Magazine Humeur

FRAUDE & MEDIAS. Dieudonné face à l’offensive nauséabonde des reportages bidonnés

Publié le 21 décembre 2013 par Menye Alain

article

Après BFMTV, c’est au tour de France Télévisions, par l’entremise de son émission "Complément d’enquête" -qui n’a pas atteint le score de certaines vidéos de Dieudonné-, que le nouveau déferlement médiatique anti-Dieudonné bat son plein. Un reportage bidonné et surtout frauduleux. D’ailleurs, violant tous les principes nobles du métier de journaliste, France 2 a atteint, non seulement, le droit à l’image de l’humoriste en introduisant une caméra cachée, mais, bien pire, la délation.

Je ne suis pas juriste mais, il n’est pas interdit de filmer une personne, au titre de… la liberté d’expression, mais il est conseillé de requérir l’autorisation de la diffusion. Or, dans le cas d’espèce, prendre un extrait d’un spectacle qui doit sortir dans un an en DVD, c’est du vol. C’est un droit patrimonial. Bien sûr, on les comprend, ils exhalent enfin le parfum nauséabond de ces effluves enivrantes, qui font croire qu’on a le pouvoir. Il y a atteinte manifeste au droit à l’image. Le code pénal article 226-1 et code civil / article 9 en font état. Les déclarations sulfureuses des ennemis de l’humoriste cachent en réalité une haine viscérale, de la négrophobie. Entre mensonges assumés et grande cavalcade, il est étonnant de voir Radio France attaquer l’humoriste, en lieu et place du journaliste Patrick Cohen, attaqué à son tour par Dieudonné, après son insulte publique à l’encontre du chansonnier: "cerveau malade"… Dieudonné a le droit de répondre et, que ce soit par un trait d’humour sarcastique, peu importe. Rien n’est sacré dans l’humour, le droit au blasphème n’existe-t-il que quand il s’agit du journal islamophobe Charlie Hebdo ?

Le refus caractéristique de dire les faits est devenu la marque de fabrique des médias, quand il faut parler de Dieudonné. La fuite en avant, avec en filigrane cette peur causée par l’hétérogénéité du public de l’humoriste, donne la trouille aux voltigeurs du mensonge et ennemis de la liberté d’expression. Fichtre. Mais, le reportage bidonné de "Complément d’enquête" a encore fait grimper le public de l’humoriste. Depuis hier, sa page fan Facebook a enregistré plus de 4000 nouveaux inconditionnels. L’acharnement médiatique ne fait que le renforcer. Apparemment, les autorités françaises -à confirmer-, auraient sommé Youtube de bloquer le compte de l’humoriste. Courage, fuyons ! Entre violence et procès, la France entre peu à peu en dictature, en refusant que les autres puissent s’exprimer. D’ailleurs, un rare phénomène sur notre site, ma page QUI SUIS-JE a été visitée au moins 8000 fois, hier. Du coup, il faut que je la revisite, pour ajouter un doctorat. Passons. Mais, après l’enfumage, les attaques tous azimuts, va-t-on vers le début de la grande désillusion ? L’humoriste a des fans qui ne changeront jamais d’avis, et à qui nous essayerons de rendre visite au théâtre de la Main d’Or, ce soir, avec notre caméra…visible.

Et dire que ce sont nos impôts qui financent ces gros mensonges !

Il ne faut jamais attaquer un artiste.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine