Magazine Poésie

"Les paysages de l'âme" de Ben Yessef(photo perso du 23 février 2012)

Publié le 25 février 2012 par Lauravanelcoytte

Culture

25 février 2012 Pas de commentaire » Ecrit par: Lila Sefrioui Ben-Yessef

La colombe est un des motifs récurrents chez Ahmed Ben Yessef.

L’exposition réunit une centaine de peintures, dessins, gravures, photographies, s’étalant de 1964 à 2011, des premières études à l’école des Beaux-Arts de Séville jusqu’aux pièces monumentales récentes témoignant de l’engagement de l’artiste pour sa patrie. Elles proviennent de collectionneurs privés au Maroc et en Espagne ainsi que du fond d’atelier de l’artiste et de la collection Attijariwafa bank.  Ahmed Ben Yessef né à Tétouan en 1945 et installé à Séville depuis 1967 est un des principaux piliers de l’école figurative du Nord. Il se distingua très tôt par des aptitudes exceptionnelles au dessin et à la peinture et une acuité à l’observation du réel, poétisée par une touche fluide, lumineuse et romantique. Son style est une école à lui tout seul, si bien qu’il figure dans le « Dictionnaire des peintres et sculpteurs espagnols du XXe siècle » et dans l’« Encyclopédie générale de l’Andalousie ». Son œuvre humaniste, porteuse de paix et d’espoir (la colombe est un de ses motifs récurrents), lui vaut la reconnaissance internationale et le place parmi les artisans du dialogue interculturel. Il est aussi celui qui immortalise les grands rendez-vous de notre histoire. C’est ainsi que sa toile de quatre mètres par trois sur le thème d’Al Massira fut reproduite sur une pièce de 100 dirhams pour la commémoration des 25 ans de l’accession au trône du roi Hassan II, avant d’illustrer le billet de 100 dirhams. Plus qu’un hommage, cette exposition entend mettre en exergue les étapes et outils décisifs qui ont forgé le « style»  Ben Yessef, un style dont la rigueur académique est au service d’un souffle poétique quasi mystique. Une œuvre exclusivement figurative qui comme l’explique Ghita Triki Chraïbi, commissaire de l’exposition, « loin de se limiter à la surface visible, tente de sonder les profondeurs de l’âme humaine comme les mystères de la nature, ce qui lui confère un caractère lyrique, voire mélancolique, grâce à l’emploi de tonalités crépusculaires et irisées ». ◆

http://www.lesoir-echos.com/les-paysages-de-l%E2%80%99ame...



Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines