Magazine

Gravity

Publié le 26 décembre 2013 par Anaïs Valente

Ça fait longtemps que j’avais plus eu envie de voir un film. Des mois.  Presque un an, sans tenir compte de Hunger Games 2 (qui m’a un chouia déçue, j’avais sans doute été trop grisée par l’effet de surprise du premier volet, et puis ayant lui la trilogie, je savais ce qui allait se passer, et limite si je ne me suis pas un peu ennuyée).

Mais Gravity, j’avais envie.

Va savoir pourquoi.

Parce que les trucs dans l’espace, c’est comme les trucs sous l’eau : même si c’est une histoire de Bisounours, ça m’angoisse ferme.  Grave. Grave comme Gravity quoi (ouais elle est bonne, je sais). Cette sensation permanente de manquer d’oxygène (j’avais écrit occygène, c’est dire si j’ai dû en manquer, les dommages cérébraux semblent perceptibles). Et ici, je savais que c’était pas une histoire de Bisounours, alors j’ai angoissé ferme depuis la première seconde, jusqu’à la dernière. Un thriller spatial.

Bah, j’imagine que la belle gueule de Clooney et la sympathie que j’éprouve pour Sandra Bullock ne sont pas étrangères à mon envie de voir le film. Et le fait qu’il soit encensé.  Enfin on s’en fout, j’avais envie quoi.

Et j’ai aimé. 

La première image est sublime.  Beaucoup le sont. Et je dois être maso, mais c’est cette beauté de l’image, couplée à cette angoisse d’atmosphère non oxygénée, qui m’ont scotchée.  Passque pour la belle gueule de Clooney, on repassera : on la voit à peine, sous son casque de cosmonaute. Ah ben ça j’y avais pas pensé hein. 

Donc j’ai aimé.

Chais pas trop pourquoi, les images, le calme, somme toute relatif, car entrecoupé de scènes qui donnent la chair de poule. Ça tourne comme un manège. A filer la gerbe. D’ailleurs en toute logique, elle aurait dû gerber dans son casque, non, Sandra ? ça propulse aussi, par moment, comme un grand 8. Et puis le calme revient. Ça donne une telle sensation de vide que ça fait se poser des questions existentielles, si, je vous jure. D’ailleurs j’ai écrit « vie » au lieu de « vide », existentiel je vous dis.  Comme si la dérivation dans l’espace était une dérivation dans l’existence, vous voyez ? Bon, je délire, toujours ce manque d’oxygène et mon cerveau.  Je regrette juste un peu trop d’américanisation, en ce sens ou même quand ça va mal, ben ça va encore plus mal, tant qu’à faire, ouais, faut pas pousser bobonne dans les orties, des fois, sont tout seuls dans l’espace, ça suffit déjà, comme grosse merde, non ? Ben non, faut bien captiver le spectateur, aussi. Et de me dire durant tout le film : moi, là-haut, jamais de la vie, jamais jamais jamais, avec un sentiment d’oppression qui ne m’a pas quittée. 

Voilà, j’ai aimé.

J’ai peu de points de comparaison, je pense que le seul autre film dans l’espace que j’ai vu, et aimé (et qui m’a fait angoisser, toujours ce problème d’oxygène), c’est Avatar.  

Je vous déconseille de lire les critiques avant de le voir, si vous l’envisagez, car elles en disent bien trop. Je viens d’en découvrir une qui raconte même la fin du film, siiiiiiiiiiiiii je vous jure, qu’on le pende haut et court, ce journaliste de malheur… ou qu’on l’envoie en orbite, tiens. Savourez le plaisir de la découverte, sans en savoir plus, sinon que ça se passe dans l’espace (ça, il faudrait revenir de deux mois sur Mars pour l’ignorer).

Et puis, je vous l’avoue, à l’heure où je vous écris, j’ai encore du mal à respirer, sans doute car j’ai une bronchite… mais pas que.

