Magazine Journal intime

Un café comme à Portland: Revolver

Publié le 12 juin 2012 par Veronique_m
La semaine dernière, j'ai rencontré Cécile, fraîchement débarquée à Vancouver de Paris et déjà blogueuse. Ça faisait longtemps que je n'avais pas rencontré quelqu'un par l'intermédiaire de mon blog, ça m'a fait tout bizarre de parler à quelqu'un qui vient d'arriver... Je me suis souvenue de toutes ces rencontres que j'ai faites ici, de tous ceux qui sont devenus des amis, de tous mes questionnements à mon arrivée, alors que j'en suis rendue à une autre étape dans ma tête. J'ai repensé à ce que c'est que d'arriver dans une ville qu'on ne connaît pas, d'apprendre à l'apprivoiser, d'y créer, avec le temps, des repères, des habitudes. Un jour tout devient évident et normal, mais au début, il faut tout apprendre. La vie, les rues, les habitudes, la culture, les codes. C'est excitant et fatigant à la fois. Je réalise combien je suis heureuse d'être dans le confort ici, le confort du connu, et je me demande pourquoi j'ai tellement envie régulièrement de tout recommencer...
J'avais donné rendez-vous à Cécile au Revolver, un café sur Cambie près de Hastings. Il était depuis longtemps sur ma liste, et tout près de mon bureau, mais je n'ai jamais vraiment l'occasion d'aller prendre un café l'après-midi. C'était mardi, jour de repos pour moi, j'allais au cinéma dans le quartier ensuite (voir Moonrise Kingdom, trop trop bon) c'était donc le bon moment pour l'essayer.
On pousse la porte et on pourrait se croire à Portland. Déco plus que soignée de bois foncé avec l'inévitable mur de brique, le mur d'en face, lui, est blanc avec une immense mappemonde faite de clous. Très cool... Tous les clients et les trois baristas ont le look hipster parfait, il y a un bon quota de barbe (qui n'a rien à voir avec les playoffs) et de chemises à carreaux dans la place.
Untitled
Cela dit, on ne se sent pas déplacé si on n'a pas le look adéquat, les mecs sont très sympas, même avec la fille qui débarque avec son t-shirt des Canucks -moi.
Untitled
Passons au café. Toute une affaire, une longue affaire, même. J'ai commandé le café du jour, me demandant pourquoi un simple café filtre coûte 3,50$. 10 minutes plus tard, j'ai compris, c'est une cafetière qui arrive sur ma table, avec un petit verre en guise de tasse. Pendant ces 10 minutes, un des trois barbus derrière le comptoir a pris un petit contenant avec des grains de café, les a moulus juste comme il fallait, les a mis dans un filtre sur une cafetière et a versé doucement dessus l'eau qui devait être à la température parfaite, je n'en doute pas une seconde. C'est de l'art, pas du vulgaire café... Ça me rappelle bien sûr Portland et le Woodsman Tavern, où le serveur était venu nous préparer une cafetière directement à table, de la même façon. Le café, lui, est bon, très différent de ceux, très (trop?) forts, qu'on sert au Starbuck's ou même à JJ Bean. La couleur de celui de Revolver, plutôt claire en comparaison, me rappelle celle du café Haïtien que j'ai rapporté de Portland. Je l'aime.
Untitled
Untitled
Ok c'est peut-être un peu too much, mais je craque quand même. Tant et si bien que j'y suis retournée toute seule avec un livre. La musique est sympa, je shazame un peu, je bouquine, une fille vient partager ma table parce que le café est minuscule et que ça se bouscule un peu, elle sort son livre, je déguste mon muffin framboises pacanes, bref c'est une de mes meilleures expériences dans un dans café finalement. J'y retournerai.
Café style genre
Untitled
******************
Revolver
325 Cambie Street
Vancouver, BC
604-558-4444
http://revolvercoffee.ca/
Un café comme à Portland: Revolver
Pour voter sur Urbanspoon:
Revolver

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veronique_m 54 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte