Magazine Jardin

Les arbres et les herbes

Publié le 06 mars 2012 par Memoiredeurope @echternach

Entre la protection des forêts et l'entretien des pelouses, nous cherchons à conserver un environnement vivable et durable. Mais entre les préoccupations planétaires que nous partageons globalement et l'image respectable d'un jardin intime bien propre que nous entretenons parfois de manière maniaque, nous ne savons plus très bien où se situent les priorités. Ecoutons les arbres et cherchons les herbes folles, ils savent nous parler.
Les arbres et les herbes
2011 étaitl’année des forêts. Elle a fait l’objet denombreux débats visant une prise de conscience planétaire sur fond dedisparition scandaleuse de la forêt pluviale de l’Amérique du sud. Il est vraiqu’ayant habité au Grand-Duché de Luxembourg pendant presque quinze années, laforêt européenne m’est redevenue familière, pour ne pas parler desretrouvailles récentes avec la Forêt de Fontainebleau - où j’ai emmené desétudiants pendant une trentaine d’années-, grâce à Robert Louis Stevenson etaux peintes pré-impressionnistes. Avant l'intégration des pays d'Europe du Nordet en particulier des Pays Baltes au sein de l’Europe de l’Union Européenne, lepays le plus boisé était, aussi surprenant que cela puisse paraître, leLuxembourg, avec 34% de taux de boisement. C'est en effet l'ancien départementdes Forêts, le bien nommé, du temps de l'Empire napoléonien. En Lettonie,toutefois elle couvre 52% du territoire national.
Les expertssemblent tous d’accord : la forêt européenne tend à se reconstituer, maisparfois de façon très artificielle. Elle couvrait au début du XXIe siècle prèsde 40 % de la superficie européenne, générant près de 3,5 millions d'emploisdirects ou indirects selon la filière bois. C’est un Institut forestiereuropéen l’EFI, situé en Finlande et impliquant près de 120 organismes dans 37pays européens, qui est chargé de renforcer la filière bois, de susciter lespolitiques forestières et la recherche. L'Union européenne pour sa part aengagé un Plan d´Action pour l´Application des réglementations forestières,gouvernance et échanges commerciaux ou FLEGT : « Forest Law Enforcement,Governance and Trade », et une Conférence ministérielle sur la Protectiondes Forêts en Europe (MCPFE) a eu lieu à Oslo du 14 au 16 juin 2011. Dans lesconclusions de cette réunion qui sont publiées sous forme d’un long documenttrès argumenté sur les perspectives d’avenir, on peut constater dans la préfaceque les responsables ont privilégié une vision d’équilibre entre l’optimismed’une croissance stable et le pessimisme de la prise en compte des menaces climatiques.Qu’on en juge : “There is no better time toissue this comprehensive analysis of forests in the pan-European region than2011, the International Year of Forests. Information and work related toforests is indeed at an all-time high, and the political attention given toforests and sustainable forest management is rising in the pan-European region,as well as globally. Since the 1990s, the forest area in Europe has beenincreasing steadily. In the FOREST EUROPE region alone, the forest areaincreased by 17 million hectares in the last two decades. In addition toforest area, the volume of wood in pan-European forests is growing…Nevertheless,it should not be forgotten that European forests still face severe threats,such as the effects of climate change including climate variability. Europewill also need to address an increasing pressure on resources, and competitionamongst uses such as wood energy, timber production, biodiversity conservationand carbon storage… The report confirms that sustainable forest management hasproven to be successful in addressing challenges through the promotion of abalanced approach to forest uses that is capable of supporting environmental,economic and social functions alike. It is worthwhile noting that sustainableforest management was proved to be effective in countries with different socialand economic backgrounds and natural conditions. This success is a vitalmessage put forward by this report as the region looks to be able to addressold as well as new challenges for forest management. The report is not only addressedto forest experts, but also to the world of sustainable development, asit embarks on the Rio+20 process that will culminate in the United NationsConference on Sustainable Development in 2012. It is essential that whendiscussing sectorial issues and solutions, forests and sustainable forestmanagement are acknowledged as crucial in the efforts to move towards a greeneconomy.”