Bon, j’irais bien le voir en 3D…

gravity.jpg

Ça fait longtemps que j’avais plus eu envie de voir un film. Des mois.  Presque un an, sans tenir compte de Hunger Games 2 (qui m’a un chouia déçue, j’avais sans doute été trop grisée par l’effet de surprise du premier volet, et puis ayant lui la trilogie, je savais ce qui allait se passer, et limite si je ne me suis pas un peu ennuyée).

Mais Gravity, j’avais envie.

Va savoir pourquoi.

Parce que les trucs dans l’espace, c’est comme les trucs sous l’eau : même si c’est une histoire de Bisounours, ça m’angoisse ferme.  Grave. Grave comme Gravity quoi (ouais elle est bonne, je sais). Cette sensation permanente de manquer d’oxygène (j’avais écrit occygène, c’est dire si j’ai dû en manquer, les dommages cérébraux semblent perceptibles). Et ici, je savais que c’était pas une histoire de Bisounours, alors j’ai angoissé ferme depuis la première seconde, jusqu’à la dernière. Un thriller spatial.

Bah, j’imagine que la belle gueule de Clooney et la sympathie que j’éprouve pour Sandra Bullock ne sont pas étrangères à mon envie de voir le film. Et le fait qu’il soit encensé.  Enfin on s’en fout, j’avais envie quoi.

Et j’ai aimé. 

La première image est sublime.  Beaucoup le sont. Et je dois être maso, mais c’est cette beauté de l’image, couplée à cette angoisse d’atmosphère non oxygénée, qui m’ont scotchée.  Passque pour la belle gueule de Clooney, on repassera : on la voit à peine, sous son casque de cosmonaute. Ah ben ça j’y avais pas pensé hein. 

Donc j’ai aimé.

Chais pas trop pourquoi, les images, le calme, somme toute relatif, car entrecoupé de scènes qui donnent la chair de poule. Ça tourne comme un manège. A filer la gerbe. D’ailleurs en toute logique, elle aurait dû gerber dans son casque, non, Sandra ? ça propulse aussi, par moment, comme un grand 8. Et puis le calme revient. Ça donne une telle sensation de vide que ça fait se poser des questions existentielles, si, je vous jure. D’ailleurs j’ai écrit « vie » au lieu de « vide », existentiel je vous dis.  Comme si la dérivation dans l’espace était une dérivation dans l’existence, vous voyez ? Bon, je délire, toujours ce manque d’oxygène et mon cerveau.  Je regrette juste un peu trop d’américanisation, en ce sens ou même quand ça va mal, ben ça va encore plus mal, tant qu’à faire, ouais, faut pas pousser bobonne dans les orties, des fois, sont tout seuls dans l’espace, ça suffit déjà, comme grosse merde, non ? Ben non, faut bien captiver le spectateur, aussi. Et de me dire durant tout le film : moi, là-haut, jamais de la vie, jamais jamais jamais, avec un sentiment d’oppression qui ne m’a pas quittée. 

Voilà, j’ai aimé.

J’ai peu de points de comparaison, je pense que le seul autre film dans l’espace que j’ai vu, et aimé (et qui m’a fait angoisser, toujours ce problème d’oxygène), c’est Avatar.  

Je vous déconseille de lire les critiques avant de le voir, si vous l’envisagez, car elles en disent bien trop. Je viens d’en découvrir une qui raconte même la fin du film, siiiiiiiiiiiiii je vous jure, qu’on le pende haut et court, ce journaliste de malheur… ou qu’on l’envoie en orbite, tiens. Savourez le plaisir de la découverte, sans en savoir plus, sinon que ça se passe dans l’espace (ça, il faudrait revenir de deux mois sur Mars pour l’ignorer).

Et puis, je vous l’avoue, à l’heure où je vous écris, j’ai encore du mal à respirer, sans doute car j’ai une bronchite… mais pas que.

Bon, j’irais bien le voir en 3D…

gravity.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :