Magazine Humeur

Syrie : l’”Occident préfère une théocratie islamiste à une dictature laïc” et Lakhdar Brahimi ?

Publié le 21 août 2012 par Menye Alain
Lakhdar Brahimi

Lakhdar Brahimi

Finis les incantations de mauvais augure. Entre grâces t disgrâces, l’opposition syrienne laïque commence à se plaindre d’être ignorée par les démocraties occidentales qui semble un peu trop privilégier à leur goût, les groupes armés au détriment d’une “paix négociée avec à la clé, le départ graduel de Bachar al-Assad”. C’est le sempiternel accord sur lequel, tous sont Ok et retors.  Devenus inaudibles à cause du bellicisme occidental et la réponse tous azimuts de Bachar al-Assad qui peut compter sur la fidélité de son armée, ils sont entrain de se rendre compte que, eux, qui initialement était derrière le début de la révolte, se sont laissés déborder par des malfrats en qui, l’Occident fait confiance et les monarchies du Golfe qui financent l’effort de guerre.

On peut dire que le blues les gagne. Aucun groupe armé ne prend au sérieux les leaders du CNS ou d’un quelconque mouvement basé à l’étranger. Les terroristes revendiquent le fait de se battre sur le terrain mais, si le régime tombe, plus dure sera la chute de la Syrie.  Du côté occidental, on fonce tête baissée malgré les échecs qui s’enchaînent. l’”Occident préfère une théocratie islamiste à une dictature laïc” aurait pesté un membre du CNS, convaincu que l’Occident mise depuis sur la force au lieu de chercher à négocier pour la paix et une solution politique. Coincés, les membres du CNS savent désormais que si les forces terroristes remportent la guerre qu’ils mènent au pouvoir syrien avec l’aide de Paris, Washington, Londres, Doha ou Riyad, ils s’accrocheront au pouvoir pour installer une théocratie salafo-wahabbiste. Ils (membres du CNS) seront reçu à l’Elysée jeudi prochain, pour en discuter.

Le 3 octobre 2001, M. Lakhdar Brahimi, 78 ans,  diplomate algérien chevronné et respecté, avait été nommé Représentant spécial pour l’Afghanistan pour y faciliter le processus politique. Normalement, le remplaçant de Kofi Annan a le même rôle pour la Syrie. C’est son rôle initial mais, la tentative de l’Occident de le dévier de sa mission n’est pas étonnant. On lui demande de mettre au préalable sur la table, avant même qu’il ne rencontre le président syrien Bachar al-Assad, l’idée de son départ. Drôle de façon de faire, pour soi-disant régler un conflit. Néanmoins, malgré le fait que M. Lakhdar Brahimi montre une image d’indépendance, Il a notamment dit qu’il faut que les Iraniens puissent participer au processus de paix, et ayant rabrouer une journaliste d’Al Jazeera, tout en indiquant que ce sont les Syriens eux-mêmes qui doivent faire la paix, il reste un mystère.

En rencontrant le président français François Hollande, hier au palais de l’Elysée, ce dernier, le président français, la tête toujours dans le guidon,  a encore recommencé avec la même logghorée. Jouant les Nostradamus, pour lui, “il ne peut y avoir de solution politique” en Syrie “sans le départ de Bachar al Assad” du pouvoir qu’il exerce depuis douze ans. On ne sait pas ce que Lakhdar Brahimi lui a répondu mais, on peut se poser des questions sur sa nomination. En espérant qu’il fera son travail avec dévotion, honnêteté et justice, il faut néanmoins lever un pan sur sa vie dont les médias ne parleront certainement pas.

Rym Brahimi et le Prince Ali bin Al Hussein

Rym Brahimi et le Prince Ali bin Al Hussein

Par une amie, nous avons appris en début d’après-midi que ce Lakhdar Brahimi est le gendre du souverain achemite et roi de Jordanie, Hussein. Après enquête, c’est confirmé. Hussein, ce demi-arabe (mère britannique) pro-américain dont on connaît l’aversion à l’encontre de Bachar al-Assad, ne garantit rien de bon, même comme le diplomate algérien, jusqu’à présent est propre et, il faut lui accorder le bénéfice du doute . Sa fille Rym, 43 ans,  journaliste à CNN, s’est mariée avec le frère du roi Abdallah, le prince Ali, 37 ans (photo). Trop d’intérêts qui se retrouvent liés et qui ne sont pas de bon augure pour la suite des évènements. CNN, les Etats-Unis, le roi de Jordanie, le Qatar et ses gazo-dollars, l’Arabie saoudite et ses pétro-dollars etc, il y a de quoi avoir peur. Fichtre. Bien sûr, si ce “pedigree secret” n’est pas relevé par la presse, c’est qu’il y a anguille sous roche. La preuve, à chaque fois que la Chine ou la Russie s’expriment, les médias se précipitent pour dire “soutiens de Damas”. Or, quand la France ou les autres s’expriment, vous n’entendrez jamais ces rois des indignations sélectives dire par exemple, la France, pays hostile à Damas ou même détracteur de Bachar al-Assad. Vous pouvez vérifier… 

La dernière pour la route avec Abed al-Razzak Tlas. Il est  l’un des chefs terroristes et ex officier de l’armée syrienne qui matait une vidéo pronographique et se masturbait en direct sur Skype. Une vidéo que je n’ai pas diffusé par décence. Eh bien, il accuse la Chine d’avoir manipulé les images. Trop pathétique ces fous de satan qui se réclament d’Allah.

Enfin, sur le terrain, nous aurons de plus amples renseignements dans la journée. Toujours est-il que, les pauvres terroristes ont probablement passé la pire de leur journée à Alep, entre autres. Ce n’est que le début, malgré les projets d’élimination physique du président Bachar al-Assad. Une lâcheté qui sonne le glas de la défaite et d’une victoire à la Pyrrhus si l’oeuvre macabre arrive à son terme… 


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine