Magazine Journal intime

Contre-ut

Publié le 14 mai 2008 par Pat La Fourmi
Voilà la troisième histoire collective du forum.....

"Contre-Ut"

   Quand je fais un contre-ut, j'aime que ça paraisse naturel". Eh bien on peut dire que là c'est vraiment raté, c'est le moins qu'on puisse dire.... Remarquez, démarrer par contre ut n'est pas donné à tout le monde.
Jusque là tout se passait bien, les mariés avaient l'air contents, je venais d'achever une discours bref et pertinent, comme je sais si bien les tourner (sans vouloir me vanter), quand
hélas, repris par le vieux démon de la vocalise audacieuse j'ai voulu leur chanter Papayoulélé en démarant par un contre-ut!

  Contre-ut   A leurs visages réjouis et leur regards rigolards, je m'aperçus que je m'étais planté. Je sentis monter en moi un sentiment de honte. Moi ! rater un contre ut, moi, qui sans vouloir me vanter, réussissait tout et même à démarrer Papayoulélé devant la glace chaque matin.
 Là, j'étais rouge de honte ! Je ne savais plus que faire, comment rattraper cette bourde ?

J'étais rouge mais toujours digne, j'implorais en secret Carlos Dolto: une idée, vite! et la riposte me fut soufflée:
"Chante-leur la Cold song de Klaus Nomi, et là j'te l'garantis, ils feront moins les goguenards!"

   Ils étaient tous à attendre, bouche bée, la fourchette en l'air, l'oeil étonné, que j'entonne enfin un air digne de ce nom; j'ouvris la bouche mais là aucun son ne sortit du tout....
Nom de bleu, j'erructais mais aucun son ne sortait! qu'arrivait-il donc à mon bel organe? Là, du rouge je virai au vert, déchue, je me rassis sur ma chaise tel un bateau qui sombre. Cette fois, c'était fini, fini. Jamais je ne me relèverai de ce marasme dans lequel je m'étais fourrée avec une si grande fierté.

   Le tonton Amédé -Ah non, pas lui!- vint à la rescousse (tu parles d'une rescousse), il brandit son verre en lançant ce toast: "Mes enfants, en ce jour de ...." et là plus rien, un borborygme, extinction de voix lui aussi! Bien fait me dis-je!

   Tout à coup un vent de panique se faufila dans la salle.... Chacun ouvrit la bouche et ce fut un concert de borborygmes!
La mariée qui n'était point bavarde fut prise d'un fou rire en voyant les invités coasser tels des grenouilles aphones.

   Et là, ragaillardie par cette cacophonie ambiante, je me levai à nouveau et osai sans  hésiter pousser ce contre-ut que l'on n'attendait plus.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :