Magazine Humeur

Abrivado Colas mon petit frère

Publié le 01 août 2011 par Taomugaia

abri

Le soleil disparaissait peu à peu derrière la plaine viticole de Vergèze, dont la masse un peu plus sombre se détachait sur le ciel, son très lent déclin s'accompagnant d'un scintillement multicolore.
L'air était doux, l'amertume de la bière délicieuse.
Les braillards qui participaient à l'abrivado (lâcher de taureaux provencal aussi con que les autres) firent soudainement silence.
La viande saoûle tentait de reprendre ses esprits.
Chose bizarre, l'inquiétude gagnait les têtes, la nervosité de même.
La fête votive se barrait en sucette. Ce vendredi 29 juillet au soir, les taureaux avaient gagné la queue du mickey.
L'un d'entre eux avait chopé un attrapaïre, le renversant sans ménagement (comme un arracheur de dents).
Il subclaqua le lendemain, à l'hosto de Nîmes.
Comme le dit prudemment la presse locale, toujours très attachée à ce genre de traditions débiles et méchantes, "ce décès souligne la dangerosité potentielle de ce genre de manifestations." Poil à la station.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine