Magazine Humeur

Les Etats-Unis, l'ONU et la stratégie mondiale de l'avortement

Publié le 22 août 2011 par Hermas
Ci-après, un article récent (18 août 2011) du Catholic family & human rights institute, qui rejoint celui de Miguel Argaya ROCA, que nous avons publié il y a quelques mois [consultable et téléchargeable ICI]. * *     * LES ETATS-UNIS ET DES DIPLOMATES DE L'ONU AURAIENT FAIT LA PROMOTION DE L'AVORTEMENT COMME MODE DE CONTROLE DES POPULATIONS Par Lauren Funk us.jpgNEW YORK, 19 août (C-FAM) Le nouveau livre de la journaliste Mara Hvistendahl sur l’avortement sélectif en fonction du sexe de l’enfant (1) montre comment les diplomates américains ont agi pour promouvoir l’avortement, souvent par le biais des institutions onusiennes, comme moyen de contrôler les populations dans les pays en développement. Un ensemble de preuves historiques établit un lien entre, d’une part, les partisans de l’avortement et du contrôle des populations et la politique d’aide au développement des Etats-Unis, et, d’autre part, des organisations telles le Planning Familial International, et le Secrétariat des Nations-Unies. Le général William Draper Jr., l’un des généraux américains de la Seconde Guerre Mondiale devenu diplomate américain, était, d’après la journaliste, auteur du nouveau livre « Sélection non naturelle », un « ardent partisan de l’avortement ». Le général Draper a représenté les intérêts des gouvernements pour le contrôle des populations en les liant aux problèmes de sécurité et de développement international pendant la seconde guerre mondiale : il a établi l’existence d’une relation entre les taux élevés de natalité et la pauvreté, ainsi que l’existence d’un danger de voir la pauvreté devenir la cause d’une naissance du communisme en Asie. Il a dès lors fait la promotion de l’avortement comme méthode de contrôle des naissances, et a encouragé son utilisation dans le seul but de faire diminuer le taux des naissances. Il espérait ainsi obtenir des améliorations des situations économiques dans ces pays, comme remèdes à des conditions qui auraient pu devenir le terreau de révolutions populaires. Le général Draper a continué à conseiller les administrations présidentielles après les années cinquante et soixante lorsque se présentaient des menaces à la sécurité nationale des Etats-Unis venues de pays ayant des taux de naissances élevés dans les pays en développement. Pour lui, l’avortement et le « planning familial » étaient la solution. Le général Draper a été « responsable des premières recommandations encourageant le gouvernement des Etats Unis à venir en aide aux autres nations, sur demande, pour gérer leurs problèmes de population », affirmait le Planning Familial International en 1966 lorsqu’il remettait au général le prix d’honneur Margaret Sanger. Le général Draper s’est aussi montré favorable à la création de l’agence de l’O.N.U. pour la population, L’UNFPA, en 1969. Les observateurs internationaux ont critiqué cette institution pour sa promotion du « planning familial » et de l’accès à l’avortement comme solution aux problèmes de pauvreté dans les pays à la population importante ou ayant des taux de natalité élevés. Le fils du général Draper, William H. Draper III, est devenu une des personnalités les plus importantes des Nations-Unies la décennies suivante. Draper III a été nommé directeur du Programme des Nations-Unies pour le développement (ONUPD) en 1986. Sous sa direction, l’ONUPD a fait augmenter ses fonds et mis en place une division des « Femmes dans le développement », division qui concentre ses efforts sur l'accès universel à la contraception, les droits sexuels, le VIH et et l’égalité homme-femme.

M. Draper III est aussi membre émérite du conseil d’administration de l’organisation Population Action International (PAI). Cette organisation avait été fondée par le général Draper sous le nom « Comité de Crise sur les Populations » (Population Crisis Committee), et continue à jouer un rôle actif dans le soutien aux programmes travaillant sur les questions des populations. Il a par exemple joué un rôle important à la conférence du Caire sur la population et le développement en 1994.

Les recherches de Mara Hvistendahl ainsi que d’autres ont aussi révélé que des personnalités politiques importantes telles Henry Kissinger avaient, elles aussi, fait la promotion de l’avortement au niveau international, dans le but de faire diminuer les taux de fécondités dans le monde entier. En 1974, Kissinger avait affirmé dans une note au gouvernement que l’avortement était vital comme solution au problème de l’augmentation de la population mondiale. « Aucun pays n’a réduit sa croissance des population sans avoir recours à l’avortement », disait la note signée par Kissinger.

Des présidents des Etats Unis, dont Lyndon Johnson, John F. Kennedy et Georges H.W. Bush ont aussi donné leur soutien à la promotion du contrôle des populations dans les pays pauvres. Cela faisait partie de la politique de stabilité internationale, et était censer assurer la sécurité des Etats-Unis.

__________

(1) Ce livre s'intitule : Unnatural Selection: Choosing Boys Over Girls and the Consequences of a World Full of Men (La sélection contre-nature : Le choix des garçons au détriment des filles et des conséquences d’un monde plein d’hommes). Il est, d’après le Wall Street Journal, « l’un des livres les plus importants jamais écrits pour la campagne anti-avortement ». On peut en lire quelques pages sur le site d'Amazon (cliquer, ci-dessus, sur la photo du livre).


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine