Magazine Humeur

Bernard Arnault ; Fumes, c’est du Belge !

Publié le 09 septembre 2012 par Georgezeter

777kk-copy.jpg

Bernard ! Ou plutôt Toi, Nanar II Arnault, avec ta tête de fouine chafouine t’est bien + néfaste qu’un Nanar 1erTapie, ton pendant version populo ; Toi, t’es éduqué, bichonné en bon bourrin version bourgeoisie coincée du cul de la banlieue chicos lilloise; puis t’es allé aux aras d’une de nos grandes écoles – Centrale, promo 69, t’en es pas sorti major, mais t’as appris un truc primordial : Pour faire fortune, faut savoir décrocher les subventions d’état. Comme en plus tu t’étais fait un réseau pas possible en magouillant dans l’immobilier à New York… Et ben en 1984, avec l’accord de Cresson et Fabius t’as décroché la timbale et es devenu du jour au lendemain, grâce aux socialistes, une des 1ères fortunes de France.

Le groupe Boussac :

30.000 employés. Le groupe textile patauge dans la déconfiture. Il a été racheté par tes copains avec qui t’as grandi, les frères Willots, tes voisins.

Je ne sais pas comment t’as réussi à t’attirer les bonnes grâces de cette incompétente d’Edith Cresson, ministre de l’industrie et Hélène Ploix, conseillère de Laurent Fabius pour les questions industrielles, alors que tu n’y connaissais que pouic en textile ; Mais le groupe t’ait refilé à des conditions qui te firent millionnaire du jour au lendemain. Il est à signaler qu’à l’époque Maurice Bidermann était ton concurrent pour la reprise de Boussac… Comment se fait-il que Bidermann, un vrai professionnel du textile fut jeté à l’avantage de toi, Nanar II, toi, qui était dans l’immobilier, et en plus dans l’immobilier aux Etas Unis ??? J’aimerais qu’un jour, un vrai journaliste d’investigation fouille, fouille ; certainement une enquête palpitante du pourquoi ? Un gouvernement socialiste pouvait-il bien trouver tous les charmes à un prédateur comme Arnault, un investisseur aux USA - ennemi héréditaire de la cause de tous les socialistes ; Camarades, nous vaincrons !!!

Arnault s’engage à maintenir TOUS les emplois…

… qu’il oubliera aussi vite qu’il a promis. « et obtient en contrepartie trois cent quatre-vingts millions d’abandon de créances, et cinq cent soixante millions d’aides publiques nouvelles qui s’ajoutent aux neuf cents millions déjà engagés par les pouvoirs publics avant la reprise.

Le 20 décembre 1984, Bernard Arnault est nommé administrateur directeur général de la Compagnie Boussac Saint-Frères. Avec un investissement personnel de quarante millions de francs, il a pris le contrôle d’une entreprise qui vaut huit milliards en bourse trois ans plus tard et fait de lui, instantanément, un des hommes les plus riches de France. »[1]

Mais, Quelle valse de centaines de millions, de NOTRE argent, nous, les français ! Et ça continue :

« Cependant, les créanciers du groupe restent menaçants. Tant que le concordat n’est pas voté, Bernard Arnault n’est que le patron d’une entreprise en dépôt de bilan et couverte de dettes. Commence alors une campagne de négociation avec tous les créanciers. Le ministère des Finances accepte d’étaler sur trois ans le recouvrement de cinq cent cinquante-quatre millions d’impôts impayés. La Sécurité sociale et les banques – créanciers privilégiés – autorisent Arnault à échelonner le remboursement de neuf cent cinquante-cinq millions sur treize ans. Les autres créanciers auxquels Boussac doit 2,1 milliards de francs, sont plus vulnérables car menacés de ne jamais récupérer leur mise. Le nouveau patron leur propose, au choix, de récupérer 60 % de leurs créances sur huit ans, ou 15 % payables immédiatement… »[2]… Si ce n’est pas du racket ça…

Trouvez pas que ça ressemble à s’y méprendre au dépouillement de l’ex Union Soviétique ? Un groupe industriel bradé, avec un état qui finance le fiasco. Les socialistes de l’époque n’avaient pas encore compris ce qu’était l’économie de marché… Pourtant, y’en avaient des Zénarques dans ce gouvernement !

Donc, Nanar II tel un oligarque Russe se remplie les poches et se débarrasse du groupe Boussac, sans un regret pour les dizaines de milliers d’employés qui doivent aller pointer au chômage. Ce dépouillement se fit de manière systématique, aidé par les hommes de paille, de main et de corde d’Arnault, dont Jean-Yves Delanoë, frère du maire… Les subventions pleuvent encore, et encore et tout ce gâchis se terminera au tribunal… Les ouvriers à la rue ; Alors qu’ils avaient sans le savoir financés leur propre perte… Que c’est beau le cynisme lorsque c’est assumé non ?

Faut admettre que le « génie » de ce genre de petite crotte humaine est d’avoir la bonne idée et s’y tenir contre vents et marées : Arnault avait fait toutes ces salamalecs pour devenir propriétaire de Dior, une des pépites du groupe Boussac avec aussi Conforama, La Belle Jardinière et Le Bon Marché, mais c’était surtout Dior qui focalisait l’attention du « grand » homme. En général ce genre de mecton a UNE seule bonne idée dans toute une vie, en l’occurrence ce fut de deviner avant tout le monde que l’industrie du luxe allait exploser dans les décennies à venir.

… Et, Il a eu raison le rascal !

Presque 30 ans ont passés, riche de quelques 23 milliards d’euros, notre Nanar II veut devenir citoyen Belge afin de pouvoir payer le moins d’impôts possible. A titre indicatif : il a été rémunéré dans les 4,5 millions d’euros en 2011, s’il payait vraiment 75% sur son salaire il lui resterait quant même + d’un million… Et comme il a perçue, et là ce n’est plus un salaire, mais des dividendes sur son groupe LVMH dans les 345 millions d’euros pour l’année 2011, on peut se dire que ce cher Arnault, financé par NOUS à ses débuts, ne serait pas sur la paille…

La reconnaissance du ventre pour ce genre de petite crotte humaine est aussi familière pour lui, que le babyfoot pour les tribus Inuits. Ce genre de gugusse PREND, il ne DONNE pas, où si ! Dans des fondations artistiques, « perpétrant » son nom, un peu comme au siècle dernier les Carnegie, exploiteurs de mineurs des mines de fer des états du nord ouest américain. Doivent-ils se sentir coupables de toutes leurs saloperies pour vouloir « redistribuer » un peu de ce qu’ils ont dépecés ?

Rappelez vous son gros caprice concernant l’ile Seguin et son musée d’art moderne… Okey, tu l’as installé à Venise, et alors pauvre cloche ? Pour la majorité des français, à l’époque déjà tu paraissais plus comme un pauvre type qu’a pas eu son joujou, qu’un mécène qui telle la famille Médicis promeut l’art, de par le monde ; toi, t’es juste un frimeur qui marie sa fifille au château d’Yquem, comme tout nouveau riche qu’a aucune classe ; voir Lakshmi Mittal et le mariage de sa progéniture au château de Versailles…

En fait t’es pathétique mon pauvre Nanar II, t’es même pas Nanar I, car, Tapie comparé à toi me devient soudainement très sympathique… Et c’est peu dire ! Toi, Arnault, qui veut payer le moins d’’impots possible de succession, payer le moins possible… Engranger le + possible… T’es un grand malade ?

Dire que se sont les socialistes de Mitterrand qui t’ont créé, financés grâce à NOTRE argent, à NOUS les FRANÇAIS et que tu balances à ces mêmes socialistes presque 30 ans plus tard… J’veux devenir Belge !

Je plains les Belges d’avoir des concitoyens de ton acabit, de ta bassesse moral. Dire que pour la rentrée 2013 on veut réintroduit des cours de moral… Imaginons qu’un enfant intelligent pose cette question à un prof : « M’sieur, pourquoi y a des riches qui quittent la France pour pas payer d’impôts ? », il répond quoi le prof ??? Fumes, c’est du Belge !

Georges Zeter/septembre 2012


[1] L'accès à la puissance économique de Bernard Arnault (1974-1989), Magazine Gérer et Comprendre, juin 2004, no 76

[2] Idem


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine