègre se modifia ensuite du tout au tout et je commençai de rire de bon cœur en maudissant cordialement l’auteur. Du coup, je lui envoyai un SMS lui disant exactement : « Vieille salope, tu m’as bien eu ! », non sans lui expliquer ma méprise. Et lui bon prince de me répondre aussitôt de Crète où il se prélasse ces jours avec ses diverses femmes : » Te absolvo a peccatis tuis ! Baci. » (À suivre...)

Jean-Michel Olivier. L'Amour nègre. L'Age d'Homme / Bernard de Fallois, 346p.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jean Cadet : poème "Parles-moi d’ amour"

    Le : 19/08/2010 05:04 Auteur de poèmes Jean Cadet Extrait Poème d' Amour : Je me rappele encore des doux moments passes Quand je regardais dans tes yeux qui m’... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • JEAN MICHEL LARQUE sur Frequence Plus

    JEAN MICHEL LARQUE Frequence Plus

    Revenons sur l'évènement malheureux de cet été concernant le foot ! La grêve et le fiasco de la coupe du monde en Afrique du Sud ! Lire la suite

    Par  Mac Plus
    TALENTS
  • Un amour interdit - René-Jean Clot

    C’est un livre chiné chez un petit libraire de la rue des tanneurs depuis quelques temps. Et si sa lecture a trainé ce n’est pas à cause de l’engourdissement... Lire la suite

    Par  Khanouf
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Jean Cadet : poème Amour Perdu

    J' ai tant parle des grands espoirs des reves perdus des nuits qui fuient. J' ai tant chante des chansons vides des rythmes vagues qui disent rien. J' ai tant... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • amour

    amour

    TOILE de 100x 50 Cette toile a été faite sur commande d'après un tableau que j'avais fait dans des tons bruns argent .La cliente m'avait fait la commande par... Lire la suite

    Par  Natcolor1
    JOURNAL INTIME, PEINTURE, TALENTS
  • Lecture (poésie) : Michel MARTIN DE VILLEMER.

    « MORGELINE POUR MA VEUVE », Préface de Jean-Pierre Desthuilliers, La Jointée Editeur, 2010. Avec ce « Morgeline pour ma veuve » de Michel MARTIN de VILLEMER... Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS
  • Jean-Michel Basquiat, en passant

    Jean-Michel Basquiat, passant

    Exposition Jean-Michel Basquiat, octobre 2010-janvier 2011, Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Quitter le Temps 2 (miroir) - Décoller le Temps Lire la suite

    Par  Obadia
    PHOTOS, TALENTS

Magazines