Magazine Nouvelles

Le moment du rire

Publié le 26 octobre 2010 par Jlk

Rabelais.jpg

Feuilleton de lecture de L’Amour nègre, 3. De la satire: pertinence et limites. Peut-on rire d'un enfant noir ?
Devant la démence du monde actuel, le parti de rire représente, sans doute, un moment important. Dans un chaos soumis à la fausse parole, selon l’expression d’Armand Robin reprise récemment par Yves Bonnefoy, où tous les simulacres de la Vertu et du Bien ne visent qu’à fortifier les pouvoirs de l’oppression et de la destruction, tandis que les postures d’une rébellion infantile dissimulent tous les accommodements au confort intellectuel et à l’avachissement, un premier refus, quasi physique, tripal, doit passer par le rire aux éclats.
Nous avons ri aux éclats en découvrant, quelques années après la publication de L’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne, la satire la plus dévastatrice qui ait été faite du totalitarisme soviétique dans Les Hauteurs béantes d’Alexandre Zinoviev. En poussant, à l’extrême, l’absurde logique communiste, pour en « retourner » la rhétorique ubuesque et mensongère, Zinoviev faisait œuvre salubre dans le moment du rire. Bien entendu, la charge du logicien russe simplifiait la réalité, comme la charge du Candide de Voltaire la schématise aussi. Les hauteurs béantes ont marqué une brèche notable dans la langue de bois, mais ce grand livre ne remplacera jamais le moment de la connaissance que représente L’Archipel du Goulag ou les écrits de Varlam Chalamov, de Vassili Grossmann et de tant d’autres témoins de la tragédie du communisme russe.
Pour en revenir à L’Amour nègre de Jean-Michel Olivier, dont je me garderai de comparer le talent au génie profus (et souvent égaré d’ailleurs…) de Zinoviev, il pose bel et bien, dans le moment du rire qu’il nous fait vivre, la question de la satire et de sa légitimité, mais aussi de ses limites.
Le livre a d’autres limites liées à quelques défauts, sur lesquels je passerai vite. En premier lieu, il me semble pécher par saturation de références et de clins d’yeux entendus, qui frisent parfois le pédantisme. Pour nous montrer qu’il est à la coule en matière de cinéma et de musique, l’auteur truffe littéralement son texte de citations de films et plus encore de titres de morceaux de musique, constituant une véritable playlist, qui en dit plus long cependant sur ses goûts que sur ceux de ses personnages. Ainsi, que Moussa ait vibré en Afrique àl’écoute d’Otis Redding (Sitting on the dock of the bay, 1968) paraît-il hautement improbable, mais on comprendra vite que la vraisemblance est le dernier souci du satiriste, qui prête en somme ses propres goûts aux ados des années 90…
Par ailleurs, l’énoncé répétitif de centaines de noms de marques de vêtements ou d’objets, qu’on retrouve en effet aux quatre coins du monde, à l’enseigne de la globalisation, aurait pu s’émincer sans dommage. On avait fait le même reproche, à l’époque, au roman de Bret Easton Ellis intitulé American Psycho, lui aussi boursouflé dans cet ordre du Name dropping. En revanche, le souffle de l'auteur est tel qu’on n’a pas trop envie de chipoter, sa verve s’exerçant jusque dans ses parodies du kitsch lyrique dont raffolent les auteurs de best-sellers. Ainsi pourrait-on dire que Jean-Michel Olivier parodie un Philippe Djian ou un Marc Levy en écrivant : « Les nuages sont des livres qui refluent vers la nuit »...
Quant aux limites effectives d’un tel roman, il me semble qu’elles tiennent essentiellement aux limites de la satire elle-même, où le sarcasme et l’ironie « panique » dominent, plus que l’humour.
Enfin, peut-on rire aujourd’hui des tribulations d’un enfant noir alors que tant de ses semblables en bavent sur le terrain, n’est-ce pas ? Bien sûr que oui, qu’on le peut, et le grand Ahmadou Kourouma l’a prouvé, et l’on rit aussi de bon cœur à la lecture de Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou, même si la dominante de ces deux-là est l'humour plus que l'ironie. Or l’important, en fin de compte, est que ce moment du rire participe de ce qu’il y a de meilleur en nous, pur de tout cynisme, et que ce moment du rire nous confronte au tragique de la condition humaine par le biais de la comédie. Ce n’est pas autre chose que Bertolt Brecht conseillait au poète algérien Kateb Yacine quand celui-ci lui parlait des malheurs de son peuple : « Ecrivez donc une comédie ! »
Jean-Michel Olivier. L’amour nègre. Editions L’Age d’Homme / De Fallois, 346p


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Belgian PM Yves Leterme on eurozone integration

    : Interview vidéo dans laquelle le journaliste compare le fait que les Allemands en aient marre de financer les Grecs fainéants au fait que les Flamands en aien... Lire la suite

    Par  Maaarine
    PHOTOS, TALENTS
  • Yves Bonnefoy, répondant à cette question de Jean-Louis K...

    Yves Bonnefoy, répondant à cette question de Jean-Louis Kuffer - et c'est merveille!- On a parlé des aspects religieux de votre poésie. Vous considérez-vous... Lire la suite

    Par  Chroniqueur
    TALENTS
  • Peut-on mettre « Geek » sur son CV ?

    Peut-on mettre Geek

    Dans les grandes légendes de l’orientation professionnelle, on trouve un emploi dans le domaine où l’on a étudié. Et on gardera cet emploi toute sa longue vie,... Lire la suite

    Par  Ecribouille
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • A tout moment la rue..... peut aussi dire non*

    tout moment rue..... peut aussi dire non*

    (A ceux qui se tiennent debout)A chacun de nos soufflesAu moindre murmure des bas fondsC'est dans l'air comme un chant qui s'étrangleQue d'un pavé de... Lire la suite

    Par  Noalita
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Peut-on bloguer à la bourre ?

    Peut-on bloguer bourre

    Il y a des tas de manières de tester si, en retard, on peut bloguer. Dès l'instant que l'on a flairé que si obstacle il y avait, il venait du "retard". A quels... Lire la suite

    Par  Fossemalrockdie
    PEINTURE, TALENTS
  • amour

    amour

    TOILE de 100x 50 Cette toile a été faite sur commande d'après un tableau que j'avais fait dans des tons bruns argent .La cliente m'avait fait la commande par... Lire la suite

    Par  Natcolor1
    JOURNAL INTIME, PEINTURE, TALENTS
  • Entre potes on peut tout

    Entre potes peut tout

    Lors de L’anniversaire de Stanley ( un pote à franck ) : syllinah qui danse… ^^ Quelques Minutes après : Grosse conversation avec Stanley ^^ . Quoi ? Lire la suite

    Par  Clodia
    BD & DESSINS, TALENTS

Magazines