Magazine Nouvelles

Baissez d’un ton jeune homme !…

Publié le 12 février 2014 par Ivanoff @ivanoff

Des heures à devoir entendre comme seule justification de ses opinions ou de ses erreurs, la bouche en accent circonflexe et la mâchoire méprisante "oui mais c'est des vieux..." "sont mous les vieux..." "sont déconnectés les vieux..." "peuvent pas comprendre, c'est des vieux"...

Vous allez me dire que le niveau ne semblait guère élevé ?... Certes, l'endroit n'était pas culturel, juste obligatoire...

Usant d'une patience que j'ai parfois rare, je me suis dans un premier temps évertuée à comprendre, à questionner, à analyser... Puis, l'exercice devenant épuisant devant cet esprit étriqué et borné, je me suis lâchée :

"Baissez d'un ton jeune homme, et laissez votre mâchoire adopter plus de légèreté, vos lèvres serrées s'ouvrir sur un sourire !

Vos dix neuf ans sonnent faux, pèsent des tonnes tandis que mes soixante deux ans me sont légers à porter ! Vous êtes vous-même déjà le "vieux" de plus jeunes, tout cela est très relatif, et j'ose espérer qu'un jour vous soyez "vieux" vous-même, ce qui voudrait dire que vous avez (bien ?...) vécu, ce qui n'est hélas pas une réalité pour beaucoup d'autres que vous !

L'intransigeance est de votre âge justement, et le mien porte à davantage de réflexion pour peu qu'on ai tiré profit de ce qu'on nomme l'expérience, qui, ne vous en déplaise, vous manque encore cruellement ! Les années ont cet avantage, l'apprentissage, et si vous aviez un peu plus de jugeote, au lieu d'agonir vos aînés de je ne sais quelles incapacités, vous devriez au moins les entendre sinon parfois les écouter, c'est ce qu'on appelle la transmission... L'adage voudrait qu'il ne serve à rien de dire à nos cadets ce qu'ils auraient avantage à faire... Qu'ils n'en feraient qu'à leur tête... Sans doute, mais pour éviter cette contradiction presque systématique, il y a moyen d'échanger sans pour autant gouverner... Encore faut-il que de part et d'autre, le bon sens, sinon l'intelligence soient au rendez-vous...

Et figurez-vous, jeune homme, que la vieillesse s'éloigne de chacun d'entre nous à mesure qu'on s'en approche...

Sachez aussi que c'est avec les années qu'on s'améliore quand on s'applique à rester attentif et ouvert aux autres... Il arrive hélas que certains esprits étroits n'y parviennent pas, je crains que ce ne soit votre cas si vous n'avez pas en vous un peu de cette générosité qui ouvre presque toutes les portes...

Et pour en finir avec l'âge qui semble vous poser plus de problème qu'à moi, apprenez jeune homme, qu'aujourd'hui précisément, je me sens meilleure que lorsque j'avais votre âge... Que, quoique "vieille" j'apprécie la vie plus intensément puisque, concrètement j'ai fait plus de la moitié de mon chemin, et que j'ai envie de ne rien gaspiller de celui qui me reste...

Si vous saviez comme "à mon âge", on sait mieux aimer, mieux profiter, mieux regarder, mieux s'attacher aux choses réellement importantes, choisir ses amis et s'éloigner de ce qui ne nous ressemble pas ! Les années ne font rien à l'affaire, à quel âge donc, pensez-vous qu'on doive renoncer à ce qui, pour vous, n'appartient qu'à la jeunesse ?...

Jeune homme, nous n'en reparlerons pas, car quand vous aurez mon âge, je ne serai plus là, mais je crois que ce jour là vous penserez à moi, quand vous serez obligé de constater, que c'était vrai...

Vous comprendrez bien mieux les choses car la vie vous aura appris la tolérance, vous aimerez encore parce que l'Amour n'a pas d'âge... Effectivement, vous ne "baiserez plus"... Mais vous ferez l'Amour, si si, et tellement mieux qu'à votre âge, simplement parce que vous aurez appris à vous connaître et que vous comprendrez mieux ce qu'attend votre partenaire, en toutes choses vous prendrez votre temps, reconnaissez que l'urgence n'a pas toujours que du bon... Il n'y a que l'âme pour connaitre aussi bien la grammaire d'un corps... Et en changeant simplement de vocabulaire, vous apprendrez le plaisir... Vous vous amuserez toujours, peut-être de choses différentes, vous rirez beaucoup de ces "petits cons" qui vous tiendront le discours que vous tenez avec tant d’aplomb aujourd'hui...Vous aurez encore vos dix neuf ans en tête, avec en prime cette distance, cette "sagesse", cette patience, ce recul dont vous manquez terriblement, et qui fera de vous, je vous l'assure, quelqu'un de bien plus intéressant que ce que vous êtes aujourd'hui !...

Tout cela, bien sûr, à condition que vous ne soyez pas devenu "un vieux con", car hélas, les années ne profitent pas de la même façon à tout le monde... Soyez donc vigilant...

C'est en tous cas tout le mal que je vous souhaite !"

A Paul, et tous(tes) les petit(e)s cons(nes) qu'un jour nous fûmes peut-être aussi...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossier Paperblog

Magazine