Magazine

Vetiver – The Errant Charm

Publié le 19 août 2011 par Lcassetta

Voilà que par un des plus grands fruits des hasards, j’ai atterri sur ce 5ème joyau de Vetiver. Un album qui fait trembler de douceur, de finesse et d’amers vagabondages. J’ai choisi de le chroniquer pour vous, parce qu’il a su agrémenter une de mes longues soirées. Et c’est bien avec article que je comptais remercier The Errant Charm.

Je l’ai écouté en un soir. Un soir où le noir de la nuit venait ajouter un brin d’obscurité à mon humeur vagabonde et apaisante mais pourtant dramatiquement mélancolique. J’avais relâché mes sens et mes membres, pour que ma tristesse puisse se prélasser pernicieusement en chaque parcelle de mon corps.
C’est là, contre toutes attentes, qu’en la première piste de cet album une gifle de douceur et de clameur attendrissante est venue atterrir sur ma figure blême. Un signal fort émanant de ce début d’album où les gracieuses mélodies d’une guitare s’installaient à leur guise en ma chambre puis en mes tympans.  It’s beyond me ainsi que  Cant’t you tell, sont bien de ces courtois trains de douceurs qu’il ne faut aucunement rater. Des trains que chaque bonne âme devra pister pour s’assurer de sa propre plénitude. J’ai accepté involontairement et sans y penser d’y monter.

0 Vetiver   The Errant Charm

Il m’a été aussi difficile voire impossible que de pouvoir résister aux charmes d’une énergique Hard to break. Venue équilibrer les choses avec une pincée bien contenue d’optimisme. Une pincée qui égaye nos tripes et estompe ce rictus dramatique qui, jadis dessinait le contour de nos sourires éteints. Hard to break a pu éveiller en moi de la candeur et réveiller doucereusement en moi, l’envie folle de vivre…

0 Vetiver   The Errant Charm

Vient ensuite, une lenteur certes exaspérante mais si délicieuse à délecter. Une lenteur qui ralentit les minutes du temps, de la nuit ou de la vie. Une lenteur qui donne envie de penser, de rester évasif et de se laisser porter vers d’inconnus et de lointains horizons. Un Faint Praise qui a su me porter, sans même prendre la peine d’avoir une quelconque permission pour m’emmener au loin, bien au loin. Loin de ma petite chambre et des petits problèmes de ma vie d’humain. Une lenteur relaxante, tout simplement.

0 Vetiver   The Errant Charm

Pour conclure l’album, rien de mieux qu’un Ride Ride Ride. Et comme peut bien l’indiquer son titre, ce morceau n’est fait et ne  donnera envie que d’une chose. Prendre la première voiture ou moto, et conduire. S’en aller au loin, mais cette fois-ci avec en tête, cette rage de connaitre mieux que ce présent pourri et indécent. Une conclusion à la hauteur du suprême moment de plaisir offert par Vetiver.

0 Vetiver   The Errant Charm

Cet album est tout simplement inclassable, il est marqué ni dans l’espace ni dans le temps. On ne sait pas d’où il vient au juste… et c’est bien pour cette raison que je vous inviterai à le découvrir. Relâchez-vous et ayez confiance en l’efficacité des notes qui sauront dare-dare simuler votre lambeau de chair, l’éveiller et le rajeunir. Le laver de toute souillure dramatique.

A la vôtre !

 Vetiver   The Errant Charm
Soufiane (Soufiane Sbiti)

18 ans et encore que bachelier, Soufiane se veut être un artiste-shyzo-poète à plein-temps et à vie. Passionné de proses, de musique et de cinéma. Il est aussi blogueur.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Dossier Paperblog