Magazine Humeur

Gauloiseries sans filtre ou les féministes sont-elles connes ?

Publié le 24 février 2014 par Amaury Watremez @AmauryWat

Les gauloises auraient-elles été féministes ? Grave question. Ils semblent qu'elles n'avaient pas besoin de revendiquer leur féminisme car ayant une existence très indépendante des mâles, et une autorité importante sur les domaines ruraux dont elles étaient le plus souvent les administratrices. Cela leur permettait sûrement de supporter les gauloiseries de leurs maris gaulois réputés pour leur appétence aux plaisanteries viriles et à la bonne chère.

envoi-35.jpg?w=848

Des gauloiseries les commentateurs des JO de Sotchi (à vos souhaits) ont eu l'occasion d'en sortir de nombreuses, en particulier concernant le patinage artistique et les tenues des patineuses qui sont, il faut le dire à la décharge, si j'ose dire (uh, uh, uh) de Nelson Monfort et Philippe Candeloro les deux suspects de sexisme, vêtues souvent de paillettes et de jupettes ultra-courtes à la manière des « professionnelles » du patin, dans un autre genre, officiant en soirée vers Pigalle, entre autres. On me dira que ce n'est pas une raison pour manquer de galanterie...

Ce n'est pas une raison non plus pour qu'une association féministe de bon ton où l'on règle son Oedipe en s'affirmant féministe (ces dames ne défileraient pas seins nus, tant mieux me dira-t-on lorsqu'on voit le physique de certaines d'entre elles, Dieu nous en préserve !), « Osez le féminisme », par la voix d'Anne-Cécile Mailfert en appelle au CSA pour quoi ? Les sermonner ?

Leur faire un cours d'instruction civique ?

Les enjoindre à s'en tenir à des considérations uniquement techniques sur le sport, ce qui sera à n'en pas douter passionnant ?

Madame, mademoiselle ?, Mailfert prend les spectateurs pour des imbéciles incapables de faire la part des choses et demande de fait une censure toute aussi moralisatrice que celle que réclamaient les bonnes dames patronesses catholiques ou protestantes des ligues de vertus. Son discours reflète la même rigidité d'esprit, la même étroitesse d'esprit, la même absence d'ouverture face aux contradicteurs.

Les plaisanteries gauloises n'ont jamais été très fines ni très élégantes, c'est justement pour cela qu'elles font rire, leurs auteurs le savent très bien, c'est même parfois le but, mettre les pieds dans le plat alors que des trous du cul pompeux croient se donner le genre stylé. Balancer une énormité un rien salace au milieu de ce genre d'assemblée de culs serrés est on ne peut plus jouissif. La gauloiserie n'a surtout pas à se parer de finesse, ce serait pire que tout.

Ces blagues ont donc bien aussi un petit côté taquine-bourgeois qui ne me déplaît pas non plus, bien plus transgressif au fond que les spectacles audââcieux que les pontifiants de progrès progressiste vont voir au théââtre. Et finalement, l'agacement des grandes consciences, de gôche, comme la dame Mailfert ou d'autres face aux commentaires des deux duettistes du patin à glace reflète aussi au fond un certain mépris, ou mépris certain, de classe de la part de bourgeoises et bourgeois se prétendant bien élevés qui trouvent que vraiment ces gens du peuple sont mal éduqués ma chèèère.

Maupassant, évoquant ces beaux messieurs et belles dames qui font la morale au peuple sur à peu près tout, cherchant à l'infantiliser afin de mieux protéger leurs intérêts collectifs était plus radical que je ne le suis, mais parfois on se prend cependant à rêver d'une telle libération des casse-pieds moralisateurs : il parlait « de noyer les belles dames catins avec les beaux messieurs coquins » tous plus hypocrites les uns que les autres car on attendrait vainement de leur part la même indignation vertueuse concernant la pauvreté endémique, la précarisation du salariat et le chômage de masse.

Et les gauloiseries au fond ne sont qu'une manière certes un peu épicée, un peu corsée, de louer la beauté des -jolies- femmes sans qui ce monde serait bien terne, sans qui cette société ne serait que médiocre. On va encore dire que je tends la verge pour me faire battre, si j'ose dire, (oh, oh, oh) mais il n'est rien de plus amusant que de provoquer ces tenants d'un nouveau dogme parfaitement abscons, comme la lune. 

image empruntée ici (blog sur l'abolition de la prostitution)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Paroles d'un vapoteur convaincu !

    Paroles d'un vapoteur convaincu

    Un an sans fumer ou presque, bilan d'un an de cigarette électronique. Bonjour à tous mes petits loupiots. Aujourd'hui un article un peu spécial puisque ça va... Lire la suite

    Par  Samhain756
    HUMEUR, HUMOUR
  • Opération Overlord

    Opération Overlord

    Alexandre Vialatte affectionnait les raccourcis fulgurants. Ainsi écrivait-il que la Normandie se compose, en gros, de pommiers en fleurs et d’auberges... Lire la suite

    Par  Rolandbosquet
    HUMEUR
  • L'intermittance du jardinage

    L'intermittance jardinage

    Quand il entend le mot culture, le vieux bougon de la campagne sort sa bêche et son râteau. C’est pavlovien. Il regarde le ciel et remercie la lune de lui... Lire la suite

    Par  Rolandbosquet
    HUMEUR
  • Il paraîtrait...

    - que la perception est propre à chaque individu et que l’impression personnelle est incontestable. Discutable sans doute, infirmable peut-être, opposable... Lire la suite

    Par  Ericguillotte
    HUMEUR, MÉDIAS
  • Mémé Kamizole à Nelson Monfort: «La ferme»!

    Mémé Kamizole Nelson Monfort: ferme»!

    Ce pourrait être aussi bien une invitation à rejoindre « La ferme célébrités » émission pour personnalités has been de TF1 - pour autant qu’elle existât encore ... Lire la suite

    Par  Kamizole
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La France déteste ses "champions"

    France déteste "champions"

    ... et surtout ses championnes. Depuis deux jours, le web français s’enflamme sur la performance d’actrice, apparemment digne de moqueries, de Marion Cotillard... Lire la suite

    Par  Vinsh
    HUMEUR
  • La parole est aux expats! Elise, de Bollywood à Hollywood

    parole expats! Elise, Bollywood Hollywood

    1. Entre l’Inde et les États-Unis, un grand saut ?J’avais déjà eu la chance de venir plusieurs fois aux USA avant de partir en Inde. Lire la suite

    Par  Montagnessavoie
    EN FRANCE , HUMEUR, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son blog

Magazine