Magazine Humeur

Berlin, I love you but you're bringing me down

Publié le 24 mai 2011 par Thebadcamels

Berlin, I love you but you're bringing me downXXXV.
J’aime vraiment bien celle-là, dit-elle, désignant d’un index mou un pistolet en plastic planté dans un savon de Marseille. Amnesty International veut les droits pour sa prochaine campagne, dit-il. A l’autre bout de la salle, par la fenêtre, on voyait la Fernsehturm qui faisait dans la nuit une boule à facettes délicieuse et kitsch. Berlin l’exquise, la noctambule, la ressuscitée, faisait ce soir encore une crise de tachycardie sévère. Quant à moi, je m’ennuyais raisonnablement. Mais comment me fussé-je éclipsé : c’était mon vernissage. Les murs blancs avaient quelque chose de clinique, et je me souvins que je n’avais vérifié l’éclairage de la salle que de jour. Les photographies aux murs me paraissaient à présent banales, et je n’étais plus très sûr de ce qui m’en avait rendu fier : une Cadillac blanche aux enjoliveurs à l’effigie d’Elvis, un vieil ordinateur dans une mare de décharge verte, un bonfire vu à travers un bloc de glace, un ballet de méduses en infrarouges surexposé, un bocal plein de grenades rouillées, une rotule arthrosique en vue opératoire après pose des implants. Et donc, ce pistolet, qui finirait plutôt (je connaissais Eudes et son goût pour l’emphase) sur la documentation interne d’Amnesty International. La musique aussi commençait à me courir sur les nerfs et je m’en voulais d’avoir cédé à Rike. Car j’eusse préféré une platine, à disposition de chacun, calée dans un coin avec casque insonorisant, à cette liste de lecture diffusée en sourdine, pour tous, comme un triomphe Biedermeier sarcastique. Rike me prit par la main. Viens. Tu ne connais pas Magda. Eudes nous observa qui partîmes du coin de l’œil, et retourna serrer des paluches non gouvernementales. Nous passâmes sans le voir devant le Sacré-Cœur d’une statuette de dévotion roumaine, rongé par les vrillettes. Elle a adoré ta dernière expo. J’aimais bien – les gens qui adoraient mes expos. Pas que j’aimasse particulièrement qu’on louât mon travail. Mais j’appréciais beaucoup le luxe de pouvoir le dézinguer. Rike virevoltante, Rike désinvolte et Rike volage s’en était déjà allée, et j’étais seul avec Magda. Que je ne connaissais pas. Et qui n’avait pas du tout adoré la dernière expo. Tu comprends, j’ai trouvé ça très prétentieux. Mais quoi donc ? De montrer seulement les plaquettes – le nom du peintre, le nom du tableau. Tu pars du principe que tout le monde connait le tableau. Je restais muet un moment. Le malaise s’installait. Orgueil piqué à vif aidant, je jugeai que le remède le plus efficace serait la polémique. Mais pas du tout ! C’est justement tout l’objet de la série Cartels : on ne voit plus rien parce qu’on achète tout sur sa valeur faciale. Nous sommes devenus des jouisseurs d’étiquette. Nous avons perdu la naïveté. Magda se mit à rire. Ne sois pas plus naïf que tu n’es… La soirée suivit son cours. Eudes trouva un acheteur pour Eyes are mosaics. Rike quitta le vernissage pendant deux heures pour revenir avec cinq ou six de ses meilleurs amis. Magda et moi jouions au chat et à la souris. Berlin trépignait de nous voir nous aimer. La liste de lecture touchait à sa fin quand je frôlai à dessein Magda et glissai : allons-y. Je feignis de me diriger vers les toilettes et pris la sortie. Elle m’avait vu. Nous plongeâmes dans la nuit comme un ïambe incandescent.
Catalogue de l’exposition Cinquante pochettes de disque / Fünfzig Plattenhüllen :
Abbuehl, Susanne - Seven - somewhere i have never travelled, gladly beyondAntipop Consortium - We kill Soap ScumAustra - Hate crimeAutechre - TrealeBashung, Alain - Faisons envieBjörk - Triumph of a heartBjørnstad, Ketil / Darling, David / Christensen, Jon / Rypdal, Terje - BrandBlake, James - MeasurementsBudd, Harold / Raymonde, Simon / Guthrie, Robin / Fraser, Elizabeth - Eyes are mosaicsBurial - NYCBush, Kate - Pull out the pinBuxtehude, Dietrich - Ad genuaCale, John - SanitiesCharpentier, Marc-Antoine - Salus infirmorumCold Cave - Burning SageCollins, Bootsy - Leakin'Couperin, François - IIIème leçon de TénèbresCymone, André - The Dance ElectricDavis, Miles - He loved him madlyDesprez, Josquin - Alma Redemptoris Mater - Ave Regina CoelorumDufay, Guillaume - GloriaGarside, Katie-Jane - RoadkillGesualdo, Carlo - Resp. 3 : Plange, quasi virgoGlasser - HomeJones, Rickie-Lee - Elvis CadillacLanois, Daniel - I love youLow - Like a forestM.I.A. - Tell me whyMitchell, Joni - Slouching towards BethlehemNdegeocello, Meshell - LolaoOoOO - MumbaiPortishead - Machine gunPrefuse 73 feat. Aesop Rock - Sabbatical with optionsPrince - Something in the water (Does not compute)Red House Painters - MistressReed, Lou - Like a possumReich, Steve - Eight linesRussell, Arthur - Get around to itSchein, Johann Hermann - O, Herr Jesu ChristeScott Amendola Band - A cry for John BrownSiouxsie and the Banshees - The killing jarSquarepusher - Iambic 9 PoetrySylvian, David - Darkest dreamingTabor, June - False, falseTalk Talk - WealthThe Dø - Queen Dot KongTricky - CoalitionTropic of Cancer - Dive (Wheel of the law)Walker, Scott - Farmer in the cityZola Jesus - Sea Talk

Nouvelle de Matthieu Gredain, amoureux des lettres et des belles choses.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Klimt, Vienne, Berlin, Lou

    Klimt, Vienne, Berlin,

    L'image, cette fois, n'est pas une photo, mais un tableau. Enfin, la photo d'un tableau presque trop célèbre : Les trois âges de Gustav Klimt (1905). Lire la suite

    Par  Petistspavs
    CULTURE, SOCIÉTÉ
  • Berlin, 1928

    Berlin, 1928 *** L’événement récent le plus important est la nomination de Hermann Scherchen à la tête de la vie musicale de la ville de Königsberg et comme... Lire la suite

    Par  Les Lettres Françaises
    A CLASSER
  • Un privé à Berlin

    privé Berlin

    "La trilogie berlinoise" Philip Kerr. Romans. Editions du Masque, 2008. Traduit de l'anglais par Gilles Berton.La vie des détectives privés n'est pas toujours... Lire la suite

    Par  Lebibliomane
    CULTURE, LIVRES
  • L'ours rose de Berlin

    L'ours rose Berlin

    ou conte de Noël berlinoisNon, je n'ai pas eu la berlue, non, je n'ai pas fumé la moquette…Je redécouvrais Berlin sous la neige par une petite balade... Lire la suite

    Par  Khatmars
    EUROPE, JOURNAL INTIME, VOYAGES
  • Play, Berlin

    Play, Berlin

    Hier soir, je suis allée jouer à la Wii à Play. C'est un bar à Wii ! ^^ Un bar avec à chaque table un écran et la console (et apparemment ils ont aussi la Kinek... Lire la suite

    Par  Dweia
    EUROPE, JOURNAL INTIME, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Kafrine : poème Berlin

    Désoler je suis pressé j'ai un rendez-vous,avec cette ville ce magnifique bijous. Inutile d'insisté je vous jure je m'en triple fous. Vous n'obtiendrez rien de... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Berlin-Varsovie Express

    Berlin-Varsovie Express

    Il y a trois ans, j'avais pris cette photo, un autoportrait caché dans le reflet d'un train : le Berlin-Varsovie Express. Ce nom m'avait fait rêvé. Lire la suite

    Par  Khatmars
    EUROPE, JOURNAL INTIME, VOYAGES

Magazine