Magazine Talents

François Hollande, J’ACCUSE : « Lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles d’un éventuel président normal ! » [FIN]

Publié le 24 avril 2012 par Raoul Sabas

Patong Beach, le 24 avril 2012

Courriel : xxxxx@yyyy

Objet :

François Hollande, J’ACCUSE : « Lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles d’un éventuel président normal ! » [FIN]

Monsieur François Hollande

Parti socialiste

10, rue de Solferino

75007 Paris

Courriel :

françois.hollande@parti-socialiste.fr

[A l’attention d’Arnaud Montebourg, Annick Lepetit, Bertrand Delanoë, Bruno Julliard, Claude Dilain, Dominique Strauss-Kahn, Elisabeth Guigou, François Patriat, François Rebsamen, Harlem Désir, Henri Emmanuelli, Karim Zéribi, Jack Lang, Jean Glavany, Jean-Marc Ayrault, Jean-Marie Le Guen, Jean-Pierre Chevènement, Julien Dray, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Malek Boutih, Manuel Valls, Martine Aubry, Michel Rocard, Michel Sapin, Olivier Duhamel, Pierre Moscovici, Robert Badinter, Ségolène Royal, Stéphane Le Foll et Vincent Peillon]

« Si je sais la vérité et ne gueule pas la vérité, je suis le complice des escrocs et des faussaires ! »  [Charles Péguy]

« Le cri de joie spinoziste est un cri de guerre contre les superstitions ! » [Balthasar Thomass]

Monsieur,

Deux de vos récentes déclarations publiques, rappelées ci-après sont véritablement dignes de l’enchanteur Merlin, lequel n’aurait rien eu à rajouter aux propos suivants, l'un parlant de « réenchanter le rêve français », et l'autre affirmant : « Demain sera meilleur qu’aujourd’hui, je vous en fais la promesse ! », comme si les événements de la France et du monde dépendaient uniquement de votre seul bon plaisir, voire de votre soi-disant libre volonté, façon Obama ou Ségolène Royal, en son temps, avec son illusoire « ordre juste » que vous continuez à promettre en d’autres termes, tel qu'égalité absolue par exemple.

Toutefois, le penser superstitieux qui sert de base à votre réflexion politique, en vous fondant sur la Foi au détriment de la Raison, ne se limite pas à l’idéologie, toutes idéologies confondues dans leur incapacité à transposer l’Idéal dans le quotidien – donc, à changer notre monde en monde idéal !

Pour mémoire, ce penser superstitieux, déjà exposé maintes fois dans l’ensemble de ma correspondance, consiste seulement à présenter fictivement, donc mensongèrement, pour Vérité ou réalité absolue, le contenu seulement relatif de notre entendement humain pensé dans et sur (à propos de) notre monde.

Et outre lidéologie, il se manifeste également dans la religion, toutes les religions sans exception (monothéistes ou non), dans la métaphysique matérialiste (ou scientisme) et idéaliste, resucée cartésienne et kantienne, entre autre, de la religion devenue pseudo-philosophie spiritualiste, ainsi que dans le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale : LAQUELLE ? !], tous catéchismes réunis, y compris le catéchisme soi-disant universel, ou Déclaration des droits de l’homme de 1948, dont seule l’inobservation est réellement universelle – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, à l’aune du devenir du monde, depuis plus de soixante ans !

Et précisément en matière de religion, le penser superstitieux a abouti dans les faits, depuis 1981, grâce à la Gauche en général et au Parti socialiste en particulier, à mettre fin au sacro-saint principe de laïcité à la française que vous proposez pourtant d’inscrire dans la Constitution, après l’avoir tant bafoué pour des raisons partisanes intéressées - électorat arabo-musulman oblige !

Ce principe avait pourtant été relativement assez bien respecté jusque-là, puisque la religion s’en tenait au domaine strictement privé, sans constante intervention extérieure de l’État et de ses dirigeants – a fortiori celle des religieux eux-mêmes, voire d’associations moralisatrices à sens unique volant au secours de l’une d’elles - au point d’envisager sans rire d’instituer un « délit de blasphème » dans notre république encore proclamée laïque, ce qu’elle n’est plus depuis longtemps, au vu de l’omniprésence de l’islam dans l’actualité quotidienne !

Certes, les incessantes condamnations publiques, quasi journalières, en son nom, sur fondement superstitieux, ont des retombées électorales juteuses, alors que vous n’avez ni l’honnêteté ni le courage intellectuels de débattre pour autant sur le fond, à propos de la superstition religieuse en général et de la superstition musulmane en particulier !  

