Magazine Nouvelles

10 février 1851 | Flaubert, Lettres de Grèce

Publié le 10 février 2012 par Angèle Paoli
Éphéméride culturelle à rebours


Jeune Grecque
Constant Le Breton (1895-1985), gravure sur bois
frontispice de Lettres de Grèce de Gustave Flaubert, 1948


LETTRE V À LOUIS BOUILHET

Patras, le 10 février 1851.

Merci, mon bon vieux solide, des deux pièces grecques. Il y avait longtemps que je n’avais reçu quelque chose d’aussi crâne de ta seigneurie. Celle du « Vesper » nous a enthousiasmés avec toutes sortes de « th ». Je la trouve irréprochable, si ce n’est peut-être « pâtre nocturne ». La coupe :

Toi, tu souris d’espoir derrière les coteaux,
Vesper


est bien heureuse, la seconde strophe surtout.

L’idylle est bonne aussi, quoique de qualité inférieure comme nature essentielle. J’aime ces vers :

L’atelier des sculpteurs est plein de cette histoire…
Sa gorge humide encor de l’écume des eaux…
Phébé qui hait l’hymen et qu’on croit vierge encore…
Ses pieds nus en silence effleuraient la bruyère…
Le jeune Endymion qu’a surpris le soleil…


me paraît très profondément grec. En résumé, voilà deux bonnes pièces, la première surtout. Ta pièce au « Vesper » est peut-être une des choses les plus profondément poétiques que tu aies faites. C’est là la poésie comme je l’aime, tranquille et brute comme la nature, sans une seule idée forte et où chaque vers vous ouvre des horizons à faire rêver tout un jour, comme :

Les grands bœufs sont couchés sur les larges pelouses.

Oui, vieux, je ne sais trop t’exprimer ma satisfaction.

Au lieu des tartines que tu m’as envoyées à propos des splendides vignettes de tes pages, j’aurais tant aimé que tu me parlasses de toi. Que deviens-tu ? Que fais-tu ? matériellement, s’entend. Quid de Venere ? Il y a longtemps que tu ne m’as conté tes fredaines de jeune homme. Quant à moi, mes cheveux s’en vont. Tu me reverras avec la calotte ; j’aurai la calvitie de l’homme de bureau, celle du notaire usé, tout ce qu’il y a de plus bête en fait de sénilité précoce. J’en suis attristé (sic). Maxime se moque de moi ; il peut avoir raison. C’est un sentiment féminin, indigne d’un homme et d’un républicain, je le sais. Mais j’éprouve par là le premier symptôme d’une décadence qui m’humilie et que je sens bien. Je grossis, je deviens bedaine et commence à faire vomir. Peut-être que bientôt je vais regretter ma jeunesse et, comme la grand-mère de Béranger, le temps perdu. Où es-tu, chevelure plantureuse de mes dix-huit ans, qui me tombais sur les épaules avec tant d’espérances et d’orgueil ! […]

Même après l’Orient, la Grèce est belle. J’ai profondément joui au Parthénon. Ça vaut le gothique, on a beau dire, et je crois que c’est plus difficile à comprendre.

Nous avons eu généralement mauvais temps depuis Athènes jusqu’ici. Nous passions les rivières à gué ; souvent nous avions de l’eau jusqu’au derrière, et nos chevaux nageaient sous nous. Le soir nous couchions dans les écuries, autour d’un feu de branches humides, pêle-mêle avec les chevaux et les hommes. Le jour, nous ne rencontrions que des troupeaux de moutons et de chèvres, et les bergers qui les gardaient avaient à la main de grands bâtons recourbés comme les crosses d’évêque. Des chiens au museau noir se ruaient sur nous en aboyant et venaient mordre nos chevaux au jarret, puis au bout de quelque temps s’en retournaient. La Grèce est plus sauvage que le désert ; la misère, la saleté et l’abandon la recouvrent en entier. J’ai passé trois fois par Éleusis. Au bord du golfe de Corinthe, j’ai songé avec mélancolie aux créatures antiques qui ont baigné dans ces flots bleus leur corps et leur chevelure. Le port de Phalère a la forme d’un cirque ? C’est bien là qu’arrivaient les galères à proue chargées de choses merveilleuses, vases et courtisanes. La nature avait tout fait pour ces gens-là, langue, paysage, anatomies et soleils, jusqu’à la forme des montagnes, qui est comme sculptée et a des lignes architecturales plus que partout ailleurs.

J’ai vu l’antre de Trophonius où descendit ce bon Apollonius de Tyane qu’autrefois j’ai chanté.

Avoir choisi Delphes pour y mettre la Pythie est un coup de génie. C’est un paysage à terreurs religieuses, vallée étroite entre deux montagnes presque à pic, le fond plein d’oliviers noirs, les montagnes rouges et vertes, le tout garni de précipices, avec la mer au fond et un horizon de montagnes couvertes de neige.

Nous nous sommes perdus dans les montagnes du Cithéron et avons failli y passer la nuit.

En contemplant le Parnasse, nous avons pensé à l’exaspération que sa vue aurait inspirée à un poète romantique de 1832, et quelle gueulade il lui aurait envoyée.

La route de Mégare à Corinthe est incomparable. Le sentier taillé à même la montagne, à peine assez large pour que votre cheval y tienne, et à pic sur la mer, serpente, monte, descend, grimpe et se tord aux flancs de la roche couverte de sapins et de lentisques. D’en bas vous monte aux narines l’odeur de la mer ; elle est sous vous, elle berce ses varechs et bruit à peine ; il y a sur elle, de place en place, de grandes plaques livides comme des morceaux allongés de marbre vert, et derrière le golfe s’en vont à l’infini mille découpures des montagnes oblongues, à tournures nonchalantes. En passant devant les roches scironiennes où se tenait Sciron, brigand tué par Thésée, je me suis rappelé le vers du doux Racine :

Reste impur des brigands dont j’ai purgé la terre. […]

Gustave Flaubert, Lettre V à Louis Bouilhet in Lettres de Grèce, Éditions du Péplos, 1948, pp. 49-50-51-52-53. Frontispice gravé sur bois par Constant Lebreton.


Flaubert correspondance

Ph., G.AdC
■ Gustave Flaubert
sur Terres de femmes

→ 19 septembre 1852 | Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet
→ 16 décembre 1852 | Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet
→ 26-27 mai 1853 | Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet
→ 26 janvier 1861 | Lettre de Gustave Flaubert à Jules Michelet
→ 12 décembre 1857 | Lettre de Gustave Flaubert à Mademoiselle Leroyer de Chantepie
→ 18 janvier 1862 | Lettre de Gustave Flaubert à Mademoiselle Leroyer de Chantepie
→ 7 avril 1872 | Lettre de Gustave Flaubert à Laure de Maupassant
→ 9 avril 1872 | Lettre de George Sand à Gustave Flaubert
→ 19 juin 1876 | Lettre de Gustave Flaubert à Edma Roger des Genettes




Retour au répertoire du numéro de février 2012
Retour à l’ index des auteurs
Retour à l’ index de l'éphéméride culturelle

» Retour Incipit de Terres de femmes

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • 8 mai 1880 | Mort de Gustave Flaubert

    1880 Mort Gustave Flaubert

    Éphéméride culturelle à rebours Le 8 mai 1880 meurt au hameau de Croisset (Canteleu, Seine-Inférieure), Gustave Flaubert, à l’âge de cinquante-neuf ans (il étai... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    NOUVELLES, TALENTS
  • Forbans des lettres

    Forbans lettres

    À la rencontre de deux faiseurs de best sellers: Paul-Loup Sulitzer et Gérard de Villiers. Anecdote vintage.... Un critique littéraire qui se respecte ne devrai... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • En lettres bleues et or (5)

    lettres bleues

    De Daniel Vuataz, dit Le Kid, à JLKCharmey, 7 juin 2012Dear Old Gangsta,Il y a trois mois, je partais dans un vieux van bleu-vert et pétrolais dans les... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • La Grèce dépénalise les stupéfiants

    Grèce dépénalise stupéfiants

    (Source : LCI)La Grèce va dépénaliser la consommation et la possession « en petites quantités » de toutes les drogues, a indiqué mercredi le ministre de la... Lire la suite

    Par  Lababole
    BD & DESSINS, CARICATURES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Lettres de fleurs

    Lettres fleurs

    Une partie des alphabets réalisés par les enfants de la Moyenne section de l'école maternelle Diderot Tinqueux / juin 2011 Lire la suite

    Par  Cantabile
    TALENTS
  • Flaubert, le maître et le sauveur

    Flaubert, maître sauveur

    Par Dominique Guiou Publié le 28/09/2011 à 11:19 Olivier Frébourg livre un récit d'une grande humanité sur le métier de père. (Mercure de France) Son... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Spyros KARAGEORGIS (Grèce).

    LES GOUTTES DE PLUIE. Toutes les gouttes de pluie Ont une histoire différente; Toutes ont touché le ciel; Aucune n'a pu rester... * Sauf une goutte, à ton image... Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS

Magazines