Magazine Nouvelles

Le siècle des Gallimard

Publié le 21 juillet 2011 par Jlk

 Gallimard3.jpg

Gaston, dit « le roi lire », a jeté en 1911 les bases de la maison d’édition littéraire la plus cotée au monde.

Le nom de Gallimard relève aujourd’hui du mythe. Plus que la marque d’une maison d’édition au renom mondial, il incarne l’emblème par excellence de LA littérature, avec son aura sans pareille. Publier chez Gallimard fait toujours figure de «rêve» pour un auteur, tant en France qu’à l’étranger. Or ce nom mythique a une histoire, truffée de péripéties réelles et de multiples légendes.

Il y a ainsi un roman des «gallimardeux», comme les raillait l’insortable Céline, qui recoupe la chronique du XXe siècle. Du côté dynastie familiale, on trouve une saga de demi-dieux bourgeois bien peignés et cravatés, à l’image du fondateur, prénom Gaston, qui rêvait plutôt de ne rien faire en son indolente jeunesse. Fils de rentier collectionneur de tableaux, Gaston n’avait pas, de son propre aveu, la vocation d’un éditeur. Les mondanités brillantes, les femmes, les voitures rapides avaient la préférence du dandy. Jusqu’au moment où, en 1911, quelques écrivains fondateurs de la Nouvelle Revue Française (N.R.F.), André Gide en tête, virent en lui le possible gérant, fortuné et disponible, d’un «comptoir d’édition». Destinée à relayer la revue en publiant une pièce de théâtre, L’Otage, d’un certain Paul Claudel, ladite maison ne portera le nom de Gallimard qu’en 1919, lorsque Gaston s’affirmera «contre» Gide en fondant alors  sa première librairie. Des péripéties houleuses marqueront cette transition, largement documentée par Pierre Assouline dans la bio référentielle qu’il a consacrée au fondateur.

Génie imprévu

Ainsi que le rappelle en outre Philippe Sollers dans ses Mémoires (Un vrai roman, Plon, 2007), le paradoxe de la maison Gallimard tient au fait que ses fondateurs aient été des écrivains, auxquels un «dilettante» opposa bientôt son sens des réalités et son génie inattendu. «Je ne suis pas un commerçant comme un autre, j’ai passé un pacte avec l’esprit», dira plus tard Gaston, qui a su s’entourer de gens hautement compétents tout en pratiquant lui-même l’art  acrobatique de la conciliation en «dompteur de fauves», selon l’expression de Daniel Pennac...

De toute évidence, une direction laissée à des auteurs eût coulé en peu de temps les éditions de la NRF. La première gaffe de ces hommes de lettres, dont Gide se repentira, fut de «louper» Un amour de Swann de Marcel Proust en 1914. Gaston le rattrapera en publiant  A l’ombre des jeunes filles en fleurs, qui vaudra à Gallimard le Prix Goncourt 1919. Il corrigera par la suite d’autres «erreurs» de son Comité de lecture, notamment en accueillant Joseph Kessel ou Georges Simenon, jugés trop peu «littéraires» mais dont le succès populaire permettra à Gallimard de publier des auteurs plus «difficiles». De la même façon, un malentendu est à l’origine du premier «clash» avec Céline, qui publiera Voyage au bout de la nuit chez Denoël.

Relations complexes

Le 30 juin 1961, deux jours avant sa mort, le même Céline écrit à Gaston pour  lui annoncer son prochain roman, Rigodon, en exigeant une rallonge financière sous la menace de louer un tracteur et de «défoncer la N.R.F.». Il faut d’ailleurs lire Les Lettres à la N.R.F, de Céline (Gallimard, 1991) pour évaluer la nature complexe, parfois tordue, théâtrale voire comique, des relations entre un auteur et un éditeur. Or dès 1919, avec Proust qui lui reprochait de négliger ses auteurs, Gaston Gallimard avait usé de la plus suave ironie pour rassurer le cher Marcel.

Un aspect non négligeable du génie de Gaston est aussi d’avoir pensé son catalogue dans le temps, en assurant sa descendance. Au «roman» de Gaston, flanqué de son frère Raymond, s’ajoutent ainsi ceux de Claude, son fils, et d’Antoine et Isabelle, entre autres héritiers. Pour la pérennité de la légende, notons enfin qu’un bout de la rue Sébastien-Bottin a reçu, en 2011, le nom de Gaston Gallimard. Enfin, un album joliment illustré nous fait visiter, à l’enseigne de 5, rue Sébastien-Bottin,les salons et les bureaux, les recoins et jusqu’aux caves du «saint des saints» parisien de la maison Gallimard…

Gallimard2.jpg
Pierre Assouline, Gaston Gallimard. Folio.

5, rue Sébastien-Bottin.Gallimard, 2011.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Gallimard 100e

    Livres 20 janv. 0h00Livres. En bref Les éditions Gallimard fêtent en 2011 leur 100e anniversaire ! A cette occasion, la maison de la rue Sébastien-Bottin (qui... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Livre : Ca fait mal la violence (Catherine Dolto, Editions Gallimard, coll....

    Livre fait violence (Catherine Dolto, Editions Gallimard, coll. Giboulées)

    J'ai toujours milité activement contre la fessée et autres tapes. Pourtant, un jour, Bébé Rock s'est amusé à taper les copains à la crèche et puis il s'en est... Lire la suite

    Par  Mummyrocks
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Notes sur L'intimité de la rivière de Philippe Le Guillou (Gallimard, mars 2011)

    Notes L'intimité rivière Philippe Guillou (Gallimard, mars 2011)

    L'extrait : Songeant à la circulation du bois qui avait quitté la forêt du Cranou pour le port du Faou, souvent, j'avais imaginé que c'était la forêt, elle-même... Lire la suite

    Par  Olivierhobe
    POÉSIE, TALENTS
  • Sortir chez Gallimard ?

    Sortir chez Gallimard

    Où l'on était parti pour parler d'un livre où le clavier nous aura échappé...Il faudrait faire un sondage, mais je suis prêt à parier que 80% de ceux qui metten... Lire la suite

    Par  Secondflore
    HUMEUR, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Lecture panoptique (2)

    Lecture panoptique

    À propos d'une tablette iPad perdue et retrouvée. Sur les Vétilles de Christian Garcin, Avec les chiens d'Antoine Jaquier et L'autre Simenon de Patrick Roegiers. Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Lecture panoptique

    De la porosité et de l'attention active. La pratique consistant à lire plusieurs livres à la fois, qui est la mienne depuis toujours et se combine avec une... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (88)

    Mémoire vive (88)

    À La Désirade, ce lundi 18 mai. – Très belle journée de mai, dont je profite pour scier du bois. En outre repris mon roman, que j’avancerai plus vigoureusement... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS

Magazines