Vous ne pourrez pourtant pas prétendre, au vu de l’une ou l’autre lettre mentionnée ci-dessus, que je ne vous ai pas déjà rappelé avec des arguments repris dans le texte, Mensonges et lâcheté des élites, non seulement la pensée philosophique de Spinoza, démontrant la fausseté des dogmes religieux, tous sans exception, mais fait connaître également le propos ci-après tiré de sa Correspondance, dans laquelle Spinoza, ce raciste bien connu, écrivait à propos de l’islam, bien avant Voltaire :

« Je reconnais tout l’avantage de l’ordre politique qu’instaure l’Église romaine et que vous louez tant ; je n’en connaîtrais pas de plus apte à duper la foule et à dominer les âmes s’il n’existait l’Église musulmane qui, de ce point de vue, l’emporte de loin sur toutes les autres ; depuis l’origine de cette superstition, aucun schisme en effet ne s’est déclaré dans cette Église. » [Spinoza, Correspondance, Lettre LXXVI à Albert Burgh]

A ce sujet, vous ne pourrez pas davantage prétendre ignorer les comportements avérés  au quotidien, en terre d’islam, et déjà rappelés précédemment, ni les pratiques, en totale contradiction avec le catéchisme universel contemporain (charia, fatwa et djihad), qui vous servent pourtant sur le plan électoral, sans jamais avoir l’honnêteté et le courage intellectuels d’en débattre sur le fond, à l’exemple de votre moralisateur public patenté PS, Benoît Hamon en l’occurrence, par ailleurs tout aussi intellectuellement courageux que vous pour répondre sur le fond.

Pour en terminer avec la superstition religieuse en général et la superstition musulmane en particulier, je ne peux manquer de vous rappeler les propos de votre lettre du 10 novembre 2003, parlant de « vos fermes intentions de refuser tout communautarisme et de lutter contre les obscurantismes de toute nature. », en ajoutant : « Bien entendu, cela ne doit nullement conduire à l’interdiction de critiquer une religion. »

Chacun peut mesurer aujourd’hui ce qu’il en est du communautarisme devenu plus florissant que jamais, et outre qu’il nourrit les dissensions entre chrétiens, juifs et musulmans, va même jusqu’à décider ce que l’islam est disposé à entendre publiquement à son sujet – et vous voudriez établir l’harmonie entre tous les citoyens français, alors que nous n'aurons pas à attendre bien longtemps  pour vérifier la continuation de la percée de l'islam, tant en nombre de mosquées que de fidèles !

En matière de penser superstitieux en général, je ne peux manquer de dénoncer également le scientisme contemporain, tel qu’il se manifeste sous la forme du « mensonge écolo », avec l’absurde prétention des humains de notre époque obscurantiste d’instaurer sur la planète un « climat sur mesure » pour l’éternité – hélas DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN, sauf au GIEC et à Barack Obama,  voire à vous-même ou à quiconque, de répondre, de façon argumentée, à la question, dont vous avez été également informé, ce qui me dispense de reprendre ici les arguments déjà en votre possession.

Néanmoins, je dénonce ici très fermement le marché de dupe, auquel vous vous livrez avec Europe-Écologie-Les Verts et sa présidente Éva Joly, un marché consistant à démanteler le potentiel nucléaire national contre une poignée de députés écologistes, mais je n’en dis pas plus, car ce qui est en votre possession est largement suffisant pour avancer vos éventuelles objections intellectuellement et philosophiquement étayées, puisque vous disposez du courrier adressé aux écologistes pour dénoncer leur escroquerie intellectuelle planétaire qu'ils n'ont même pas l'honnêteté et le courage intellectuels de défendre, arguments à l'appui.

Pour ce qui est du moralisme (cf. définition ci-dessus), je me borne à dénoncer les fictions sur lesquelles il se fonde, car je les ai amplement démontrées dans mes dernières lettres, et bien avant, mais vous ne vous privez pas pour autant de juger et condamner moralement les Autres, de préférence le camp d’en face, sur la base d’un Bien et d’un Mal prétendument absolus, mais qui ont de réalité seulement dans la pensée des moralisateurs publics autoproclamés, largement majoritaires à gauche.

Pour résumer l'ensemble de mon propos, sauf à vous-même de démontrer le contraire, je pense avoir démonté ici, une fois de plus, le penser superstitieux dans ses divers modes d’expression. Il vous reste donc à établir la fausseté de mes affirmations sur des points très précis de désaccord, car, à défaut, vous manifesteriez votre intention délibérée de continuer à colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, donc à tromper et à manipuler sciemment l’opinion.

Toutefois, dans l’éventualité de votre réponse argumentée sur le fond, légitimant ainsi votre participation à la finale présidentielle 2012, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, comme je l’attends depuis de très nombreuses années.

Annexe : Texte, Mensonges et lâcheté des élites


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine