Magazine Nouvelles

Cherp le frondeur mystique

Publié le 10 octobre 2012 par Jlk

Cherp (kuffer v1).jpg

Ecrivain romand majeur, styliste et polémiste parfois endiablé, stalinien déçu et gauchiste agacé par les siens, il se disait "presque un juste"...

Gaston Cherpillod est mort. Après Alice Rivaz, Maurice Chappaz, Georges Haldas et Jacques Chessex, la littérature romande du dernier demi-siècle perd une de ses grandes figures. Moins connu que les précédents, le Vaudois avait bâti une oeuvre fondue en unité mais touchant à divers genres (romans, récits, poésie, pamphlets), dont la langue très raffinée contrastait avec les origines de l'écrivain fils de prolétaires.

Né en 1925 dans une famille d’ouvriers, poussé par son père aux études et devenu lui-même professeur, il fut de la Promotion Staline, comme l’indique le titre d’un de ses livres, communiste viré de l’enseignement pour cela même. Après un essai d’inspiration marxiste consacré à Ramuz l’alchimiste (1958), l'écrivain s'imposa, la quarantaine passée, avec Le Chêne brûlé, (1969) où s'affirmaient la force et la singularité d’une voix en marge de la littérature « bourgeoise». Ayant rompu avec le Parti ouvrier populaire dès 1959, de plus en plus critique envers la gauche institutionnelle et les mouvances contestataires issues de mai 68, Gaston Cherpillod sera toujours resté actif dans les marges de la Cité, à l’extrême-gauche proche des Verts. Dans son œuvre, cependant, la célébration de l’Eros, à travers le culte quasi médiéval de la Femme ou l'amour fusionnel de la nature, passe avant le discours politique. De même, le trait polémique le cède souvent à la confession candide au fil d’une vaste chronique autobiographique où la plus tendre empathie (surtout marquée à l’égard des humbles) va de pair avec la rage du moraliste resté fidèle à l’idéal foulé au pied par ses anciens camarades.

Cherpillod5.jpg
Les étapes marquantes de son oeuvre kaléidoscopique seront le récit d’Alma Mater (1971) bien ancré dans nos régions, les nouvelles du Gour noir (1972), le roman plus ambitieux - peut-être son chef-d’œuvre - que représente Le Collier de Schanz (1972), suivi de nombreux autres livres frappés au même sceau d’un style sans pareil, à la fois puissant et chantourné. Or ce qui nous semble caractériser la démarche et l’écriture de Gaston Cherpillod est cette «manipulation alchimique» consistant à transmuter son expérience vécue en légende, au fil d’une opération qui engage à la fois la porosité sensible du poète et les tours de mains de l’infatigable artisan des lettres. Il y avait du mystique inspiré et du croisé rouscailleur chez cet empêcheur de lénifier en rond, de l’aristocrate chez ce fils de prolos jamais guéri des humiliations subies par les siens - du contemplatif et du juste aussi.

L’oeil vif, l’esprit clair comme l’eau de rivière qu’il disait son élément, le verbe cinglant, la rage déboulant en tornade avec son tremblement d’anathèmes (sus au bourgeois, au profiteur ou au pair écrivain en mal d’honneurs ),Gaston Cherpillod estimait, quand on l’interrogeait sur le bilan de sa vie, que rien n’avait fondamentalement changé pour lui quant aux trois cultes qu'il avait voués à l’Amour, la Poésie et la Justice.

Au nom de la troisième, le fils d’ouvrier avait sacrifié à ce qu’il appela ensuite «une grande hérésie », mais le communiste vaudois des années 50-60, au parcours ultérieur de gauchiste plus vert d’esprit que d’appareil, n’était pas du genre à se justifier pour être mieux vu.

Lui qui se rêva parfois ébéniste, était devenu écrivain libre et à vie, avec le soutien de Madame, son épouse médecin. Raillant la notion de "carrière" le scribe têtu disait se moquer pas mal de « réussir ». Hérétique à force de non-consentement, il avait passé d'un exil intérieur à l'autre sans cesser pour autant de cultiver l'amitié: écolier pauvre chez les collégiens de « milieu aisé », déçu de la Révolution avant de le devenir de Mai 68 et de l'écologie acclimatée, Gaston Cherpillod sera pourtant resté toujours frais et vif comme un gardon dans le courant d'une langue sans pareille. Paix à son âme. Son verbe bien vert lui survivra !

Le rebelle. - On redécouvre une Suisse insoupçonnée dans ce premier récit autobiographique de l’écrivain dont la mère et le père s’échinaient à travailler dur sans parvenir à nouer les deux bouts. Su ce fond d’âpre nécessité, qu’adoucissent cependant les sentiments et les valeurs défendus par les siens, l’auteur raconte, dans sa langue à la fois directe et tarabiscotée, lyrique et rebelle, son parcours de fils de prolétaire accédant à l’Université, dont l’engagement (au POP, de 1953 à 1959) lui vaudra l’exclusion de l’enseignement public. Le Chêne brûlé. L’Age d’homme, coll. Poche suisse.

Maître de l'autofiction. - Ce roman-autofiction constitue la ressaisie la plus ample des expériences sociales, professionnelles, littéraires et « privées » de l’écrivain, avançant ici sous le masque de François Péri. Tableau vivant et souvent mordant de la « société-fric », Le collier de Schanz est également une plongée dans les profondeurs de la relation érotique, au sens le plus large, entre homme et femme, et une belle évocation de l’amitié. À relever aussi la fusion constante de l’univers verbal du poète et de l’environnement naturel omniprésent. Le collier de Schanz. L’Age d’Homme, collection Poche suisse.

Sourcier de mémoire.- Gaston Cherpillod n’a jamais vraiment été romancier. Plutôt chroniqueur de faits vécus, il excelle dans le portrait acéré et parfois adouci par la tendresse, autant que dans l’évocation lyrique ou la bouffée gaillarde. Souvenirs du militant de gauche ou de l’enseignant, démêlés sociaux ou professionnels avec le conformisme bourgeois ou la bureaucratie, retours de mémoire en multiples méandres, mélancolie du « conjoint survivant » et de l’éternel amoureux se rappelant les « minutes heureuses » de sa jeunesse : il y a de tout ça dans ce recueil de quatre récits reliés les uns aux autres. Une écrevisse à pattes grêles. L’Age d’Homme, coll. Poche suisse, No 208.

Cet hommage a paru dans l'édition de 24 Heures du 11 octobre 2012.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Mémoire des invisibles

    Mémoire invisibles

    Dans Les invisibles, paru en 1992, Alexandre Soljenitsyne, mémorialiste providentiel des martyrs du communisme achève de raconter la guerre secrète qui aboutit ... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Le Nobel à Chessex

    Nobel Chessex

    Flash-back sur la création d'un comité de soutien pour l'attribution du Nobel de littérature à l'écrivain consacré par le Goncourt en 1973. Le poisson d’avril d... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (80)

    Mémoire vive (80)

    Gustave Thibon à propos de l'ère du vide: «Un monde qui devient de plus en plus irréel à mesure qu'il s'évapore en pur spectacle, qu'il n'existe que pour être... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (77)

    Mémoire vive (77)

    À La Désirade, ce dimanche 1er février.– Nous brassons ces jours la neige, tombée en abondance et proche d’atteindre bientôt le mètre d’épaisseur. Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (75)

    Mémoire vive (75)

    À La Désirade, ce mardi 21 janvier.– Enfin voici cet Houellebecq économiste de Bernard Maris, sur lequel un papier de Bruna Basini, dans le JDD, avait attiré mo... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (73)

    Mémoire vive (73)

    À la Désirade, ce dimanche 18 janvier. – Dix jours après les « événements », les médias et les politiques français associés parlent tous de « tirer les leçons... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Je continue de faire n'importe quoi durant mes minis paus...

    Je continue de faire n'importe quoi durant mes minis pauses Je continue mes taches du calendrier de l'avent Je continue d'en rater mais je les aime quand même J... Lire la suite

    Par  Mmm
    BD & DESSINS, TALENTS

Magazines