Les arbres et les herbes
Concours l'Arbre de l'année. Lauréat 2011.
La politiqueforestière, comme tout ce qui concerne le paysage, ne peut se concevoir sans unecollaboration essentielle entre les propriétaires, majoritairement l’état et lescollectivités territoriales, les professionnels de la filière et la sociétédans son ensemble. Annie Vallée, dans une analyse serrée des modèleséconomiques du développement durable suggère qu’aux trois formesconventionnelles de capital (physique, humain et naturel), on peut en ajouterune autre, plus récemment prise en considération : le capital social quidésigne, précise l’auteur «…selon ladéfinition de l’OCDE, des réseaux, des normes, des valeurs et convictionscommunes facilitant la coopération au sein des groupes ou entre eux. Bien queplus extensive, la notion de cohésion sociale est proche de celle de capitalsocial. Les dispositions politiques, institutionnelles et juridiques en vigueuren sont des compléments importants, influant aussi sur le niveau de bien-être.Ce dernier est relié au stock global de capital par le biais des décisionsd’investissement dont les effets peuvent s’étendre sur plusieurs générations.La durabilité du développement implique qu’un lien soit effectué entre lesdécisions présentes et les besoins futurs. Ne pas compromettre lespotentialités des générations futures, c’est investir aujourd’hui dansl’éducation, la recherche, c’est aussi faire en sorte que le capital naturelsoit préservé, puisse être renouvelé, ou faire l’objet de substituts s’il s’estdégradé. Un des points clés du développement durable est précisément dedéterminer dans quelle mesure les différentes formes de capital sontsubstituables entre elles. Si la substitution est possible, la destructiond’une forme de capital peut être compensée par l’accroissement d’une autreforme de capital, et la durabilité du développement n’est pas compromise.»
Dans cetteperspective de longue durée qui n’est malheureusement pas souvent évidente dansle discours des candidats aux postes électifs qui touchent à l’aménagement, lasensibilisation du public est essentielle. C’est la raison pour laquelle l’idéed’élire en France un arbre de l’année me semble particulièrement bienvenue.Parmi les lauréats de 2011, le Pistachier lentisque de Guisonaccia(Haute-Corse) est en effet un bon exemple.
Les arbres et les herbes
Il ne s’agit pasici de revenir en détails sur toutes les actions entreprises en 2011, maisplutôt de signaler celles qui se poursuivent en 2012. Finalement c’estl’exposition de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, d’unegrande originalité par le parti-pris transversal qui a été adopté, qui m’aamené à regarder de plus près les politiques forestières.« L’Arbre et le Photographe » a étéinaugurée le 3 février dernier et se poursuit jusqu’au 22 avril. Soncommissaire est Anne-Marie Garcia. Elle a regroupé les œuvres selon troisthèmes : l’arbre naturel et «originel », lié à la terre, l’eau, l’air, l’arbre et son urbanité : apprivoisé par l’homme, il peuple les villeset enfin l’arbre et l’humanité :protection, rêve, jeu, agression, l’homme et l’arbre. Le texte deprésentation précise : «L’arbre atoujours fasciné, visuellement, graphiquement et symboliquement. Riche d’unfonds exceptionnel de plus de 70.000 photographies, l’École nationalesupérieure des beaux-arts se propose d’en exposer une centaine consacrée à cethème. De la vivifiante forêt de Barbizon à la ville paysagée, des nostalgiquespromenades d’Atget à l’orientalisme fleurissant, après les peintres, lesdessinateurs et les graveurs, les photographes du XIXe siècle ont réussi à enrestituer toute la poétique réalité. L’exposition présente des photographiestoutes signées des grands maîtres du XIXe siècle : les familiers de la forêt deFontainebleau, Alfred Briquet, Paul Berthier, Alexandre Famin, Henry Langerock,Achille Quinet ; les amoureux de la ville, Eugène Atget, Giacomo Caneva, JeanLaurent, Charles Marville, Séraphin Mieusement ; les pionniers des lointains,Désiré Charnay, Félix Bonfils, Luigi Fiorillio, G. Lékégian, Pascal Sebah,Félix Teynard, Zangaki. Cet ensemble patrimonial trouve un prolongement dansune présentation de photographies contemporaines réalisées par des professeursde l’École, Jean-Marc Bustamante, Éric Poitevin, et de jeunes artistes diplômésde l’Ecole : Claire Adelfang, Fanny Beguery, Domitille Chaudieu, LukasHoffmann, Hermann Wendler ; mais aussi par des artistes de renom tels Anna etBernhard Blum, Beatrice Caracciolo, Michael Kenna, Sarah Moon, Mark Ruwedel,Tessa Trager… »
Les arbres et les herbes
Au plus près des arbres, les amoureux des écorces, se souviendront bienentendu du magnifique livre de Jacques Lacarrière, «Le pays sous l’écorce» etdécouvriront avec enchantement le travail de Cédric Pollet, photographebotaniste qui, après dix années de voyages nous propose un recueil dephotographies sous le nom révélateur de «Ecorces, voyage dans l'intimité desarbres du monde». Parmi lescollections réputées de fossiles, de coquillages ou encore d'oiseaux, le Museum des Sciences Naturelles d'Angers expose le travail de ce photographe jusqu’ au18 septembre. «J'approchai l'arbrevers le soir et d'emblée je le reconnus, inchangé malgré les années. Si lesarbres vieillissent autrement que les hommes, c'est qu'ils ont autre chose ànous dire. Sur son tronc, la peau s'écaillait par endroits livrant à l'air lachair à vif. Dans le canal, depuis longtemps désaffecté, lentisques etnénuphars couvaient un monde d'hydromètres, d'araignées d'eau, d'élytres bleus.J'écoutais longtemps ce silence. Puis je fermai les yeux et me glissai sousl'écorce...» écrit somptueusement Jacques Lacarrière.
Les arbres et les herbes
Du haut dessilhouettes arborées, on ne peut ignorer le vert qui nous entoure à la lisièredu sous-bois. Herbes folles, prairies de fauche ou talus fleuris. Mais l’herbenous est si précieuse, que l’histoire des jardins, avant de franchir le stadedu retour au « sauvage » a longuement subi la domination perverse desespaces verts à l’anglaise et des pelouses taillées au millimètre, des sortesd’icônes ou d’images mentales dont, à l’égal des Américains, nous avons faitnotre quotidien, un quotidien microscomique qui, toutes proportions gardées,ressemble à celui des touristes des croisières Costa qui pensent qu’ils partentà la découverte des espace méditerranéens comme le faisaient les Phéniciens. Ily a pourtant déjà un bon moment que Gilles Clément essaie de convaincre lesresponsables des espaces verts de ne pas souffler les feuilles à l’automne etde respecter la formation de l’humus. Je me souviens de ses réflexionspertinentes sur le Parcs de la Tête d’Or à Lyon. Et pourtant le motd’ordre : « cachez ces feuilles que je saurais voir » restelargement la règle.
Ceci dit, il en estde la pelouse tondue chaque week-end, comme du tri compulsif des ordures et desrangées de Tuyas tirées au cordeau.Le jardin est par essence un prolongement du corps et en particulier du corpsvêtu. Il est donc comme lui sujet à la mode, à la recherche de la propretévisible, aux attaques de la pudeur, aux artifices des cosmétiques et auxapproches politiquement correctes. Les jardins, prairies et autres pelousesfont donc l’objet d’études très sérieuses, en France et aux Etats-Unis.Outre-Atlantique, la pelouse est au cœur d’une réflexion universitaire sur lesmentalités américaines. En témoigne notamment un petit livre de BeatrizColomina, historienne de l’architecture et directrice du programme Média etModernité à Princeton : « La pelouse américaine en guerre, de PearlHarbor à la crise des missiles 1941-1961». Ce petit livre est uneréflexion sur l’usage politique de la pelouse dans le cadre d’une réflexionpluridisciplinaire sur les mentalités américaines. On est très près del’atmosphère des « Desesperate Housewives ».
Les arbres et les herbes
France Culture a consacré un épisode de la Grande Table le 3 février dernier àce sujet en apparence frivole, mais où les sociologues savent bien entendudébusquer le diable. Et d’ajouter dans le communiqué de presse qui présentel’émission : «La pensée des jardinsest prise au sérieux en France aussi. Elle est même entrée au Collège de Franceavec le paysagiste et jardinier Gilles Clément, qui occupe cette année lachaire de création artistique. Il est invité à notre Grande Table en compagnie d’unItalien amateur du génie naturel des jardins, Umberto Pasti, indigné par lamultiplication des jardins à la mode. » C’est Gilles Clément quiaffirmait en 2009 : «Les plantes s'exposent, les animaux se nichent, noushumains, avons besoin d'une maison».
Il aurait pu ajouter que nous avons profondément incorporé le besoin d’unepelouse. Inutile de dire que cette émission est jubilatoire. Et que j’invitemes lecteurs à retourner aux herbes folles, à se munir d’une flore portable età partir herboriser.
Les arbres et les herbes
Gilles Clément à Terrasson. Salon des jardins et de l'imaginaire.
Exposition L’Arbre et le Photographe. Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h Galeriesd’exposition de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts 13, Quai Malaquais,75006 Paris. Entrée tarif plein : 6€ - tarif groupe : 4€. Réouverture à partirdu 7 mars.
Exposition Ecorces. Museum des Sciences Naturelles. 43 rue JulesGuitton à Angers. Tel :   02 4105 48 50   / Site : Horaires : dumardi au dimanche de 14h à 18h. Tarif : 4 €, gratuit pour les moins de 26 ans
Bibliographie.
CLEMENT (Gilles). Où en est l’herbe ? : Réflexions surle jardin planétaire. Actes Sud. 2006.
CLEMENT (Gilles). Le salon des Berces. NIL. 2009.
CLEMENT (Gilles). Une brève histoire du jardin. Jean ClaudeBéhar éditions. 2011.
COLOMINA (Beatriz). La pelouse américaine en guerre de PearlHarbor à la crise des missiles 1941-1961. Editions B2. 2011.
SCOTT JENKINS (Virginia). The Lawn : A History of an American Obsession.Smithsonian Books. 1994.
LACARRIERE (Jacques). Le pays sous l’écorce. Le Seuil. 2007.
PASTI (Umberto). Jardins, les vrais et les autres. Flammarion.2011.
VALLEE. (Annie). Economie de l’environnement. Le Seuil. Pointéconomie. 2002.
Il me semble utile dans ce contexte de donnerle profil des cours publics que Gilles Clément a donné jusqu’en février auCollège de France sous le titre :
« Paysages, jardins et génienaturel »
Ma pratiqueprofessionnelle consiste en une activité globale où figurent la conception etla réalisation de paysages ou de jardins, l’écriture et la publication detextes liés à cette activité et la communication raisonnée de cette pratique.Ce dernier point donne lieu aux conférences, aux expositions mais aussi etsurtout à une pédagogie du "projet de paysage" dans le cadre d’unenseignement dispensé, notamment, à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage deVersailles. Au Collège de France, dans le déroulement des heures qui me sontattribuées, je compte proposer une synthèse de cet enseignement en me référantà l’expérience – c'est-à-dire au terrain – par un choix d’images en relationdirecte avec le thème abordé. Il s’agit donc de cours illustrés.
Les trois premièresséances sont consacrées aux trois principaux concepts résultant de mesrecherches et des réalisations associées: le Jardin en Mouvement, le JardinPlanétaire, le Tiers-Paysage. Cette approche donne prééminence au vivant etprésente le paysage dans sa dimension biologique. Les cours suivants replacentcette dimension dans une confrontation avec l’art, l’architecture, la scienceet la parole faisant ainsi apparaître l’imbrication de la nature à l’artificedans l’émergence du paysage ou du jardin. Enfin cet ensemble se trouve à sontour questionné par le contexte économique et par le positionnement dessociétés humaines face à la nature. La combinaison, d’apparence contradictoire,entre la matérialité du marché et l’immatérialité des croyances donne lieu, oùque l’on soit sur la planète, à une construction du paysage.
La mise en avant duvivant correspond à un parti-pris commandé par les exigences de l’écologie.D’autres que moi donnent un avantage à l’architecture, au design, à l’ornementou à l’objet: toutes choses figurant dans ma propre pratique sur un modemineur. Dans un souci d’équilibre avec les énergies en place et surtout dans unsouci d’anticipation sur les conditions de vie future, les jardins et les paysagessont ici imaginés, réalisés, entretenus et enseignés à la lumière de cej’appelle "le génie naturel".
Gilles Clément.
Paris le 12 octobre2011
Il ne reste pluspour cette année que les Séminaires – visites de jardins:
24-05-2012 – pm :séminaire au Collège de France 14h30-17h : "Paysage et jardin , le futurespéré"
01-06-2012 – pm :le jardin du musée du quai Branly.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Aube L : I am

    Aube

    Aube L est de ces artistes rares dont l'inspiration et la création semblent aussi importants que le simple fait de respirer pour vivre. Lire la suite

    Par  Guillaume Joubert
    CULTURE, MUSIQUE
  • Produits pétroliers : 233 milliards de Fcfa de subvention depuis janvier

    Produits pétroliers milliards Fcfa subvention depuis janvier

    Écrit par Mutations Mardi, 20 Septembre 2011 09:15 éêééûéêéûûééûééMême lorsque le prix du baril avait franchi la barre record de 100 dollars en 2008, le... Lire la suite

    Par  237online
    AFRIQUE, CULTURE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pain de veau aux herbes

    Pain veau herbes

    Dès que j’ai vu cette recette chez Namuelle du blog « Passion Tambouille« , j’ai tout de suite eu envie de la faire. Juste le temps d’acheter la viande, le... Lire la suite

    Par  Couleurdevie
    CUISINE, RECETTES
  • Pain aromatisé aux herbes

    Pain aromatisé herbes

    Quoi de mieux que l'odeur du pain qui embaume lamaison! difficile d'y résister.......Pour changer de la version traditionnelle, j'ai ajoutédes herbes séchées... Lire la suite

    Par  Fimere
    CUISINE, RECETTES
  • Pilote: Pan Am

    Pilote:

    Pilot Saison 1, Episode 1 Diffusion vo: ABC – 25 septembre 2011 La vie trépidante de 4 hôtesses de l’air de la compagnie aérienne Pan Am nous est proposée dans... Lire la suite

    Par  Speedu
    SÉRIES
  • I am a YouTube Star !

    YouTube Star

    J'aime le jeudi après-midi, car c'est la seule journée où j'ai une après-midi complète de libre. C'est un peu comme un avant-gout du week-end... Lire la suite

    Par  Itsyannickcarter
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • I Am -Really- Alive

    -Really- Alive

    Cette fois-ci, il n’est pas question d’une rumeur. L’information nous parvient directement depuis Ubisoft. I Am Alive, dont nous en avions perçu une lueur il y ... Lire la suite

    Par  Gameinvaders
    HIGH TECH, JEUX VIDÉO

Magazine