Magazine

Max | L'éclosion de la conscience de la beauté

Publié le 06 décembre 2012 par Aragon

brasilia-cathedral.jpgOui, c'est sûrement un peu comme une éclosion. Un oeuf qui germe en toi. Plus tard, un jour de clarté comme dirait Graeme il éclot. T'es ravagé alors par une série d'ondes sismiques orgasmiques ! T'as conscience un jour du beau, et c'est alors aussi, à ce moment-là comme une valse derviche en toi. Tu tournes tournes tournes autour d'un axe central : le beau.

C'est ainsi Mozart, plein d'autres choses. Je me souviens ça c'est passé pour moi au lycée et j'ai découvert pratiquement en même temps vers l'âge de onze douze ans trois artistes plasticiens, trois oeuvres qui ont déterminé l'axis mundi de ma vie, l'ont planté, fixé solidement dans mon sol. Y'a eu la découverte de Picasso et son Guernica, celle de l'oeuvre de Georges Mathieu et puis le choc Oscar Niemeyer. Il est parti hier. Ceci explique ma réflexion de ce matin.

Montagem_Brasília.jpg
Je suis dans le vivant depuis trois jours sur mon blogue avec les évocations de Benny Hill, Brubeck et Oscar Niemeyer ce matin. Ces départs ne sont pas des choses tristes. Ils sont dans l'ordre des choses. Toujours chiant de vivre pour plagier Cioran, à partir du moment où on a engagé la course à la vie du fait de la folie inconsciente de nos parents... Las, il faut faire avec et faire en sorte aussi de ne pas perdre son temps. Le temps inclut dans ses arcanes la réalité de la mort. Comme on est venu on doit partir.

Oscar disait que c'était une "merde" (sic) de passer la barre des cent ans. Il avait à son corps défendant pour justifier son amer constat, accumulé c'est vrai depuis peu pas mal de déboires physiques : fracture du bassin, insuffisance respiratoire et autres "merdes". Il a beaucoup aimé la vie, le monde, les gens, la justice sociale. J'ai appris qu'il est resté marié soixante-seize ans avec Annita et puis qu'il s'est remarié à l'âge de quatre-vingt-dix-huit ans avec une jeunette de soixante ans. Certains jugeront & moraliseront sentencieusement, diront : Pitoyable. Comme on l'a dit en d'autre temps de Pau Casals qui s'était marié à quatre-vingt ans avec son élève de vingt ans. Moi je dis : VIE. Je dis amour de la vie, je dis plaisir, je dis jouissance dans le bon sens de la vie. Je dis que la vie emmerde celui ou celle qui ne l'aime pas. Celui ou celle qui n'est pas dans la vie juge.

Me reste ce matin la vision éblouie, émerveillée du Brasilia de mes onze douze ans. Oscar tu mérites bien de la VIE. J'aime assez le surnom qu'on t'a donné "d'architecte de la sensualité" à cause de tes bâtiments en "courbes"... Quelle vie tu as construite Oscar ! Architecte de beauté, je te salue.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aragon 1182 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte