Magazine Humeur

Turbulences

Publié le 18 octobre 2012 par Prland

J’ai peur en avion. C’est pas un scoop et c’est aussi irrationnel qu’incontrôlable. Et ça ne va pas exactement en s’arrangeant, je l’ai encore vérifié cette semaine.

Tout avait pourtant bien commencé : lundi, j’étais dans le train en direction de Lyon pour donner un cours à la Faculté de Philosophie Université Jean Moulin Lyon 3, Master Ethique et Développement Durable, Module communication, même pas peur. Pas peur du train je veux dire parce que parler communication à des philosophes branchés éthique ressemble un peu à proposer un Double BigMac à un végétarien militant, ça nécessite un peu de courage, pas mal de certitudes et une forte capacité à réinterroger ses propres fondamentaux. Mais dans le train du retour, j’étais détendu devant mon Croque Monsieur SNCF, prétentieusement persuadé d’avoir contribué à faire avancer la pensée.

Mardi, une journée à Paris avec un déplacement qui ne m’emmenait pas plus loin que La Cantine dans le centre de Paris, j’étais super détendu du transport en commun. Je pensais être crispé à l’idée de parler de moi en tant que marque sur Twitter et dans ma vie pro pour le Social Media Club France mais les photos que j’ai vu passer ressemblent plus à un type qui se la raconte tranquillement qu’à une boule de nerf angoissée.

Turbulences

J’en aurais presque oublié que le lendemain matin, je devais impérativement être à Londres pour une réunion à 9h à Canary Wharf. Et quand on ne peut partir que le matin même pour être à Canary Wharf à 9h, il faut se résoudre à une triste réalité : l’Eurostar matinal suivi d’une traversée de Londres à une heure de pointe ne fera pas l’affaire. J’allais donc prendre l’avion. (brrr)

Mercredi : le réveil sonne à 5 heures, c’est inutile, je suis réveillé depuis 2 heures parce que ma seule phobie plus intense que l’avion est de rater l’avion. A 6 heures, je suis dans le taxi, à 7 heures, à Orly, prêt à embarquer. Nous sommes une petite dizaine de passagers, je trouve ça presque sympa. Jusqu’à ce que je comprenne que l’avion qui nous transporte ne contient pas beaucoup plus.

Turbulences

Quand je vois les 2 ventilateurs accrochés aux ailes de l’avion, je me rassure en découvrant sur Google que CityJet est une filiale d’Air France, la seule compagnie qui, pour une raison absolument inconnue, me rassure. Ca se gâte assez rapidement lorsque le stewart me change de place « pour équilibrer l’avion qui est petit et pas plein, c’est juste pour le stabiliser ». Je n’ai pas d’échappatoire : prendre un lexomil n’est pas une bonne option lorsqu’on doit assurer en réunion 2 heures plus tard, demander à mon voisin de me masser la main n’est pas le meilleur garant de ma réputation dans l’avion. Je décide donc de me souvenir que je suis courageux. Tout en découvrant l’avion de Barbie version Foresti qui va me transporter jusqu’à mon rendez-vous.

Dès le décollage, je comprends que ça va pas être facile : malgré la météo parfaitement calme, la traversée des nuages ressemble à Space Mountain, dure l’intégralité du voyage (genre on vole à hauteur des perturbations) et c’est un « Windy London » qui nous attend alors que les deux roues microscopiques s’extirpent péniblement de notre avion miniature pour tenter un atterrissage.

Je ne sais plus à partir de quel trou d’air j’ai vu ma vie défiler mais je me suis bien rappelé qu’il y avait 2 ou 3 trucs bien auxquels je tenais. Parmi ceux-ci, il y avait la saison 2 d’Homeland dans laquelle j’ai aussitôt décidé que je me replongerais (épisode 3) à l’occasion du trajet retour quelques heures plus tard. Peine perdue : c’est un Space Mountain sous amphétamine qui m’attendait, l’iPad menaçant de venir s’encastrer dans ma boite crânienne dès le (très long) générique de ma série préférée (qui doit quand même confirmer son potentiel en saison 2, soit dit en passant).

Voilà, vous pouvez vous moquer : j’ai peur en avion.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine